Sections

D’où contrôle-t-on les lumières qui illuminent le pont Jacques-Cartier?

Marie-Ève Shaffer

Publié le 11 juillet 2017

Illumination du pont Jacques-Cartier

©Photo: Gracieuseté

Les 2807 luminaires qui éclairent le pont Jacques-Cartier depuis le 17 mai dernier sont activés à partir d’une salle de contrôle qui se trouve dans un ancien poste de péage, à Longueuil. L’entreprise Moment Factory, qui a imaginé le projet, est aussi en mesure de modifier l’éclairage à distance.

«La programmation est alimentée par des algorithmes, a expliqué la directrice des communications des Ponts Jacques-Cartier et Champlain, Julie Paquet. Il n’y a pas de technicien qui ajustent les lumières, soir après soir. C’est préprogrammé selon ce qu’il se passe dans l’actualité et l’utilisation de certains mots-clés sur les réseaux sociaux. Ça vient influencer en temps réel la programmation.»

Les couleurs, la luminosité et le mouvement de l’éclairage changent, selon les saisons, la météo, l’actualité, les médias sociaux et des grands événements.

«Le système est conçu pour réagir à l’énergie de Montréal», a souligné Mme Paquet.

La présentation du spectacle, le 17 mai, donnant le coup d’envoi à l’illumination du pont Jacques-Cartier a toutefois nécessité la présence d’une équipe de programmeurs, de même que la reprise, qui a eu lieu le 25 juin.

L’illumination du pont Jacques-Cartier a été pensée par l’entreprise montréalaise, Moment Factory. Six studios de multimédia (Ambiances Design Productions, ATOMIC3, Éclairage Public / Ombrages, Lucion Média, Réalisations et UDO Design) l’ont aidée à concevoir l’éclairage du pont qui durera dix ans.

Pas moins de 39,5 M$ ont été consacrés à ce projet qui se veut un legs pour le 375e anniversaire de Montréal. Ce montant couvre l’élaboration du concept et du design, l’achat des équipements, la réalisation, l’opération et l’entretien pendant dix ans. Ottawa a injecté 30 M$ dans le projet et la Société du 375e anniversaire de Montréal a allongé la différence.