Cuisiner Noël sans stress

Les trucs de Florence-Léa Siry pour vivre Noël en toute quiétude

Publié le 13 décembre 2015

Florence-Léa Siry

©Daphne Caron

C'est le moment de penser à Noël et à la période des Fêtes. Certains sont pourtant bien angoissés par toute cette pression qui s’est greffée à Noël au fil des dernières décennies…Et si la solution était de repenser notre façon de prévoir ou de cuisiner Noël ? Voici nos astuces pour arriver à Noël en même temps que tout le monde, et ce le sourire aux lèvres !

Pensez à mijoter une viande. Cuisant pendant plusieurs heures dans un bon liquide, il ne vous restera qu’à l’effilocher et à la servir.

Florence-Léa Siry

Le fameux repas de Noël...

La corvée de cuisine

Déterminez clairement une heure d’arrivée pour la corvée de cuisine. Si vous n’avez pas suffisamment d’ustensiles pour les recettes à concocter, rappelez à vos invités d’apporter les leurs. Et des plats de réserve pour le partage des aliments cuisinés.

Rassemblez-vous en sous-groupes et sélectionnez les recettes à concocter, selon le type de festin projeté : les uns choisiront les recettes de viandes, les autres les desserts et quelques-uns les sucreries.

Mandater une personne responsable de chaque recette. Elle aura la tâche de cuisiner en grande quantité pour tout le monde.

Certains mets pourront rassembler des équipes de deux ou trois personnes en faisant toujours une place aux enfants.

Pâtés à la viande, biscuits, mignardises, chutney, beignes et autres seront partagés par la suite

L'option pot luck

Recevoir pour Noël est une grande responsabilité. Suggérez l’option pot luck devenue courante dans nos mœurs.

Si tout le monde amène un plat à déposer au centre de la table, chacun aura participé et pourra profiter de la soirée également.

Et ce n’est pas grave qu’il y ait deux salades de chou, deux tartes au chocolat et des pizzas en trop grande quantité ! Ça va se manger. Ou chacun repartira avec une portion de restes.

Un mijoté en repas principal

Pensez à mijoter une viande. Cuisant pendant plusieurs heures dans un bon liquide, il ne vous restera qu’à l’effilocher et à la servir. Une viande mijotée accompagne bien des salades et pains de toute sorte qui auront été apportés par vos invités. Et c'est du touski idéal !

Prévoir du touski

Prévoyez de plus grandes quantités afin de subvenir aux ajouts d’invités imprévus. Mais ne vous cassez pas la tête à préparer un plat spécial. Pensez à un mets qui pourra facilement se congeler, s’il n’a pas été entièrement mangé. Vous serez heureux de le ressortir lorsqu’en janvier, avec son froid infernal, vous n’aurez tout simplement pas envie de mettre le nez dehors.

Préservez les traditions familiales

Cuisiner pour les fêtes, c’est aussi une belle façon de transmettre les traditions entre les générations. Faites découvrir les recettes de vos parents et grands-parents à vos proches et demandez-leur aussi de joindre au menu en préparation la spécialité qui a fait leur bonheur d’enfant.

Les traditions s’enseignent aussi aux enfants, qu’il faut intégrer le plus souvent possible aux activités de fabrication de beignes, tartes, biscuits, cuillères au chocolat, etc.

Demandez aux ados de vous trouver des recettes originales, en furetant sur le web, pour ajouter une touche qui leur appartient.

Les traditions culinaires sont autant d’occasions de se raconter nos propres souvenirs d’enfance et de ressortir de vieilles photos…

Joyeux Noël !

Florence-Léa Siry

 Vous voulez en savoir plus?

Consultez le www.chicfrigosansfric.com ou le www.facebook.com/ChicFrigoSansFric

Un plat mijoté vous permet souvent de bien profiter de la soirée avec vos invités.

©© by Robyn Mackenzie

En manchette

Des policiers retraités s'opposent à un registre des armes

MONTRÉAL. Le policier retraité du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) Marc Brisebois se souvient d’avoir toujours été reconnaissant pour toute information concernant les armes à feu qui apparaissait à son écran lorsqu’il devait aller patrouiller ou intervenir dans une résidence. D'autres policiers sont toutefois d'un tout autre avis.

