Grand nettoyage de printemps dans les parcs-natures de Longueuil


Publié le 30 avril 2017

Une quarantaine de bénévoles ont participé à la corvée de printemps au parc de la Cité, dimanche matin.

©TC Media - Robert Côté

ENVIRONNEMENT. Malgré la température peu clémente ce dimanche, les bénévoles s'activaient à ramasser déchets et détritus au parc de la Cité, situé dans l'arr. de Saint-Hubert.

Âgés de 7 à 50 ans, ils étaient une quarantaine sur le pied de guerre, dès 9h, pour effectuer la petite corvée dominicale de printemps organisée par la Ville. Des élèves des écoles secondaires Jacques-Rousseau et André-Laurendeau, des familles et des employés d'entreprises de l'arrondissement ont pris part à cette activité.

Jessica, François et ses enfants, Nancy, Marie-Pierre ou encore Gabriel ont ainsi parcouru les grandes allées du parc à la recherche de déchets. Munis de gants, de sacs à ordures et de pelles fournis par la Ville, ils ont ramassé bouteilles, cannettes, mégots de cigarettes et même un «poisson mort», comme l'a fièrement rapporté le petit Frédéric, 7 ans, heureux de participer.

La Ville a offert un déjeuner, des rafraîchissements et une collation à chaque participant.

Pour les bénévoles rencontrés par Le Courrier du Sud, cette initiative est une belle façon de profiter du plein air et des espaces verts tout en contribuant à préserver l'environnement.

«Nous avons parcouru une grande partie du parc, a indiqué François, directeur d'entreprise, père de famille et bénévole. Et nous avons été agréablement surpris de voir aussi peu de détritus et de trouver le parc aussi propre. On s'attendait à en trouver davantage. C'est une bonne chose!»

Préserver la nature en ville

Si l'événement a rassemblé plusieurs dizaines de citoyens cette fin de semaine dans les parcs-natures Michel-Chartrand et de la Cité, il a également permis aux associations présentes sur le terrain de sensibiliser les participants aux enjeux écologiques.

Au parc de la Cité, les membres de l'Association pour la protection du parc de la Cité accompagnaient les bénévoles dans leur nettoyage, en plus des gestionnaires de parc.

L'association, qui compte près de 200 membres, veille notamment à la préservation du site et se veut vigilante quant à la prolifération de l'habitat et des constructions aux alentours du parc.

«Ce parc est le poumon vert de Saint-Hubert, a défendu la bénévole et membre du comité administratif de l'association, Géraldine Duvernay. Nous veillons à ce qu'il le reste, et qu'il demeure loin de toutes les grandes infrastructures envahissantes.»

À la manière de sentinelles, les membres de l'association veulent être le lien entre la Ville, les gestionnaires de parcs et les citoyens. Elle a d'ailleurs comme projet de mettre en place un comité citoyen composé d'utilisateurs du parc.