Sections

L'attaché politique de Martine Ouellet songe à lui succéder dans Vachon


Publié le 9 août 2017

Patrick Ney et la députée de Vachon, Martine Ouellet

©Photo: TC Media – Philippe Lanoix-Meunier

POLITIQUE. L’attaché politique de Martine Ouellet, Patrick Ney, songe à se présenter dans la circonscription de Vachon sous la bannière du Parti québécois (PQ) aux prochaines élections provinciales.

Mme Ouellet a annoncé qu'elle quittera son poste en 2018 pour tenter de se faire élire aux prochaines élections fédérales. La députée a récemment quitté le PQ pour siéger comme indépendante, cumulant également les fonctions de chef du Bloc québécois à Ottawa.

M. Ney avait tout d'abord annoncé ses intentions sur sa page Facebook le 2 juin. Il affirme depuis avoir reçu de nombreux messages d'appui.  

«Ce sont des citoyens de la circonscription, qu'ils soient membres du PQ ou non, qui m'ont d'abord approché, affirme-t-il. Plusieurs m'ont confié souhaiter que le prochain député ne soit pas parachuté et qu'il connaisse bien les réalités de la circonscription. Je suis présentement en réflexion. Je veux prendre le temps d'y penser. Ce n’est pas une décision qui se prend à la légère, mais les réactions sont positives.»

Patrick Ney travaille dans la circonscription de Vachon depuis 2003. Il a tout d'abord œuvré pour l’ancien député péquiste Camil Bouchard, pour ensuite travailler auprès de Martine Ouellet. Fier de son expérience, il estime avoir toutes les compétences nécessaires pour faire un bon député.

«Bien que je ne réside pas dans la circonscription, je la connais comme ma poche, raconte M. Ney. Avec toutes ces années à m'impliquer dans Vachon, je pense que je commence à être connu, notamment des différents organismes communautaires du coin.»  

M. Ney affirme avoir reçu l'appui de Martine Ouellet dans sa démarche. Il indique également avoir déjà rencontré des responsables du PQ concernant sa possible candidature.

Originaire de France, Patrick Ney est installé au Québec depuis de nombreuses années. Militant souverainiste de longue date, il affirme avoir toujours été un «indépendantiste dans l'âme».

«En France, mon père était militant socialiste. Nous avons toujours baigné dans la politique à la maison. À mon arrivée au Québec, mon attirance pour le PQ et la cause souverainiste s'est fait naturellement.»

M. Ney devrait prendre une décision officielle après le congrès national du PQ, au début du mois de septembre.

Les prochaines élections provinciales auront lieu à l’automne 2018.