Sections

Décès du petit Josh aux urgences: le rapport du coroner pointe l'hôpital Charles-LeMoyne


Publié le 10 juillet 2017

Le petit Josh Dubois.

©Gracieuseté.

INVESTIGATION. Les conclusions sur les circonstances de la mort de Josh Dubois, survenue le 18 février après un passage aux urgences de l'hôpital Charles-LeMoyne, ont finalement été rendues publiques. Dans son rapport, le coroner en charge du dossier met en cause l'hôpital et lui recommande d'améliorer son processus de triage.

À la suite de la disparition de leur petit garçon de deux ans, Florent Dubois et Karine Delgado avaient porté plainte contre l'hôpital Charles-LeMoyne. Des revendications qui sont désormais appuyées par le rapport d'investigation du coroner Jean Brochu, déposé ce 26 juin. 

Ce dernier conseille notamment au directeur de l'hôpital «de veiller à ce que les mesures soient prises pour améliorer la collecte des données cliniques essentielles au moment du triage à l'urgence, particulièrement en ce qui concerne les enfants» et de «suivre les recommandations de l’Échelle canadienne de triage et de gravité». 

Dans le cas du petit Josh, il mentionne qu'une réévaluation de l'état de l'enfant aurait dû être prise toutes les 30 minutes en raison de son code de priorité P3. Ce qui n'a pas été fait. 

Le coroner pose alors cette question: «L'équipe médicale aurait-elle réalisé plus tôt la gravité de la situation si les signes vitaux avaient été pris plus systématiquement?» 

Emporté par une infection virulente

Josh, arrivé aux urgences dès 7h50 pour une pneumonie, avait vu son état se dégrader rapidement, ce 18 février. L'enfant avait été évalué une première fois au triage à 8h10, puis, à 8h52, une infirmière avait noté «Le patient vient de s’endormir dans la poussette. Respectons sommeil».
Le petit patient n’a pas été réévalué par le personnel de l’hôpital pendant trois heures. À 12h30, un externe en pédiatrie a noté que l’enfant présentait des signes de détresse. Pris en charge par un pédiatre à 15h, son état s'est détérioré. Transféré trop tard à l'hôpital Sainte-Justine, vers 21h, l'enfant a finalement succombé à 22h40. 

Le rapport du coroner confirme que Josh est décédé des suites d'un choc septique secondaire à une bronchopneumonie causé par un streptocoque du groupe A.

«C'est écrit noir sur blanc»

Le couple a tout de suite dénoncé le manque de réévaluation de l'état de leur fils durant cette interminable journée. En plus de la plainte déposée à l'hôpital, ils ont lancé une pétition en ligne pour alerter l'opinion publique, et ce, malgré les propos du ministre de la Santé Gaétan Barrette indiquant que la prise en charge de l'enfant avait été réalisée dans les règles. 

«Le coroner ne peut pas directement porter d'accusation, mais on sait maintenant que quelque chose n'a pas été fait, déplore la mère de Josh, qui ne baisse pas les bras. C'est écrit noir sur blanc dans le rapport.  Et si tout avait si bien été fait au triage, pourquoi le coroner indique qu'il y a des mesures à faire respecter en ce qui concerne le codage et le processus de réévaluation? Je voudrais juste avoir des réponses; savoir pourquoi sa tension n'a pas été prise… Je suis en colère de voir que rien ne bouge depuis des mois…» 

En effet, cinq mois après le drame, les parents de Josh attendent toujours que la commissaire aux plaintes de l'hôpital Charles-LeMoyne rende son rapport. Le couple continue de faire circuler leur pétition et d'alerter le gouvernement sur les circonstances nébuleuses qui entourent la mort de leur fils.