Atteint d'un grave cancer, un père de famille de Magog veut passer «ses derniers mois» à la maison


Publié le 12 avril 2017

À travers cette épreuve difficile, Alexandre Faucher peut compter sur le soutien indéfectible de sa conjointe Sandra Beaudoin.

©(Photo TC Media - Charles-Antoine Rondeau)

CANCER. La vie d'une famille de quatre enfants de Magog a été complètement chamboulée au cours des derniers mois, alors que le paternel, Alexandre Faucher, 37 ans, a reçu un diagnostic de glioblastome multiforme grade 4 (5 tumeurs au cerveau). L'espoir de ce dernier est de pouvoir profiter de ses derniers mois à la maison, entouré des siens.

Présentement hospitalisé à Magog, M. Faucher explique que tout a commencé vers la mi-janvier, alors qu'il partait pour une semaine à Sept-Îles, dans le cadre de son travail de contremaître. «J'ai commencé par avoir deux doigts de la main gauche engourdis. Je me disais que ce n'était pas si grave et que j'irais faire vérifier la semaine suivante. Je suis donc parti travailler quand même», laisse-t-il entendre.

La situation s'est toutefois aggravée rapidement au cours des jours qui ont suivi le départ vers la Côte-Nord. «De jour en jour, j'ai commencé à sentir plus d'engourdissement dans le bras et la jambe, ainsi qu'à avoir de la douleur au genou et à l'épaule. J'ai ensuite complètement perdu la sensibilité du côté gauche de mon corps, ainsi que de la force», de mentionner Alexandre Faucher.

Le but, c'est de pouvoir profiter de tous les moments qui restent, ensemble, le plus longtemps possible.

Alexandre Faucher

Le travailleur a toutefois réussi à finir la tâche, mais au retour, les choses se sont vite compliquées. «Je me suis rendu chez moi, pour aller à l'hôpital tout de suite après, car c'était certain qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas», fait valoir celui qui travaillait jusqu'à récemment comme installateur de clôtures commerciales.

Radiographie, imagerie par résonance magnétique (IRM) et biopsie se sont succédé au cours des jours suivants. C'est au début de février, deux semaines plus tard, que le diagnostic a été annoncé. Depuis, la condition d'Alexandre Faucher s'est rapidement dégradée, si bien que sa conjointe, Sandra Beaudoin, a dû quitter son emploi pour rester à ses côtés. «En cinq semaines, il est passé de pouvoir marcher, à se déplacer en fauteuil avec des roulettes», observe-t-elle.

Une collecte de fonds pour soutenir la famille

Le glioblastome multiforme ne laisse malheureusement pas beaucoup de chance aux personnes qui en sont atteintes. Les traitements donnés au Magogois sont donc considérés comme étant palliatifs. Toutefois, M. Faucher n'a qu'un souhait; celui de pouvoir vivre ses derniers mois chez lui avec ses enfants de 5 à 11 ans et leur mère. «Mes patrons, Manuel Gareau et Daniel Miousse de Clôture Spec II, nous ont énormément aidés pour adapter la maison. Le CLSC nous soutient beaucoup aussi. Là, il s'agit de pouvoir avoir de l'aide au maintien à domicile, car éventuellement, j'aurai toujours besoin de quelqu'un avec moi», indique-t-il.

Pour le couple, l'objectif est clair. «Le but, c'est de pouvoir profiter de tous les moments qui restent, ensemble, le plus longtemps possible», de conclure Alexandre Faucher.

Pour faire un don à la famille, rendez-vous au www.gofundme.com/pour-alexandre-faucher.