Il prétend recruter des mannequins pour La Vie en Rose

Publié le 31 décembre 2015

©Flickr

FRAUDE. Une personne prend contact avec des femmes par les réseaux sociaux sous prétexte de recruter des mannequins pour les boutiques de lingerie La Vie en Rose, une situation que s'est empressée de dénoncer la compagnie.

Le dernier événement de la sorte est arrivé cette semaine. Une jeune femme de la Floride a appelé au siège social de La Vie en Rose pour vérifier si l'offre qu'on lui faisait était véridique.

«On m'a mise au courant de la situation mardi, rapporte la conseillère aux communications de la compagnie, Émilie Gentès. La personne lui offrait de lui payer un billet d'avion jusqu'à Miami pour prendre des photos.»

Le stratagème est le même depuis environ un an et demi. Des femmes se font contacter par un être se faisant passer pour le neveu de François Roberge, le président-directeur-général de la compagnie.

«Il leur fait croire qu'il cherche de nouveaux visages loin des agences, raconte Émilie Gentés. Il leur demande d'envoyer des photos d'elles en dessous ou en maillot de bain pour du casting

La fraude a été portée à l'attention de La Vie en Rose, aussi propriétaire de Bikini Village, au moment où des doutes sont survenus dans l'esprit de certaines de ces femmes.

«En règle générale, il y a un échange de messages entre les filles et cette personne pour prendre rendez-vous pour un shooting photo, ajoute Mme Gentès. Nous nous sommes fait contacter après que les filles aient envoyé des photos, mais avant qu'elles se rendent au rendez-vous.»

«Aucune compagnie ne fait ça»

Dans un message Facebook publié mercredi, La Vie en Rose rappelle que la compagnie fait toujours affaire avec des mannequins professionnels provenant d'une agence. «Aucune compagnie ne contacte les gens par Facebook, ça ne se fait pas», martèle Émilie Gentès.

L'entreprise a contacté le Service de police de Montréal pour usurpation d'identité il y a près d'un an, mais ne peut aller plus loin dans ses démarches. «On n'a pas le pouvoir de porter plainte, parce qu'on n'a pas assez de preuves», se désole la porte-parole. Elle encourage les filles qui se font approcher à porter plainte aux autorités.

Quelques indices laissent toutefois présager de l'identité de la personne. «On se doute qu'elle est d'identité québécoise, qu'il voyage à l'occasion aux États-Unis», rapporte Mme Gentès. Les filles qui se sont fait approcher viennent principalement de la région de Québec et de Montréal.

Des inquiétudes restent néanmoins vis-à-vis les femmes qui n'ont pas contacté La Vie en Rose. «On ne sait pas ce qui arrive lorsque la personne se présente au shooting photo. Est-ce que l'échange s'arrête là? Est-ce que ça va plus loin? se questionne la porte-parole. C'est pour la sécurité de ces femmes qu'on a publié notre message. Peut-être que si on en parle plus, cette personne va s'arrêter.»

En manchette

Sprint final pour la Rive-Sud

JEUX DU QUÉBEC. Rien n’est encore joué au tableau des médailles aux Jeux du Québec. La Rive-Sud domine toujours le classement, mais la Capitale-Nationale et le Lac-Saint-Louis leur livrent une bonne lutte.

Premier podium de Samuel Murray aux mondiaux

Racquetball. Le joueur de racquetball Samuel Murray vient de franchir une étape importante dans sa jeune carrière, vendredi, alors qu’il a obtenu une médaille de bronze aux Championnats du monde de racquetball disputés à Cali, en Colombie.

Il prétend recruter des mannequins pour La Vie en Rose

Publié le 31 décembre 2015

©Flickr


FRAUDE. Une personne prend contact avec des femmes par les réseaux sociaux sous prétexte de recruter des mannequins pour les boutiques de lingerie La Vie en Rose, une situation que s'est empressée de dénoncer la compagnie.

Le dernier événement de la sorte est arrivé cette semaine. Une jeune femme de la Floride a appelé au siège social de La Vie en Rose pour vérifier si l'offre qu'on lui faisait était véridique.

«On m'a mise au courant de la situation mardi, rapporte la conseillère aux communications de la compagnie, Émilie Gentès. La personne lui offrait de lui payer un billet d'avion jusqu'à Miami pour prendre des photos.»

Le stratagème est le même depuis environ un an et demi. Des femmes se font contacter par un être se faisant passer pour le neveu de François Roberge, le président-directeur-général de la compagnie.

«Il leur fait croire qu'il cherche de nouveaux visages loin des agences, raconte Émilie Gentés. Il leur demande d'envoyer des photos d'elles en dessous ou en maillot de bain pour du casting

La fraude a été portée à l'attention de La Vie en Rose, aussi propriétaire de Bikini Village, au moment où des doutes sont survenus dans l'esprit de certaines de ces femmes.

«En règle générale, il y a un échange de messages entre les filles et cette personne pour prendre rendez-vous pour un shooting photo, ajoute Mme Gentès. Nous nous sommes fait contacter après que les filles aient envoyé des photos, mais avant qu'elles se rendent au rendez-vous.»

«Aucune compagnie ne fait ça»

Dans un message Facebook publié mercredi, La Vie en Rose rappelle que la compagnie fait toujours affaire avec des mannequins professionnels provenant d'une agence. «Aucune compagnie ne contacte les gens par Facebook, ça ne se fait pas», martèle Émilie Gentès.

L'entreprise a contacté le Service de police de Montréal pour usurpation d'identité il y a près d'un an, mais ne peut aller plus loin dans ses démarches. «On n'a pas le pouvoir de porter plainte, parce qu'on n'a pas assez de preuves», se désole la porte-parole. Elle encourage les filles qui se font approcher à porter plainte aux autorités.

Quelques indices laissent toutefois présager de l'identité de la personne. «On se doute qu'elle est d'identité québécoise, qu'il voyage à l'occasion aux États-Unis», rapporte Mme Gentès. Les filles qui se sont fait approcher viennent principalement de la région de Québec et de Montréal.

Des inquiétudes restent néanmoins vis-à-vis les femmes qui n'ont pas contacté La Vie en Rose. «On ne sait pas ce qui arrive lorsque la personne se présente au shooting photo. Est-ce que l'échange s'arrête là? Est-ce que ça va plus loin? se questionne la porte-parole. C'est pour la sécurité de ces femmes qu'on a publié notre message. Peut-être que si on en parle plus, cette personne va s'arrêter.»