Une restructuration bénéfique selon Gaétan Barrette

Réorganisation du réseau de la santé et des services sociaux

Vanessa Picotte vanessa.picotte@tc.tc
Publié le 4 novembre 2015

Le ministre de la Santé et des Services sociaux et député de Brossard, Gaétan Barrette, a rencontré les médias vendredi dernier

© Photo: TC Media - Robert Côté

LOIS. L'application de la loi 10, en vigueur depuis avril, a été bénéfique pour le réseau de la santé et des services sociaux, selon le ministre Gaétan Barrette. Lors d'une rencontre avec les médias, vendredi dernier, il a affirmé que plusieurs objectifs avaient déjà été atteints.

. Nous avions un objectif de réduire le nombre de cadres de 1300 au Québec et nous avons excédé cette demande, ce qui signifie que les économies que nous visions sur ce plan vont être supérieures. Gaétan Barrette

«Vous vous rappellerez le discours des oppositions qui avaient annoncé la destruction du réseau. Vous pouvez constater, au moment où on se parle, que le réseau se porte très bien. J'irais même jusqu'à dire qu'il se porte mieux», a lancé le ministre, pointant du doigt la porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé et d'accessibilité aux soins et députée de Taillon, Diane Lamarre.

Aux dires de Gaétan Barrette, la réorganisation des Agences de la santé et services sociaux en Centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) s'est déroulée sans accrochage et sans perturbation partout dans le réseau, particulièrement en Montérégie.

Dépasser les objectifs

En ce qui concerne la réforme administrative, toutes les régions ont atteint les objectifs mis en place par le ministre pour réduire le nombre de cadres.

«Plusieurs régions ont même excédé les attentes. Nous avions un objectif de réduire le nombre de cadres de 1300 au Québec et nous avons excédé cette demande, ce qui signifie que les économies que nous visions sur ce plan vont être supérieures.»

Le ministre a de plus souligné que dans cet exercice de restructuration, personne n'a été remercié. «Il y a des gens qui ont choisi de partir et d'autres qui ont été relocalisés dans des postes équivalents ou de niveau inférieur», a-t-il précisé.

Projet de loi 20

Alors que le projet de loi 20 sera vraisemblablement adopté dans les prochaines semaines, Gaétan Barrette a voulu remettre les pendules à l'heure en ce qui a trait aux frais accessoires qui, selon le Parti québécois (PQ) et la Coalition Avenir Québec (CAQ), réduiront l'accès aux soins et les rendront plus onéreux.

«Premièrement, que ça soit dit une fois pour toutes: les frais accessoires sont une notion qui a été mise en place par le PQ en 1979, a d’abord souligné le ministre. Les frais accessoires n’existaient pas à la naissance de l'assurance-maladie sous le gouvernement libéral.»

Selon Gaétan Barrette, la légalisation des frais accessoires empêchera les abus et illégalités, comme les frais d'ouverture de dossier.

«Nous n'allons pas augmenter les frais accessoires, mais tout ce qui est illégal va clairement l'être, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Dans la loi, je vais identifier clairement ce qui est permis et nous allons déterminer le coût de toutes les pratiques. Ce qui fait que les frais illégaux, il n'y en aura plus. J'invite le monde à nous les rapporter», a précisé M. Barrette, ajoutant que les frais seront même diminués.