«Il ne faut pas avoir honte de demander de l'aide durant sa grossesse»

Publié le 8 août 2015

Josianne Boudreau avec sa fille, Daphné.

©Photo: Gracieuseté

Quelques semaines après avoir appris qu'elle était enceinte, la blogueuse Josianne Brousseau a perdu son emploi dans une entreprise de cosmétiques. Et impossible de retourner travailler puisqu'elle a dû passer de longues semaines alitée. C'est le soutien de la Fondation OLO (œuf, lait, orange) qui a permis à la Longueuilloise de bien s'alimenter durant sa grossesse.

Je n'avais pas beaucoup de revenus. Même avec de l'aide de mon réseau, j'avais besoin de OLO. C'était mon coussin de sécurité», affirme l'auteure du blogue Être radieuse.

La Fondation fournit quotidiennement des coupons, échangeables dans tous les commerces pour un œuf, un litre de lait, un verre de jus d'orange et un supplément de vitamines et minéraux. Les intervenantes, qui travaillent dans les CLSC, offrent en plus un suivi individuel et des conseils de nutrition.

«Il y a deux ans, quand j'ai perdu mon emploi, je ne l'aurais pas dit, j'avais honte. Mais cette expérience a été bénéfique pour ma santé et celle de Daphné. Surtout que j'ai eu une grossesse et un accouchement difficile à cause d'une pré-éclampsie.»

En Montérégie, la Fondation a aidé 2150 femmes en 2013-2014. Sur le territoire du CSSS Pierre-Boucher, environ 450 femmes ont eu recours au programme chaque année depuis 5 ans. Du côté du CSSS Champlain-Charles-Le Moyne, ce chiffre tourne autour de 275 femmes.

Un nouveau blogue

En plus d'un soutien alimentaire, la Fondation OLO a donné à Josianne le temps et la motivation de créer son propre emploi, en donnant une nouvelle formule arts de vivre au blogue qu'elle tenait depuis 2010. Aujourd'hui, elle peut vivre de son métier de blogueuse et de gestionnaire de médias sociaux.

«J'ai toujours parlé de beauté sur mon blogue, mais les thèmes se sont transformés avec la grossesse. Les lecteurs me posaient des questions sur les vergetures ou l'acné, explique la maman de 28 ans. Mon blogue tourne autour des cosmétiques, de mon rôle de mère, mais aussi du vintage des années 50, qui est ma signature. Je suis payée grâce à la publicité et les articles commandités.»

Chaque jour, 2000 à 2500 personnes, surtout des Québécois et des Français, visitent le site etreradieuse.com. Et 2500 personnes suivent aussi Josianne sur Facebook, et 1500 sur Twitter.

Rens.: fondationolo.ca

Pour connaitre les endroits préférés de la blogueuse longueuilloise dans sa ville natale, cliquez ici.  

La blogueuse et amatrice de vintage Josianne Brousseau adore aller travailler au Gros luxe, sur la rue Saint-Charles.

©Photo: TC Media – Marie-Philippe Gagnon-Hamelin