L'aspirine réduirait le risque de cancer

La Presse Canadienne redaction@tc.tc Publié le 3 mars 2016

L'aspirine ne réduirait pas les risques de contracter le cancer du poumon, un des plus répandus.

©Photo: Deposit Photos

SANTÉ. La prise régulière d’une dose même modeste d’aspirine semble réduire le risque de souffrir du cancer, démontre une nouvelle étude américaine.

L’effet protecteur semble particulièrement prononcé en ce qui concerne les cancers du tube digestif.

Le docteur Andrew Chan, de l’Hôpital général du Massachusetts, a dit qu’il est maintenant possible de recommander la prise de l’aspirine pour réduire le risque de souffrir de ces cancers, surtout si le patient doit d’emblée prendre de l’aspirine pour d’autres problèmes (comme la prévention de la maladie cardiaque).

Le docteur Chan ajoute que la prise de l’aspirine permettrait d’éviter encore plus de cas de cancer que le simple dépistage.

Le docteur Chan et ses collègues ont épluché les données colligées depuis plus de 30 ans auprès des quelque 136 000 participants à la Nurses’ Health Study et à la Health Professionals Follow−Up Study. Ceux qui prenaient régulièrement de l’aspirine réduisaient de 3 pour cent leur risque absolu de cancer.

Le risque de cancer colorectal chutait de 19 pour cent et le risque des autres cancers du tube digestif de 15 pour cent. Les chercheurs estiment que l’aspirine pourrait permettre d’éviter au moins 30 000 cancers du tube digestif chaque année seulement aux États−Unis.

L’effet protecteur de l’aspirine se manifestait après cinq ans d’une dose qui allait de 0,5 à 1,5 comprimé normal par semaine, ou un comprimé à faible dose par jour.

Aucun bienfait n’a été constaté pour les cancers du sein, de la prostate et du poumon.

Les conclusions de cette étude ont été publiées en ligne par le journal médical JAMA Oncology.

L'aspirine réduirait le risque de cancer

La Presse Canadienne redaction@tc.tc Publié le 3 mars 2016

L'aspirine ne réduirait pas les risques de contracter le cancer du poumon, un des plus répandus.

©Photo: Deposit Photos


SANTÉ. La prise régulière d’une dose même modeste d’aspirine semble réduire le risque de souffrir du cancer, démontre une nouvelle étude américaine.

L’effet protecteur semble particulièrement prononcé en ce qui concerne les cancers du tube digestif.

Le docteur Andrew Chan, de l’Hôpital général du Massachusetts, a dit qu’il est maintenant possible de recommander la prise de l’aspirine pour réduire le risque de souffrir de ces cancers, surtout si le patient doit d’emblée prendre de l’aspirine pour d’autres problèmes (comme la prévention de la maladie cardiaque).

Le docteur Chan ajoute que la prise de l’aspirine permettrait d’éviter encore plus de cas de cancer que le simple dépistage.

Le docteur Chan et ses collègues ont épluché les données colligées depuis plus de 30 ans auprès des quelque 136 000 participants à la Nurses’ Health Study et à la Health Professionals Follow−Up Study. Ceux qui prenaient régulièrement de l’aspirine réduisaient de 3 pour cent leur risque absolu de cancer.

Le risque de cancer colorectal chutait de 19 pour cent et le risque des autres cancers du tube digestif de 15 pour cent. Les chercheurs estiment que l’aspirine pourrait permettre d’éviter au moins 30 000 cancers du tube digestif chaque année seulement aux États−Unis.

L’effet protecteur de l’aspirine se manifestait après cinq ans d’une dose qui allait de 0,5 à 1,5 comprimé normal par semaine, ou un comprimé à faible dose par jour.

Aucun bienfait n’a été constaté pour les cancers du sein, de la prostate et du poumon.

Les conclusions de cette étude ont été publiées en ligne par le journal médical JAMA Oncology.