Sections

REM: Lessard souhaitait du contenu local dans les appels d'offres de la Caisse


Publié le 15 juin 2017

Le pourcentage des redevances ainsi que le périmètre autour des stations du REM qui sera soumis à la captation foncière restent encore à déterminer.

©Photo: Gracieuseté

Le ministre des Transports, Laurent Lessard, souhaitait que la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) fixe un seuil minimal de contenu local dans l'achat de ses futurs trains de banlieue, à l'opposé de ce qu'a déjà affirmé le premier ministre Philippe Couillard.

Le ministre a affirmé en Chambre qu'il aurait préféré des règles de contenu minimal conformes aux accords internationaux, en ajoutant toutefois que cela aurait nui à l'indépendance de la Caisse.

Depuis plusieurs jours, le gouvernement doit se défendre contre les attaques de l'opposition qui réclame une exigence minimale de contenu local dans les appels d'offres du Réseau électrique métropolitain (REM), un mégaprojet de train de banlieue électrique mené par la Caisse dans la région de Montréal.

Le premier ministre Philippe Couillard s'est toujours bien gardé d'indiquer une préférence et a toujours maintenu qu'il ne fallait pas s'ingérer dans les décisions de la CDPQ, en réponse notamment aux questions du chef caquiste François Legault, qui réclamait des règles minimales d'achat au Québec — à l'instar de ce qui se fait dans d'autres pays —, de crainte de finir avec un train «made in China», selon ses mots.