La Ville exige le retrait d'une banderole interpellant la mairesse

Philippe Lanoix-Meunier philippe.lanoix-meunier@tc.tc Publié le 16 février 2016

La banderole interpellant la mairesse est visible depuis le 10 février.

©Photo : TC Media - Jean Laramée

Le 16 février, la Ville de Longueuil a exigé le retrait dans les 48 heures d'une banderole accrochée par le Syndicat des chauffeurs du Réseau de transport de Longueuil (RTL) à la façade de son local syndical, situé sur le chemin de Chambly. La banderole qui interpelle la mairesse Caroline St-Hilaire concernant le dossier des régimes de retraite, est en place depuis le 10 février.

La présidente, Sylvie Champagne, a indiqué que le Syndicat refusait catégoriquement de se plier à cette demande. «Il s'agit ni plus ni moins que d'une tentative de bâillonnement syndical. Nous allons faire savoir notre façon de penser à la mairesse à l'assemblée du conseil municipal!»

Pour la Ville, il ne s'agit que d'un simple avis d'infraction concernant l'affichage dans les zones urbaines.

En manchette

Une lanceuse et une entraîneuse de Saint-Hubert championnes canadiennes

BASEBALL. Mélanie Anctil, un ex-lanceuse d'exception, médaillée d'argent des Mondiaux de baseball féminin senior au Japon en 2008 à 16 ans et multiple médaillée des Nationaux , a vécu une belle expérience comme entraîneuse aux Championnats canadiens de baseball U21 féminin à Halifax, en Nouvelle-Écosse, du 4 au 8 août.

La Ville exige le retrait d'une banderole interpellant la mairesse

Philippe Lanoix-Meunier philippe.lanoix-meunier@tc.tc Publié le 16 février 2016

La banderole interpellant la mairesse est visible depuis le 10 février.

©Photo : TC Media - Jean Laramée


Le 16 février, la Ville de Longueuil a exigé le retrait dans les 48 heures d'une banderole accrochée par le Syndicat des chauffeurs du Réseau de transport de Longueuil (RTL) à la façade de son local syndical, situé sur le chemin de Chambly. La banderole qui interpelle la mairesse Caroline St-Hilaire concernant le dossier des régimes de retraite, est en place depuis le 10 février.

La présidente, Sylvie Champagne, a indiqué que le Syndicat refusait catégoriquement de se plier à cette demande. «Il s'agit ni plus ni moins que d'une tentative de bâillonnement syndical. Nous allons faire savoir notre façon de penser à la mairesse à l'assemblée du conseil municipal!»

Pour la Ville, il ne s'agit que d'un simple avis d'infraction concernant l'affichage dans les zones urbaines.