Centre d'entretien à l'aéroport de Saint-Hubert: un pas de plus vers une étude de faisabilité


Publié le 14 juin 2017

Le futur centre d'entretien pourrait notamment s'occuper de l'entretien de la CSeries de Bombardier.

©Photo: TC Media – Archives

ÉCONOMIE. Le gouvernement du Québec a annoncé mardi l'octroi d'un financement de 100 000$ pour mener une étude de faisabilité concernant l'implantation d'un centre d'entretien à l'aéroport de Saint-Hubert.

En février, l'entreprise Pro-Maintenance Aviation, formée par un groupe d’ex-employés d’Aveos, a demandé au gouvernement de financer une partie de l'étude de faisabilité du projet de centre d’entretien. Développement économique de l’agglomération de Longueuil (DEL) avait précédemment accepté de financer à la hauteur de 20% l'étude, évaluée à 300 000$.

Selon les promoteurs, le choix de Saint-Hubert pour la construction de ses installations de maintenance tombe sous le sens en raison de sa localisation géographique stratégique dans la grande région métropolitaine, en plus de son statut de pôle économique important. Ils avaient également évoqués la proximité avec l’École nationale d’aérotechnique (ÉNA), qui pourrait fournir de la main-d’œuvre.

«Québec aime le projet, c'est clair, a affirmé le président du groupe Pro-Maintenance Aviation (PMA), Jean Poirier, en entrevue au Courrier du Sud. Le gouvernement a décidé de mettre ses billes dans le projet à Longueuil. C'est vraiment une excellente nouvelle pour nous!»

«L'appui de Québec était essentiel afin que le projet puisse aller de l'avant, a-t-il ajouté. Ce sera beaucoup plus facile d'attirer des investissements privés maintenant que le gouvernement est dans la partie. La balle est maintenant dans notre camp. Il nous reste à démontrer que ce projet peut devenir un atout majeur pour la Rive-Sud et pour le Québec.»

M. Poirier souligne qu'il reste néanmoins beaucoup de travail à faire. PMA est présentement en attente d'une réponse du gouvernement fédéral, alors qu'une demande d’une contribution de 50 000$ leur a été adressée afin de combler la portion publique de l’étude de faisabilité.

«L’appui financier provincial est un signal clair que Longueuil est l’emplacement le plus stratégique pour implanter un centre de maintenance d’aéronefs au Québec, explique la directrice générale de DEL, Julie Ethier. Nous sommes donc satisfaits de constater que le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire appuie ce projet, tout comme l’a fait DEL, dès le début.»

La mairesse de Longueuil s'est également réjouie de cette nouvelle.

«Le soutien du gouvernement témoigne de sa volonté d'appuyer le développement de l'industrie aéronautique à l'aéroport Longueuil-Saint-Hubert», a écrit Caroline St-Hilaire sur sa page Facebook.