Longueuil, future capitale de l'électrification des transports ?

Philippe Lanoix-Meunier philippe.lanoix-meunier@tc.tc
Publié le 31 décembre 2016

On compte 480 véhicules verts immatriculés sur le territoire de l'agglomération de Longueuil.

©Photo : TC Media - Archives

TRANSPORT. Le député de Longueuil—Saint-Hubert Pierre Nantel souhaite faire de l’agglomération de Longueuil le leader de l'électrification des transports en Amérique du Nord. Il demande aux élus de tous les paliers de gouvernement de travailler conjointement afin de concrétiser cet ambitieux projet.

Selon les dernières statistiques, on compte 1,26 million de véhicules électriques dans le monde. Le champion canadien dans ce domaine est le Québec avec 11 619 des 24 165 véhicules électriques immatriculés au pays. Et avec 480 véhicules verts immatriculés sur son territoire, l'agglomération de Longueuil trône au sommet des ventes québécoises.

Pour Pierre Nantel, il est donc tout naturel pour Longueuil de se tourner vers l'électrification des transports.

«La position géographique, les infrastructures routières et la présence de nombreux centres de recherche publics et privés, comme l'Université de Sherbrooke et l'Institut de recherche d'Hydro-Québec (IREQ), ainsi que le technopôle des transports durables et intelligents (IVÉO) font de l'agglomération une place de choix pour l'implantation d'entreprises dans le domaine, estime le député néodémocrate. Nous avons tout sur le territoire; il ne manque que la volonté. C'est la technologie de l'avenir, il n'y a pas à en douter. On s'en va vers là, aussi bien en profiter!»

L'apport de tous les paliers de gouvernement

«Si nous voulons que Longueuil devienne la capitale nationale en électrification des transports, il faut faire tomber les murs entre les paliers de gouvernements et se rassembler sous une même bannière, avance Pierre Nantel. Ce que je demande aux citoyens, c’est d’exiger des élus une coalition multipartite dans le but d’additionner les forces politiques pour hisser l’agglomération au rang de leader en Amérique du Nord. Ce que fait Développement économique Longueuil (DEL) avec IVÉO, c’est ambitieux, et on peut tous mettre l’épaule à la roue pour ouvrir encore plus de portes à nos innovateurs d’ici tout en travaillant pour en attirer d’autres.»

Pour le député, il est essentiel que les élus de la région travaillent aussi conjointement avec les acteurs du milieu.

«Il y a une opération de séduction à mener auprès des grandes entreprises et des grands constructeurs, affirme M. Nantel. Plusieurs gouvernements à travers le monde ont déjà adopté des incitatifs financiers à l'achat d'un véhicule électrique ou hybride rechargeable, comme c'est le cas au Québec et au Canada. C'est une véritable opportunité d'affaires.»

Stratégie fédérale réclamée

Pierre Nantel critique également l'inaction du gouvernement fédéral dans ce dossier et déplore l’absence d’une stratégie fédérale en électrification des transports pour soutenir les politiques industrielles et environnementales mises de l’avant par les Longueuil et Montréal, mais également les gouvernements du Québec, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique.

«En 2017, je fais mon devoir personnel de contribuer au développement d’une stratégie fédérale. Deux éléments devront se retrouver dans le projet budget, soit la création d’incitatifs fiscaux à l’achat de véhicules électriques ou hybrides rechargeables et l’installation de bornes électriques dans les stationnements d’immeubles fédéraux», conclut-il.

Pour l'environnement, mais surtout pour l'économie

Selon Pierre Nantel, Longueuil a grandement besoin d'emplois de qualité et le domaine de l'électrification des transports est tout indiqué pour palier à ce problème.

«Beaucoup de nos jeunes vivent sous le seuil de la pauvreté et Longueuil a un besoin criant d'emplois durables et de qualité. Quoi de mieux que de se tourner vers la technologie du futur pour y remédier?»