Une application mobile pour faire déneiger son entrée

Mathias Marchal mathias.marchal@journalmetro.com
Publié le 29 décembre 2015

L’application mobile sera bientôt fonctionnelle sur la Rive-Sud de Montréal.

©Photo: Deposit Photos

Ceux qui ont en horreur le déneigement de leurs escaliers ensevelis pourront désormais sous-traiter cette activité grâce à l’application WeDo.

L’application mobile pour téléphone intelligent lancée cette semaine est inspirée du modèle d’affaires d’Uber, mais pour le déneigement. «Si l’on s’inscrit en tant que client ont peut commander un service de pelletage manuel et le prix varie selon la superficie et la rapidité d’intervention demandée», explique Olivier Arcand, le jeune homme à l’origine de l’idée.

«Dès qu’une demande de service apparait, les pelleteurs y ont accès. Le premier qui clique emporte le contrat. Il prendra soin de prendre une photo avant et après l’opération afin d’éviter tout litige. Un montant est automatiquement débité de la carte de crédit du client, une fois le contrat rempli. On reverse au pelleteur 80% de la valeur de chaque contrat», ajoute M. Arcand.

Ce dernier cible les étudiants qui peuvent ainsi arrondir leurs fins de mois. «Comme les tarifs de pelletage débutent à 14,99$ pour environ 30mn de travail, le taux horaire est intéressant», indique Olivier Arcand, qui affirme déjà compter près de 250 pelleteurs et 300 clients potentiels.

Si les tarifs pourront paraitre un peu élevés à certains, le fondateur de WeDo répond que ses prix sont au moins deux fois inférieurs à ce qui se pratique dans le domaine du déneigement et que sa formule ne prévoit aucun contrat. Le déneigement se fait à la carte.

Afin de s’assurer que le travail sera bien fait, les clients pourront noter le travail réalisé. Un pelleteur qui obtiendrait moins de trois étoiles sur 5, trois fois de suite, ne pourrait plus remporter de contrat.

L’application sera fonctionnelle sur la Rive-Nord, Montréal et bientôt la Rive-Sud. WeDO espère se rembourser des 35 000$ investis dans l’aventure dès la première année. Sachant que l’entreprise garde 20% de la valeur des contrats octroyés, cela suppose qu’elle réalise un chiffre d’affaires de 160 000$.

L’été prochain, l’entreprise prévoit en outre élargir ses activités vers l’entretien des jardins et des piscines.