Possible grève: des chauffeurs de taxi pourraient bloquer les ponts

Roxane Léouzon web@journalmetro.com Publié le 5 janvier 2016

Le pont Jacques-Cartier, comme tous les ponts de l'île de Montréal, pourraient bien être bloqués par des chauffeurs de taxi, lors d'une journée de grève.

©TC Media - Archives

Des chauffeurs de taxi de Montréal et de Québec ont l’intention de déclencher une grève d’une journée à la fin janvier pour demander au gouvernement d’agir contre UberX. Comme moyen de pression, les chauffeurs en grève pourraient bloquer la circulation, notamment autour de l'aéroport et sur les ponts.

Depuis près de deux semaines, plus de 770 chauffeurs de taxi de Montréal ont signé un formulaire appuyant ce mouvement de grève, selon son porte-parole Mouhcine El Meliani, qui s’attend à en obtenir plus de 2400.

«Les chauffeurs ne feront plus marche arrière, ils n’ont plus rien à perdre. C’est maintenant la seule manière de faire, puisque le ministre des Transports et le maire Denis Coderre ne font rien pour arrêter UberX, qui vole nos clients devant nous de façon illégale», a affirmé dimanche M. El Meliani.

Il estime que les chauffeurs de trai en grève seront en droit de bloquer la circulation, puisque l’article 500.1 du Code de la sécurité routière, qui interdit que les manifestations entravent la circulation, a été invalidé par la Cour supérieure en novembre. Le règlement demeure toutefois en vigueur pour une période de six mois, le temps accordé au gouvernement pour modifier le Code.

Environ 500 000 véhicules empruntent les cinq ponts et tunnels qui relient Montréal et la Rive-Sud, dont 163 000 sur le pont Champlain.

Hicham Berouel, président de deux entreprises de taxi de Lévis et de Sainte-Foy, souligne que plus d’une centaine de chauffeurs de taxi de la ville de Québec comptent faire la grève en même temps que ceux de Montréal.

Le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RTAM), qui compte 5000 membres, principalement des propriétaires de taxi, n’entend pas pour l’instant inciter ses membres à participer à ce mouvement. «On n’est pas rendus à l’étape de la grève, même si ça fait partie des stratégies envisagées. On espère encore que le gouvernement va réagir, mais on va durcir le ton», a souligné Benoit Jugand, porte-parole du RTAM.

M. Jugand croit toutefois qu’il faut prendre la menace des chauffeurs au sérieux, notant que ses membres sont libres de participer à la grève sur une base individuelle.
Les organisateurs comp­tent annoncer la date de l’éventuelle grève la veille de celle-ci.

Circulation quotidienne sur les ponts et tunnels de la Rive-Sud

Pont Honoré-Mercier: 82 000 véhicules par jour

Pont Champlain: 163 000 véhicules par jour

Pont Victoria: 26 000 véhicules par jour

Pont Jacques-Cartier: 98 000 véhicules par jour

Pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine: 133 000 véhicules par jour

Source: Montréal en statistiques (données de 2010).

Possible grève: des chauffeurs de taxi pourraient bloquer les ponts

Roxane Léouzon web@journalmetro.com Publié le 5 janvier 2016

Le pont Jacques-Cartier, comme tous les ponts de l'île de Montréal, pourraient bien être bloqués par des chauffeurs de taxi, lors d'une journée de grève.

©TC Media - Archives


Des chauffeurs de taxi de Montréal et de Québec ont l’intention de déclencher une grève d’une journée à la fin janvier pour demander au gouvernement d’agir contre UberX. Comme moyen de pression, les chauffeurs en grève pourraient bloquer la circulation, notamment autour de l'aéroport et sur les ponts.

Depuis près de deux semaines, plus de 770 chauffeurs de taxi de Montréal ont signé un formulaire appuyant ce mouvement de grève, selon son porte-parole Mouhcine El Meliani, qui s’attend à en obtenir plus de 2400.

«Les chauffeurs ne feront plus marche arrière, ils n’ont plus rien à perdre. C’est maintenant la seule manière de faire, puisque le ministre des Transports et le maire Denis Coderre ne font rien pour arrêter UberX, qui vole nos clients devant nous de façon illégale», a affirmé dimanche M. El Meliani.

Il estime que les chauffeurs de trai en grève seront en droit de bloquer la circulation, puisque l’article 500.1 du Code de la sécurité routière, qui interdit que les manifestations entravent la circulation, a été invalidé par la Cour supérieure en novembre. Le règlement demeure toutefois en vigueur pour une période de six mois, le temps accordé au gouvernement pour modifier le Code.

Environ 500 000 véhicules empruntent les cinq ponts et tunnels qui relient Montréal et la Rive-Sud, dont 163 000 sur le pont Champlain.

Hicham Berouel, président de deux entreprises de taxi de Lévis et de Sainte-Foy, souligne que plus d’une centaine de chauffeurs de taxi de la ville de Québec comptent faire la grève en même temps que ceux de Montréal.

Le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RTAM), qui compte 5000 membres, principalement des propriétaires de taxi, n’entend pas pour l’instant inciter ses membres à participer à ce mouvement. «On n’est pas rendus à l’étape de la grève, même si ça fait partie des stratégies envisagées. On espère encore que le gouvernement va réagir, mais on va durcir le ton», a souligné Benoit Jugand, porte-parole du RTAM.

M. Jugand croit toutefois qu’il faut prendre la menace des chauffeurs au sérieux, notant que ses membres sont libres de participer à la grève sur une base individuelle.
Les organisateurs comp­tent annoncer la date de l’éventuelle grève la veille de celle-ci.

Circulation quotidienne sur les ponts et tunnels de la Rive-Sud

Pont Honoré-Mercier: 82 000 véhicules par jour

Pont Champlain: 163 000 véhicules par jour

Pont Victoria: 26 000 véhicules par jour

Pont Jacques-Cartier: 98 000 véhicules par jour

Pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine: 133 000 véhicules par jour

Source: Montréal en statistiques (données de 2010).