Radicalisation: un colloque d'envergure internationale à Longueuil

Publié le 5 mai 2017

Le sociologue français et sommité en matière de radicalisation Gérald Bronner (à gauche) en présence du directeur du CEFIR Martin Geoffroy (à droite), lors du précolloque au campus de Longueuil, le 3 mai.

©TC Media - Jean Laramée

COLLOQUE. Vingt-quatre professeurs-chercheurs en sciences sociales, des juristes et des intervenants de centres de recherche présentent le fruit de leur réflexion sur le phénomène de la radicalisation au campus de Longueuil, du 4 au 6 mai.

Le colloque international de l’Université de Sherbrooke Les racines religieuses de la radicalisation: fait ou fiction?réunit des conférenciers provenant du Québec, des États-Unis et de l’Europe.

Tous se questionneront sur les fondements de la radicalisation qui mène ou non à la violence, tout en cherchant à identifier des moyens pour mieux la prévenir.

«Nous sommes honorés de nous associer à un événement d’envergure internationale qui réunit des experts de différentes disciplines venus échanger sur un phénomène mondial et préoccupant, a affirmé le directeur et chercheur principal du CEFIR Martin Geoffroy. Il s’agit d’une belle opportunité de mettre en commun nos connaissances et de s’inspirer de ce qui se fait ici et ailleurs dans le monde.»

Le sociologue et spécialiste des intégrismes religieux présentera ce vendredi une conférence intitulée L’intégrisme catholique au Québec.

Le cégep Édouard-Montpetit s'est associé à la Ville de Longueuil, au Centre d’expertise et de formation sur les intégrismes religieux et la radicalisation (CEFIR), au Centre de recherche Société, Droit et Religions de l’Université de Sherbrooke (SoDRUS), à l'ambassade américaine au Canada, à l'Agence universitaire de la Francophonie, mais aussi à l’Observatoire sur la radicalisation et l’extrémisme violent (OSR) ainsi qu'au Conseil de la recherche en sciences humaines (CRSH) pour orchestrer cet événement.

Le CEFIR s'associe à un chercheur de renommée internationale

Lors du précolloque du 3 mai, le CEFIR en a profité pour annoncer sa collaboration avec le sociologue français et sommité en matière de radicalisation, Gérald Bronner.

Martin Geoffroy a indiqué qu'il souhaitait s’inspirer des méthodes du chercheur pour prévenir la radicalisation chez les jeunes. M. Bronner travaille sur les croyances collectives, les erreurs de raisonnement et leurs conséquences sociales.

«Les travaux de Bronner sur les processus cognitifs menant à l’extrémisme sont au cœur de la philosophie du CEFIR, a affirmé M. Geoffroy. Son expertise en tant que chercheur et intervenant auprès de personnes radicalisées nous aidera à mieux comprendre ce phénomène. Ces échanges favoriseront le développement de contenus éducatifs destinés aux jeunes, aux intervenants et à la communauté québécoise. Nous voulons ainsi changer les mentalités, et ultimement, contrer le phénomène de la radicalisation.»

M. Bronner a offert deux conférences ouvertes au public à la bibliothèque du campus de Longueuil.

Rens.: Il est possible de consulter la programmation du colloque en cliquant sur ce lien.

(S.L)