La «maison fantôme» complètement remise à neuf

Travaux de près de 300 000$

Philippe Lanoix-Meunier philippe.lanoix-meunier@tc.tc Publié le 25 février 2016

IMMOBILIER. La maison située au 842, rue des Roselins, dans l'arr. du Vieux-Longueuil, était surnommée «la maison fantôme» par les résidents du quartier. Abandonnée depuis plus de 12 ans, la demeure était devenue un vrai taudis. Deux hommes d'affaires s'en sont récemment porté acquéreurs et l'ont complètement remise à neuf. La maison est aujourd’hui méconnaissable, à la plus grande joie des voisins.

La propriétaire et son mari ont vraisemblablement abandonné la maison au moment de leur divorce, en 2003. Mais pour des raisons nébuleuses, la dame avait toujours refusé de vendre la résidence.

Fenêtres placardées, piscine creusée remplie de sable et de branches mortes, infiltrations d’eau dans le toit, gazon non coupé; des éclats de bouteilles de bière et autres détritus jonchaient le sol. La résidence faisait résolument contraste avec les autres maisons de ce quartier cossu.

Les lieux étaient souvent squattés par des groupes d'adolescents à l'occasion de petites fêtes nocturnes. Après de nombreuses plaintes de la part de citoyens, la Ville en a eu assez.

Transformation extrême

En mars 2015, la maison était dans un tel état de délabrement que la Ville a décidé d'entamer des démarches pour obtenir le droit la démolir. Mise au fait de la situation, la propriétaire aurait eu peur que la municipalité mette la maison aux enchères et se serait donc résignée à vendre.

Deux hommes d'affaires s'en sont finalement portés acquéreurs pour 145 000$, soit le prix du seul terrain, dans le but de la retaper et d'engranger des profits.

En trois mois de travaux, tout a été remis à neuf. Les murs, les toits et les escaliers ont été complètement remis en état, les tuyaux de la plomberie ont été remplacés et les buissons et la pelouse taillés.

Les travaux ont couté près de 300 000$ aux investisseurs, mais la maison est tout simplement méconnaissable. La propriété est maintenant évaluée à 649 000$.

Les gens du quartier ont accueilli ce changement avec joie. «Après toutes ces années,  on avait commencé à se résigner, nous a confié une résidente du quartier. C'est sûr que ça va augmenter la valeur de notre maison, en plus c'était franchement laid! On ne peut que se réjouir de ce changement.»

 

En manchette

Des taxis adaptés nouvelle génération pour Allo Taxi

TECHNOLOGIE. L'entreprise de taxi de Longueuil Allo Taxi s'est munie de véhicules adaptés plus performants et plus écologiques, fonctionnant à la fois au propane et à l'essence. Les fourgons MV-1 ne passeront certainement pas inaperçus!

Pierre Nantel indigné par la position des libéraux de Longueuil

POLITIQUE. Le député de Longueuil–Saint-Hubert Pierre Nantel et le Nouveau parti démocratique (NPD) sont venus bien près de renverser le projet de loi C-10, lundi dernier, malgré l'importante majorité détenue par le Parti libéral (PLC) de Justin Trudeau à la Chambre des communes.

La «maison fantôme» complètement remise à neuf

Travaux de près de 300 000$

Philippe Lanoix-Meunier philippe.lanoix-meunier@tc.tc Publié le 25 février 2016

IMMOBILIER. La maison située au 842, rue des Roselins, dans l'arr. du Vieux-Longueuil, était surnommée «la maison fantôme» par les résidents du quartier. Abandonnée depuis plus de 12 ans, la demeure était devenue un vrai taudis. Deux hommes d'affaires s'en sont récemment porté acquéreurs et l'ont complètement remise à neuf. La maison est aujourd’hui méconnaissable, à la plus grande joie des voisins.

La propriétaire et son mari ont vraisemblablement abandonné la maison au moment de leur divorce, en 2003. Mais pour des raisons nébuleuses, la dame avait toujours refusé de vendre la résidence.

Fenêtres placardées, piscine creusée remplie de sable et de branches mortes, infiltrations d’eau dans le toit, gazon non coupé; des éclats de bouteilles de bière et autres détritus jonchaient le sol. La résidence faisait résolument contraste avec les autres maisons de ce quartier cossu.

Les lieux étaient souvent squattés par des groupes d'adolescents à l'occasion de petites fêtes nocturnes. Après de nombreuses plaintes de la part de citoyens, la Ville en a eu assez.

Transformation extrême

En mars 2015, la maison était dans un tel état de délabrement que la Ville a décidé d'entamer des démarches pour obtenir le droit la démolir. Mise au fait de la situation, la propriétaire aurait eu peur que la municipalité mette la maison aux enchères et se serait donc résignée à vendre.

Deux hommes d'affaires s'en sont finalement portés acquéreurs pour 145 000$, soit le prix du seul terrain, dans le but de la retaper et d'engranger des profits.

En trois mois de travaux, tout a été remis à neuf. Les murs, les toits et les escaliers ont été complètement remis en état, les tuyaux de la plomberie ont été remplacés et les buissons et la pelouse taillés.

Les travaux ont couté près de 300 000$ aux investisseurs, mais la maison est tout simplement méconnaissable. La propriété est maintenant évaluée à 649 000$.

Les gens du quartier ont accueilli ce changement avec joie. «Après toutes ces années,  on avait commencé à se résigner, nous a confié une résidente du quartier. C'est sûr que ça va augmenter la valeur de notre maison, en plus c'était franchement laid! On ne peut que se réjouir de ce changement.»