Une nouvelle école à deux pas de l'école Pierre-Laporte


Publié le 15 mars 2017

Selon les prévisions du ministère de l'Éducation, l'arr. de Greenfield Park accueillera 237 élèves supplémentaires au cours des cinq prochaines années.

©Photo: TC Media - Archives/Denis Germain

Afin de soulager le problème de surpopulation dans l'arr. de Greenfield Park, la Commission scolaire Marie-Victorin (CSMV) propose de construire un nouveau bâtiment sur le terrain de l'école Pierre-Laporte. L’établissement accueillerait deux écoles alternatives, l'école primaire Tourterelle et l'école secondaire de l'Agora.

Le nouveau bâtiment, comptant son propre stationnement et sa propre cour, accueillerait 450 élèves, soit 150 de niveau primaire et 300 de niveau secondaire. Certains espaces, comme le gymnase, seraient communs. D'autres, comme les toilettes, seraient distincts pour chacune des écoles.

La CSMV n'a toujours pas déterminé si les élèves du primaire et du secondaire partageraient la même cour.

Le bâtiment libéré par le déménagement de l'école secondaire de l'Agora, sur la rue Springfield, dans le Vieux Greenfield Park, ferait place à une nouvelle école primaire de 28 locaux-classes. L'établissement retrouverait ainsi sa vocation première, puisque l'Agora était d'abord une école primaire avant d'accueillir des élèves du secondaire.

Le déménagement de l'école Tourterelle, actuellement intégrée à l'école Sainte-Claire de Brossard, libèrerait de l'espace pour cet établissement, dont les besoins sont aussi importants.

Libérer Pierre-Laporte

Cette réorganisation, présentée comme une hypothèse, affecterait aussi l'école Pierre-Laporte. La moitié de ses élèves seraient transférés à l'école primaire de la rue Springfield. Actuellement, les 637 élèves qui fréquentent l’école dépassent largement sa capacité d'accueil.

La capacité de Pierre-Laporte, qui compte 26 locaux-classes, serait limitée à un maximum de 400 élèves. Le territoire de l'école pourrait être redécoupé, pour être plus petit.

En proposant un tel scénario, la CSMV souhaite «vraiment doter ces deux secteurs très distincts d'écoles de quartier, d'écoles de marcheurs, explique la directrice générale adjointe Marie-Dominique Taillon. Une école, c'est un milieu de vie, un milieu qui rassemble une communauté.»

Cette réorganisation et la construction du bâtiment pourraient débuter en 2018. La CSMV a obtenu l'accord du ministère de l'Éducation pour utiliser une enveloppe d'environ 16 M$, d'abord vouée à un projet pour le secteur d'Auvergne, dans le Vieux-Longueuil. L'arrivée de l'école internationale du Vieux-Longueuil ainsi que l'agrandissement de l'école Saint-Romain ont toutefois comblé ce besoin.

Surpopulation

Au cours des dernières années, la CSMV a mis en branle de nombreux projets d'agrandissement ou de construction d'écoles, en périphérie. À Greenfield Park, la forte densité et le peu d'espace disponible posaient un défi.

Cette proposition survient «à la suite de plusieurs demandes et attentes des résidents de Greenfield Park, qui nous demandaient de proposer une alternative pour s'attaquer au problème de surpopulation dans l'arrondissement», relève Mme Taillon.

Actuellement, une soixantaine d'élèves qui devraient fréquenter l'école Pierre-Laporte doivent se tourner vers d'autres écoles.

Selon le plan de la CSMV, ces élèves seraient répartis entre l'école Pierre-Laporte et l'école de la rue Springfield, en fonction de leur adresse. Il pourrait toutefois y avoir aussi des attributions au cas par cas, afin d'assurer une certaine stabilité aux élèves. La politique de la CSMV précise qu’un élève «ne peut être transféré qu’une seule fois pour cause de surplus, durant son cours préscolaire et primaire, à moins de circonstances exceptionnelles».

 

 

En mode consultation

La Commission scolaire Marie-Victorin (CSMV) a entamé une série de consultations depuis le début de l'année afin de présenter le projet et consulter les différentes parties prenantes. L'année 2017 sera consacrée à la consultation et la planification.

«On est vraiment en mode consultation, assure la directrice générale adjointe Marie-Dominique Taillon. C'est un projet d'envergure, extrêmement positif, on veut en faire quelque chose de rassembleur.»

«On est conscient que cette réorganisation exige une collaboration, que l'on s'assoit ensemble, et qu'on travaille à construire autour de ce projet novateur, ajoute-t-elle. On sollicite la participation des gens.»

Le projet a été dévoilé aux conseils d'établissement, aux syndicats et au personnel des écoles concernées, aux comités de parents et aux municipalités. Une assemblée extraordinaire de parents a aussi été mise sur pied à l'école secondaire l'Agora, à l'école des Tourterelles, puis à l'école Pierre-Laporte.

À la demande d'une maman d'élève, une présentation sera effectuée le 20 mars aux familles déplacées en raison du problème de surpopulation à l'école Pierre-Laporte. Les résidents du secteur sont aussi invités dans ce processus, qui s'échelonna jusqu'en avril. Le conseil des commissaires rendra sa décision quant au projet et à sa forme le 25 avril.

«Toutes les écoles, les parents et même les résidents peuvent émettre leur avis sur cette proposition, assure Mme Taillon. Et historiquement le conseil des commissaires tient compte de ces avis.» <@Rb>(A.D.)<@$p>

 

Pas que des avantages

Un regroupement de parents et citoyens s'opposant à cette proposition de la CSMV s'est formé afin de «protéger» l'école Pierre-Laporte.

Certains déplorent les nombreux inconvénients pour les élèves: perte d'un espace vert, augmentation de la circulation, proximité des élèves de primaire et de secondaire et impossibilité d'un éventuel agrandissement de l'école Pierre-Laporte.

«En plus des nuisances sonores et des problèmes de sécurité routière que la présence de trois écoles sur le même terrain va engendrer, le quartier sera aussi beaucoup moins sécurisant, explique le résident et père de famille Jean-Alexandre D’Etcheverry. Mettre à côté d'écoles primaires des élèves d'une école secondaire alternative est un projet incongru.»

Selon une lettre envoyée par une citoyenne membre du regroupement, Isabelle Trudeau, plusieurs parents redoutent que cette proposition ne divise davantage la population du «nouveau» et du «vieux» Greenfield Park, plutôt que de créer un esprit de communauté, comme l'avance la CSMV.

Des parents et résidents proposent que l'école Pierre-Laporte soit agrandie pour réunir les enfants de Greenfield Park et que l'école Tourterelle se joigne à l'école de l’Agora. Certains demandent notamment que l'option de construction d'une école dans le Vieux-Longueuil soit réévaluée.

La directrice générale adjointe de la CSMV, Marie-Dominique Taillon, remarque que l'accueil du projet est jusqu'ici «très positif» du côté des écoles Tourterelle et de l'Agora. Elle est toutefois consciente que le projet puisse susciter des questionnements et assure «comprendre les inquiétudes», par exemple en ce qui a trait à la cohabitation.

«Mais les gens de Pierre-Laporte sont déjà habitués à la cohabitation, ce n'est pas une nouvelle réalité.» 

Avec la collaboration de Sarah Laou

L'école Pierre-Laporte et le terrain.

©Photo: Google Earth