François Legault rend visite à des écoles de Longueuil


Publié le 20 mars 2017

François Legault et porte-parole caquiste en matière d’éducation Jean-François Roberge en discussion avec des élèves de l'école des Petits Explorateurs.

©Photo: Gracieuseté

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) François Legault était de passage à Longueuil, lundi, afin de rencontrer des familles du coin et entendre leurs préoccupations.

Accompagné du député de Chambly et porte-parole caquiste en matière d’éducation Jean-François Roberge, François Legault a notamment visité les écoles Les petits explorateurs et du Vent-Nouveau, de même que rencontré les responsables de la Coalition des parents d’enfants à besoins particuliers du Québec et de la maison des jeunes Kekpart.

«C’est important pour la classe politique de demeurer connectée sur la réalité que vivent les familles au Québec, a expliqué M. Legault. Aujourd’hui, j’ai pu constater qu’ici-même sur la Rive-Sud, de nombreux parents sont tannés de voir leurs factures de toutes sortes augmenter, pendant que leurs revenus n’augmentent pas.»

«Depuis que les libéraux ont pris le pouvoir en 2003, on a dégringolé au dernier rang des provinces canadiennes pour le revenu disponible par habitant. M. Couillard a brisé ses promesses électorales en haussant drastiquement les taxes et les tarifs. Il poursuit l’œuvre de Jean Charest. Pendant ce temps, le Parti québécois (PQ) et Jean-François Lisée font la preuve de leur vision dépassée en s’opposant à toutes baisses d’impôts. Les vieux partis devraient se connecter davantage aux besoins des familles. On le sent bien ici sur la Rive-Sud», a-t-il poursuivi.

Jean-François Roberge a également dénoncé le manque de vision des libéraux en matière éducation.

«En plus de payer plus de taxes et d’impôts que partout ailleurs, les familles du Québec voient qu’on coupe leurs services dans les écoles. Elles paient plus, mais obtiennent moins! Je ne peux pas croire que le gouvernement Couillard a coupé des services aux élèves qui ont des difficultés d’apprentissage, pour ne nommer que cet exemple. Les gens qu’on a rencontrés aujourd’hui sont unanimes: le manque de vision libéral leur nuit grandement», a conclu M. Roberge.