La construction du nouveau pont Champlain perturbée par une grève ?

Philippe Lanoix-Meunier philippe.lanoix-meunier@tc.tc
Publié le 16 février 2016

Les employés de l'usine Lafarge-Holcim à Saint-Constant font du piquetage depuis qu'ils ont déclenché la grève le 6 février.

©Photo : TC Media -Denis Germain

GRÈVE. Les travailleurs de l’usine de Ciment Lafarge-Holcim à Saint-Constant sont en une grève depuis le 6 février, afin de protester contre l'abolition de leur régime de retraite. Ce débrayage pourrait avoir des répercussions sur la construction du nouveau pont Champlain, l'usine étant l'un des principaux fournisseurs en béton du chantier.

La grève n'a pas encore de réelles répercussions sur les travaux en cours sur le nouveau pont et la porte-parole du Groupe Signature sur le Saint-Laurent, Anne-Claire Fournier, estime qu'il est trop tôt pour être alarmiste.

«Nous n'anticipons pas de prolongation de l'échéance. Pour l'instant, ça n'affecte pas concrètement les travaux sur le chantier», soutient-elle.  

La convention collective des 68 travailleurs de l’usine montérégienne est échue depuis le 30 septembre.

Le Syndicat effectue présentement des vérifications quant au recours à des travailleurs de remplacement.

«On sait très bien que cette usine ne peut fonctionner longtemps avec les cadres, fait valoir le représentant syndical, Éric Boulanger. Si Lafarge veut remplir ses commandes normalement, elle a intérêt à négocier de bonne foi plutôt que d'essayer de contourner le comité de négociation en s'adressant directement à nos membres. Nous sommes solidaires et déterminés à préserver le régime de retraite, la compagnie doit en prendre acte.»

Le 11 février, les syndiqués en grève ont rejeté à 99% la plus récente offre patronale.