Investissements majeurs pour les personnes et les familles touchées par l'autisme


Publié le 19 mai 2017

La pdg adjointe du CISSS Montérégie-Centre, Lise Pouliot; le député Stéphane Billette; le ministre de la Santé Gaétan Barrette; la députée Nicole Ménard; la ministre Lucie Charlebois; le pdg du CISSS Montérégie-Ouest, Yves Masse; et la pdg du CISSS Montérégie-Est, Louise Potvin.

©Photo: Gracieuseté

SANTÉ. Le gouvernement du Québec investira  5 876 400 M$ annuellement jusqu'en 2022, ainsi qu'un montant additionnel de 1 893 178 M$ pour cette année, en vue d'améliorer les services offerts aux personnes de la Montérégie ayant un trouble du spectre de l'autisme (TSA) et leur famille. La ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie et ministre responsable de la région, Lucie Charlebois, en a fait l'annonce aujourd'hui, à Longueuil.

Ces investissements découlent du Plan d'action sur le trouble du spectre de l'autisme 2017-2022 dévoilé le 21 mars et destiné à réduire les listes d'attente et à rehausser les services offerts.

L’investissement annuel récurent pour l’ensemble de la province est de 29 M$. À cela s’ajoute une somme de 1,25 M$ qui servira à soutenir la recherche, la formation et la production d’outils d’intervention en lien avec le trouble du spectre de l’autisme. De plus, 11 M$ s’ajouteront pour la première année du plan d’action afin de réduire les listes d’attente.

Les priorités ciblées par ces investissements sont d’augmenter le nombre d’enfants de moins de 5 ans bénéficiant du programme d’intervention comportementale intensive (ICI) et de services en réadaptation; d’éliminer la liste d’attente et d’augmenter ainsi le nombre de familles qui reçoivent du soutien pour des services de répit, de dépannage et de gardiennage; d’offrir un soutien financier aux organismes communautaires afin de créer de nouvelles places en répit, en dépannage et en gardiennage; d’affecter systématiquement un intervenant pivot aux jeunes enfants dès l’accès aux Services et d’assurer une continuité des services à la fin de la scolarisation jusqu'à 21 ans afin de favoriser l’intégration au travail ou vers d’autres types d’activités.

«Par ce plan d’action, nous souhaitons faire une différence dans la vie des personnes ayant un trouble du spectre de l’autisme et leur famille, et ce, de l’enfance jusqu’à l’âge adulte, a affirmé Lucie Charlebois. Nous savons que leur quotidien comporte des défis et nous souhaitons les accompagner dans toutes les étapes importantes de leur vie.»

«Les personnes ayant un trouble du spectre de l’autisme bénéficieront grandement de ces investissements, a mentionné le président-directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux(CISSS) de la Montérégie-Ouest Yves Massé. L’accès aux soins ainsi que la réduction des listes d’attente devraient être les priorités.»