Sections

Importante baisse de fréquentation dans les écocentres de Longueuil


Publié le 21 avril 2017

Les écocentres de l’agglomération de Longueuil ont connu des baisses moyennes de 6,2% du volume d’objets reçus en 2016.

© Photo: TC Media - Archives/Robert Côté

ENVIRONNEMENT. Les Longueuillois sont-ils moins soucieux de l’environnement et prennent-ils moins le temps de se débarrasser de leurs ordures pour qu’elles puissent avoir une «deuxième vie»? C’est la question qu’on peut se poser en consultant les dernières statistiques provenant des écocentres de l’agglomération.

En 2016, les trois écocentres du territoire, soient ceux de Marie-Victorin, Grande-Allée et Saint-Bruno, ont connu une baisse importante de leur volume d’objets récupérés, après avoir vécu trois années de croissance.

Alors que de 2013 à 2015, l’écocentre Grande-Allée avait connu un bond spectaculaire avec 38,9% d’augmentation du volume traité, il a connu une baisse de 9,4% l’an dernier. Même chose pour l’écocentre Marie-Victorin qui, après une croissance de 23%, a enregistré en 2016 une chute de 4,6%. L’écocentre de Saint-Bruno n’échappe pas à la tendance, son augmentation de 28,7% de 2013 à 2015 étant assombrie par une baisse de 4,6% en 2016.

Accès maintenant refusé aux entrepreneurs

À la Ville de Longueuil, on ne croit pas que les citoyens soient moins soucieux de l’environnement. On souligne par contre que de nouvelles mesures ainsi que l’implantation d’un logiciel de contrôle d’accès dans tous les écocentres y sont pour quelque chose dans ces statistiques.

«La limite de douze visites gratuites par année a été appliquée dès 2016», indique le porte-parole de la Ville, Louis-Pascal Cyr. De plus, les règles d’accès ont été resserrées afin de s’assurer que seulement les usagers résidentiels aient accès aux écocentres et non les entrepreneurs», ajoute-t-il.

Un 4e écocentre

Rappelons qu’un nouvel écocentre de 4,4 M$ verra le jour dans l’arr. de Saint-Hubert. Situé au 6375, boul. Payer, le nouveau site sera prêt en 2018.

Un autre site de récupération de produits sera quant à lui grandement amélioré en 2017. Des infrastructures de 2,5 M$ seront en effet implantées au site Marie-Victorin cette année et l’an prochain, tandis qu’un centre de service de 1,3 M$ y sera construit en 2018.