Le petit-déjeuner à l'école aide les jeunes à maintenir un poids santé

La Presse Canadienne redaction@tc.tc Publié le 17 mars 2016

Déjeuner à l'école préviendrait l'obésité selon une nouvelle étude.

©Photo: Deposit Photos

SANTÉ. Les écoliers qui prennent un petit-déjeuner à l'école — même s'ils ont déjà mangé à la maison — sont moins susceptibles de souffrir de surpoids ou d'obésité que ceux qui ne prennent pas de petit-déjeuner, démontre une nouvelle étude américaine.

Les chercheurs des universités Yale et du Connecticut ont constaté que les jeunes qui ne prenaient pas de petit-déjeuner (ou qui n'en prenaient un qu'occasionnellement) étaient plus de deux fois plus susceptibles de souffrir de surpoids ou d'obésité que ceux qui mangeaient deux fois.

De plus, les scientifiques ont mesuré que le changement de poids entre la 5e année et la deuxième année du secondaire était identique dans les deux groupes.

Des études antérieures avaient associé le petit-déjeuner à une meilleure performance académique, à une meilleure santé et à un poids corporel plus sain chez les jeunes. On craignait toutefois qu'un deuxième petit-déjeuner à l'école, après celui de la maison, n'entraîne une prise de poids malsaine.

Environ le tiers des petits Américains âgés de 6 à 11 ans sont en surpoids ou obèses.

Les conclusions de l'étude sont publiées par le journal médical Pediatric Obesity.

Le petit-déjeuner à l'école aide les jeunes à maintenir un poids santé

La Presse Canadienne redaction@tc.tc Publié le 17 mars 2016

Déjeuner à l'école préviendrait l'obésité selon une nouvelle étude.

©Photo: Deposit Photos


SANTÉ. Les écoliers qui prennent un petit-déjeuner à l'école — même s'ils ont déjà mangé à la maison — sont moins susceptibles de souffrir de surpoids ou d'obésité que ceux qui ne prennent pas de petit-déjeuner, démontre une nouvelle étude américaine.

Les chercheurs des universités Yale et du Connecticut ont constaté que les jeunes qui ne prenaient pas de petit-déjeuner (ou qui n'en prenaient un qu'occasionnellement) étaient plus de deux fois plus susceptibles de souffrir de surpoids ou d'obésité que ceux qui mangeaient deux fois.

De plus, les scientifiques ont mesuré que le changement de poids entre la 5e année et la deuxième année du secondaire était identique dans les deux groupes.

Des études antérieures avaient associé le petit-déjeuner à une meilleure performance académique, à une meilleure santé et à un poids corporel plus sain chez les jeunes. On craignait toutefois qu'un deuxième petit-déjeuner à l'école, après celui de la maison, n'entraîne une prise de poids malsaine.

Environ le tiers des petits Américains âgés de 6 à 11 ans sont en surpoids ou obèses.

Les conclusions de l'étude sont publiées par le journal médical Pediatric Obesity.