Une dizaine de terrains d'école contaminés aux hydrocarbures

Annick Oligny annick.oligny@tc.tc
Publié le 3 février 2016

Le terrain de l'école secondaire Gérard-Filion est contaminé par du mazout.

©Photo TC Media – Robert Côté

Une tuile énorme vient de tomber sur la tête des différentes commissions scolaires du Québec, et les Commissions scolaires Marie-Victorin (CSMV) et Riverside (RSB) ne font pas exception. L'état de nombreux terrains contaminés aux hydrocarbures a été rendu public le 3 février, mais les commissions scolaires ont depuis assuré avoir la situation en main.

- Consultez notre carte interactive

Sept terrains de la CSMV et neuf de la RSB qui se trouvent sur le territoire de l'agglomération de Longueuil présentaient des contaminations, selon les données obtenues par le député de Chambly Jean-François Roberge.

Au total, ce sont 437 écoles québécoises qui sont ou ont été touchées par cette problématique, dont 78 en Montérégie.

Sur le territoire de la CSMV, les écoles primaires Armand-Racicot, Charles-Le Moyne, Les Petits-Explorateurs et l'Annexe de l'école Georges P. Vanier font partie du lot, en plus de l'école secondaire Gérard-Filion et du centre de formation professionnelle (CFP) Charlotte-Tassé. Le CPE la Petite École fait aussi partie de la liste puisqu'il est établi dans un bâtiment de la CSMV.

La présidente du conseil des commissaires, Carole Lavallée, souligne toutefois que certains de ces terrains ont déjà été remis en état et que d'autres le seront dès cet été.

«La plupart des rénovations ont été faites. Il faut retenir que rien n'est préoccupant pour la santé des élèves et du personnel», affirme Mme Lavallée.

Les écoles dont les travaux sont achevés sont Les Petits-Explorateur et Charles-Le Moyne. L'école Armand-Racicot et le CFP Charlotte-Tassé subiront d'éventuelles décontaminations, aux coûts respectifs de 17 000 et 50 000$.

Le cas de l'école secondaire Gérard-Filion est cependant différent selon la présidente.

«Le réservoir de mazout servait à un cours de mécanique automobile et a été condamné il y a quelques années. À l'époque, nous avions procédé à l'entreposage de manière conforme, mais on doit à réévaluer la situation.»

Riverside particulièrement touchée

La RSB compte elle aussi plusieurs établissements touchés, dont les écoles primaires St. Jude, Good Shepherd, Royal Oak, Terry Fox, St. Mary, Boucherville Elementary et Courtland Park, ainsi que le Access-Adult Centre for Continuing Education.

Le directeur général de la RSB, Sylvain Racette, assure lui aussi que la situation n'a aucun impact sur la santé des élèves et du personnel. «La situation est connue, suivie et en cours de correction, le tout en collaboration avec le ministère de l'Éducation.»

À la suite de demandes provenant du ministère en 2010, la RSB a procédé à 26 évaluations de l'état des sols et sur le lot, 20 se sont avérés contaminés aux hydrocarbures.

La situation de quatre écoles de la commission scolaire anglophone a déjà été réglée et dès cet été, deux autres terrains seront décontaminés.

L'état de certaines écoles inquiète

En plus de révéler quelles écoles sont construites sur des terrains contaminés, les documents obtenus par le député de Chambly permettent d'identifier 55 écoles qui sont dans un tel état de détérioration que leur reconstruction complète serait nécessaire.

Aucune école des commissions scolaires de la Rive-Sud n’est dans cette situation, mais certains établissements de la CSMV sont dans un état de vétusté préoccupant, soit les écoles primaires Saint-Anges, Georges-Étienne-Cartier et Marie-Victorin-de-l'Herbier et le CFP Charlotte-Tassé, de même que l'édifice abritant le siège social de la commission scolaire.

École

Indice de vétusté

Coût des rénovations

Des Saint-Anges, Saint-Lambert (primaire)

29,55%

1 821 781$

 

Georges-Étienne-Cartier (primaire)

28,08%

1 020 776$

 

Édifice Marie-Victorin (siège social)

22,81%

4 520 373$

 

Marie-Victorin-de-l'Herbier  (primaire)

21,21%

669 117,93$

 

CFP Charlotte-Tassé 9formation professionnelle)

21,15%

2 452 860$