Une nouvelle campagne publicitaire contre l'agglomération de Longueuil

Olivier Robichaud olivier.robichaud@tc.tc
Publié le 24 octobre 2016

Les villes de Brossard, Saint-Lambert et Saint-Bruno-de-Montarville ont lancé une nouvelle campagne publicitaire contre l'Agglomération de Longueuil, le 24 octobre.

©Capture d'écran - onpaietrop.com

Les villes de Brossard, Saint-Lambert et Saint-Bruno-de-Montarville ont lancé une nouvelle charge contre l'Agglomération de Longueuil. Depuis ce matin, la campagne publicitaire On paie trop pour Longueuil critique la facture des services pris en charge par l'agglomération.

Le site onpaietrop.com décrit l'historique des débats entourant la gestion de l'Agglomération de Longueuil, débats qui se sont envenimés depuis décembre 2014. Les trois villes liées ont d'ailleurs menacé de tenir des référendums de défusion au début du mois.

La quatrième ville liée, Boucherville, ne s'est pas associée à cette campagne.

Le site offre, entre autres, des comparatifs entre Brossard, Saint-Lambert, Saint-Bruno et des municipalités de tailles semblables qui paient pourtant moins cher pour leurs services. Par exemple, Repentigny paierait 73$ de moins par habitant que Brossard pour la sécurité publique.

Rappelons toutefois que plusieurs services, dont la sécurité publique, sont beaucoup plus développés au sein de l'Agglomération de Longueuil qu'à Repentigny. Le Service de police de l'Agglomération de Longueuil (SPAL) est notamment outillé pour mener des enquêtes sur des meurtres perpétrés par le crime organisé, ou encore pour intervenir lorsque quelqu'un se barricade avec une arme à feu. Repentigny n'offre pas ces services.

Sur la page onpaietrop.com, on peut lire que les trois villes liées demandent la création d'une structure supra-municipale dotée de ses propres fonctionnaires, un peu à l'image des municipalités régionales de comté (MRC). Il faut savoir que l'Agglomération de Longueuil n'a pas de structure propre et fonctionne à même les ressources de la ville-centre, soit Longueuil.

Les villes liées demandent également que le financement de cette structure se fasse à 50% selon la population et 50% selon la richesse foncière. Chacune des cinq villes membres aurait un seul vote, alors que la Ville de Longueuil dispose présentement de la majorité des voix au sein du conseil d'agglomération.