Baisse moyenne de 16% du prix de l’essence en 2015

La Presse Canadienne redaction@tc.tc Publié le 7 mars 2016

Le prix moyen de l'essence à la pompe se situe à 90,5 cents le litre lundi en Montérégie.

©Photo: Deposit Photos

PÉTROLE. Les automobilistes québécois ont bénéficié en 2015 d’une baisse moyenne de 16 pour cent du prix de l’essence par rapport à 2014, selon une compilation publiée lundi par le CAA−Québec.

Ainsi, le propriétaire d’une compacte Honda Civic 2014 ayant parcouru 20 000 km a épargné plus de 300 $ en 2015 par rapport à 2014. Pour la même distance, le conducteur d’une fourgonnette Dodge Caravan 2014 a économisé plus de 500 $. Enfin, pour une camionnette Chevrolet Silverado, la facture de carburant a diminué de plus de 550 $.

Les automobilistes québécois n’ont cependant pas eu droit aux mêmes baisses que ceux des États−Unis. En début de semaine, le prix moyen d’un gallon d’essence ordinaire s’établissait aux États−Unis à 1,749 $ US, soit 62 cents CAN/litre.

Le baril de pétrole brut raffiné au Québec a perdu près de 50 pour cent de sa valeur en 2015, avec un prix moyen de 52 $. La marge de raffinage a toutefois flirté avec les 20 cents/litre, soit une augmentation de 67 pour cent par rapport à 2014 à cause de la faiblesse du dollar canadien.

Le CAA−Québec a constaté, par ailleurs, que 11 des 17 augmentations observées un vendredi à Montréal en 2015 étaient démesurées et sans fondement. De plus, la marge au détail moyenne de la métropole a augmenté de 7 pour cent l’année dernière comparativement à 2014, alors que Québec et Sherbrooke ont enregistré des baisses respectives de 20 et de 18 pour cent.

Le CAA−Québec estime que l’industrie pétrolière applique encore des stratégies défavorables aux automobilistes, avec des hausses substantielles et injustifiées ainsi que par des épisodes de trop grande stabilité à la pompe.

En manchette

Les restaurateurs et tenanciers craignent les impacts

Dès demain ( 26 mai), les fumeurs ne pourront plus griller une cigarette sur les terrasses partout en province. Si les tenanciers et restaurateurs approuvent ce choix pour la santé publique, ils craignent également un impact important sur leur clientèle.

Entrepreneur coupable de fraude : 120 heures de travaux communautaires

L'entrepreneur de Saint-Césaire Stéphane Roberge a été condamné à effectuer 120 heures de travaux communautaires et sera sous probation pendant deux ans. Il devra aussi rembourser la quincaillerie BMR de Chambly pour deux de quatre transactions frauduleuses réalisées en 2011.

Baisse moyenne de 16% du prix de l’essence en 2015

La Presse Canadienne redaction@tc.tc Publié le 7 mars 2016

Le prix moyen de l'essence à la pompe se situe à 90,5 cents le litre lundi en Montérégie.

©Photo: Deposit Photos


PÉTROLE. Les automobilistes québécois ont bénéficié en 2015 d’une baisse moyenne de 16 pour cent du prix de l’essence par rapport à 2014, selon une compilation publiée lundi par le CAA−Québec.

Ainsi, le propriétaire d’une compacte Honda Civic 2014 ayant parcouru 20 000 km a épargné plus de 300 $ en 2015 par rapport à 2014. Pour la même distance, le conducteur d’une fourgonnette Dodge Caravan 2014 a économisé plus de 500 $. Enfin, pour une camionnette Chevrolet Silverado, la facture de carburant a diminué de plus de 550 $.

Les automobilistes québécois n’ont cependant pas eu droit aux mêmes baisses que ceux des États−Unis. En début de semaine, le prix moyen d’un gallon d’essence ordinaire s’établissait aux États−Unis à 1,749 $ US, soit 62 cents CAN/litre.

Le baril de pétrole brut raffiné au Québec a perdu près de 50 pour cent de sa valeur en 2015, avec un prix moyen de 52 $. La marge de raffinage a toutefois flirté avec les 20 cents/litre, soit une augmentation de 67 pour cent par rapport à 2014 à cause de la faiblesse du dollar canadien.

Le CAA−Québec a constaté, par ailleurs, que 11 des 17 augmentations observées un vendredi à Montréal en 2015 étaient démesurées et sans fondement. De plus, la marge au détail moyenne de la métropole a augmenté de 7 pour cent l’année dernière comparativement à 2014, alors que Québec et Sherbrooke ont enregistré des baisses respectives de 20 et de 18 pour cent.

Le CAA−Québec estime que l’industrie pétrolière applique encore des stratégies défavorables aux automobilistes, avec des hausses substantielles et injustifiées ainsi que par des épisodes de trop grande stabilité à la pompe.