Les Huskies incapables de contenir les Rebels

COUPE MEMORIAL. Le travail de l'officiel de la Western Hockey League Chris Schlenker a fait jaser chez les Huskies à la suite de la défaite de 5 à 2 subie aux mains des Rebels de Red Deer.

Cuisiner Noël sans stress

Les trucs de Florence-Léa Siry pour vivre Noël en toute quiétude

Publié le 13 décembre 2015

Florence-Léa Siry

©Daphne Caron


C'est le moment de penser à Noël et à la période des Fêtes. Certains sont pourtant bien angoissés par toute cette pression qui s’est greffée à Noël au fil des dernières décennies…Et si la solution était de repenser notre façon de prévoir ou de cuisiner Noël ? Voici nos astuces pour arriver à Noël en même temps que tout le monde, et ce le sourire aux lèvres !

Pensez à mijoter une viande. Cuisant pendant plusieurs heures dans un bon liquide, il ne vous restera qu’à l’effilocher et à la servir.

Florence-Léa Siry

Le fameux repas de Noël...

La corvée de cuisine

Déterminez clairement une heure d’arrivée pour la corvée de cuisine. Si vous n’avez pas suffisamment d’ustensiles pour les recettes à concocter, rappelez à vos invités d’apporter les leurs. Et des plats de réserve pour le partage des aliments cuisinés.

Rassemblez-vous en sous-groupes et sélectionnez les recettes à concocter, selon le type de festin projeté : les uns choisiront les recettes de viandes, les autres les desserts et quelques-uns les sucreries.

Mandater une personne responsable de chaque recette. Elle aura la tâche de cuisiner en grande quantité pour tout le monde.

Certains mets pourront rassembler des équipes de deux ou trois personnes en faisant toujours une place aux enfants.

Pâtés à la viande, biscuits, mignardises, chutney, beignes et autres seront partagés par la suite

L'option pot luck

Recevoir pour Noël est une grande responsabilité. Suggérez l’option pot luck devenue courante dans nos mœurs.

Si tout le monde amène un plat à déposer au centre de la table, chacun aura participé et pourra profiter de la soirée également.

Et ce n’est pas grave qu’il y ait deux salades de chou, deux tartes au chocolat et des pizzas en trop grande quantité ! Ça va se manger. Ou chacun repartira avec une portion de restes.

Un mijoté en repas principal

Pensez à mijoter une viande. Cuisant pendant plusieurs heures dans un bon liquide, il ne vous restera qu’à l’effilocher et à la servir. Une viande mijotée accompagne bien des salades et pains de toute sorte qui auront été apportés par vos invités. Et c'est du touski idéal !

Prévoir du touski

Prévoyez de plus grandes quantités afin de subvenir aux ajouts d’invités imprévus. Mais ne vous cassez pas la tête à préparer un plat spécial. Pensez à un mets qui pourra facilement se congeler, s’il n’a pas été entièrement mangé. Vous serez heureux de le ressortir lorsqu’en janvier, avec son froid infernal, vous n’aurez tout simplement pas envie de mettre le nez dehors.

Préservez les traditions familiales

Cuisiner pour les fêtes, c’est aussi une belle façon de transmettre les traditions entre les générations. Faites découvrir les recettes de vos parents et grands-parents à vos proches et demandez-leur aussi de joindre au menu en préparation la spécialité qui a fait leur bonheur d’enfant.

Les traditions s’enseignent aussi aux enfants, qu’il faut intégrer le plus souvent possible aux activités de fabrication de beignes, tartes, biscuits, cuillères au chocolat, etc.

Demandez aux ados de vous trouver des recettes originales, en furetant sur le web, pour ajouter une touche qui leur appartient.

Les traditions culinaires sont autant d’occasions de se raconter nos propres souvenirs d’enfance et de ressortir de vieilles photos…

Joyeux Noël !

Florence-Léa Siry

 Vous voulez en savoir plus?

Consultez le www.chicfrigosansfric.com ou le www.facebook.com/ChicFrigoSansFric

Un plat mijoté vous permet souvent de bien profiter de la soirée avec vos invités.

©© by Robyn Mackenzie