Trois conseils pour contrer la dépression saisonnière

Publié le 14 décembre 2015

En hiver, de nombreuses personnes souffrent énormément de la diminution des heures d’ensoleillement. Fatigue chronique, irritabilité, tristesse, perte d’intérêt, baisse de productivité… la dépression saisonnière s’installe. Heureusement, il existe des mesures simples et efficaces pour prévenir ou contrer les effets de ce trouble.

1.      Bougez : l’activité physique a un effet positif sur le bien-être, surtout lorsqu’elle est pratiquée à l’extérieur (en raison de l’intensité lumineuse). Patin, raquette, ski… choisissez un sport qui vous plaît — le but étant de vous remonter le moral, non l’inverse! — et couvrez-vous bien.

2.      Sortez : la dépression saisonnière est le résultat d’un dérèglement hormonal causé par le manque de lumière. Pour rétablir l’équilibre, profitez donc de la lumière naturelle au maximum. Ouvrez grand les rideaux et sortez au moins une heure par jour, idéalement aux heures les plus ensoleillées.

3.      Pratiquez la luminothérapie : la lampe de luminothérapie permet de compenser le manque d’ensoleillement. Il suffit de s’exposer à sa lumière blanche environ 30 minutes chaque jour, à la même heure. Le soulagement des symptômes se fait rapidement sentir, mais quatre semaines de traitement sont généralement nécessaires pour observer une réelle amélioration.

La psychothérapie, le simulateur d’aube (lampe qui éclaire progressivement la pièce, à la manière d’un lever de soleil) et les antidépresseurs pourraient aussi soulager vos symptômes. Si vous croyez souffrir de dépression saisonnière, consultez votre médecin pour obtenir des conseils sur les traitements appropriés.

Le saviez-vous?

L’hiver venu, environ 18 % des Canadiens souffrent de déprime (moral fragile et manque d’énergie). On estime que la dépression saisonnière, dont les symptômes sont plus sévères, touche de 3 à 10 % de la population adulte de l’ensemble des pays nordiques. La majorité des personnes atteintes sont des femmes.

En manchette

« Bonne Saint-Jean ! »

Le Vieux-Longueuil a vibré au son Des Respectables et de Marjo, hier soir. Le public s'est déplacé en grand nombre pour prendre part aux festivités entourant la fête nationale dont l'animation était assurée par le Longueuillois Jocelyn Lebeau.

Lettre ouverte: Le mouton devenu bélier

Le Québec doit deux choses au gouvernement de Bernard Landry (2001-2005). D’abord, la fête des Patriotes que les Québécois célébraient le 23 mai dernier et dont il est question plus loin dans cet article.

Trois conseils pour contrer la dépression saisonnière

Publié le 14 décembre 2015

En hiver, de nombreuses personnes souffrent énormément de la diminution des heures d’ensoleillement. Fatigue chronique, irritabilité, tristesse, perte d’intérêt, baisse de productivité… la dépression saisonnière s’installe. Heureusement, il existe des mesures simples et efficaces pour prévenir ou contrer les effets de ce trouble.

1.      Bougez : l’activité physique a un effet positif sur le bien-être, surtout lorsqu’elle est pratiquée à l’extérieur (en raison de l’intensité lumineuse). Patin, raquette, ski… choisissez un sport qui vous plaît — le but étant de vous remonter le moral, non l’inverse! — et couvrez-vous bien.

2.      Sortez : la dépression saisonnière est le résultat d’un dérèglement hormonal causé par le manque de lumière. Pour rétablir l’équilibre, profitez donc de la lumière naturelle au maximum. Ouvrez grand les rideaux et sortez au moins une heure par jour, idéalement aux heures les plus ensoleillées.

3.      Pratiquez la luminothérapie : la lampe de luminothérapie permet de compenser le manque d’ensoleillement. Il suffit de s’exposer à sa lumière blanche environ 30 minutes chaque jour, à la même heure. Le soulagement des symptômes se fait rapidement sentir, mais quatre semaines de traitement sont généralement nécessaires pour observer une réelle amélioration.

La psychothérapie, le simulateur d’aube (lampe qui éclaire progressivement la pièce, à la manière d’un lever de soleil) et les antidépresseurs pourraient aussi soulager vos symptômes. Si vous croyez souffrir de dépression saisonnière, consultez votre médecin pour obtenir des conseils sur les traitements appropriés.

Le saviez-vous?

L’hiver venu, environ 18 % des Canadiens souffrent de déprime (moral fragile et manque d’énergie). On estime que la dépression saisonnière, dont les symptômes sont plus sévères, touche de 3 à 10 % de la population adulte de l’ensemble des pays nordiques. La majorité des personnes atteintes sont des femmes.