Un corps en santé est une splendide machine!

Mars, mois de la nutrition

Publié le 7 mars 2016

Tous les jours, une majorité d’entre nous, au réveil, se lève en bonne forme, se brosse les dents, prend une douche, embrasse ses proches, joue avec ses enfants, se rend au boulot… Bref, nous sommes nombreux à poser une panoplie de petits gestes du quotidien que l’on tient pour acquis, mais qui deviennent beaucoup plus ardus pour quiconque perd une partie de ses facultés physiques. Nourriture et liquide sont les carburants de cette machine.

Personne ne mettrait un jus de fruit dans le réservoir de sa voiture pour se rendre au travail. Mais, pour ce qui est de notre corps, la chose s’avère un peu plus complexe, car nous ne carburons pas à un seul ingrédient. De plus, plusieurs acteurs et facteurs présents dans notre environnement tentent, chacun à leur façon, d’influencer notre manière de consommer ou de carburer.

Marketing alimentaire

Bien que plusieurs d’entre nous sachent de quoi se compose une saine alimentation et connaissent l’importance de consommer des aliments frais et variés, de limiter sa consommation de restauration rapide et de manger au moins cinq portions de fruits et légumes par jour, combien y arrivent réellement?

La prévalence de la problématique du poids au Québec indique que nous sommes nombreux à ne pas respecter nos signaux de faim et de satiété, à manger des aliments trop sucrés, trop gras et trop salés et à nous laisser influencer par le marketing alimentaire présent dans notre environnement. L’émission L’Épicerie du 24 février, sonnait l’alarme et nous faisait prendre conscience de l’omniprésence et de l’influence du marketing alimentaire chez les tout-petits.

Par exemple, on y mentionnait que la filiale Star Wars avait amassé plus de profits avec les produits dérivés du film qu’avec ses recettes au box-office. Incroyable, mais vrai! Malheureusement, ce marketing alimentaire qui cible spécifiquement les enfants se retrouve principalement associé à des produits à forte teneur en sucre, en gras et en sel qui contribuent à l’épidémie actuelle d’obésité.

Une astuce pour y résister

À la suite du visionnement de ce segment d’émission, des parents, sur les réseaux sociaux, échangeaient des trucs et stratégies pour résister à la tentation et déjouer ces tactiques de l’industrie agroalimentaire. L’astuce la plus partagée consistait à dresser une liste en fonction des repas prévus pour la semaine avant de se rendre à l’épicerie et de la respecter une fois sur place.

Bien qu’il existe une Loi au Québec qui interdit la publicité destinée aux enfants, les emballages, les étiquettes et les présentoirs échappent à la Loi actuelle : c’est la raison pour laquelle les boîtes de céréales à l’effigie de la Reine des Neiges, des Minions ou autres personnages de Disney ne sont pas à la veille de disparaître des tablettes d’épiceries.

Toutefois, la Coalition Arrêtons la Pub Destinée aux Enfants a vu le jour le 24 février dernier. Vous pouvez, par le biais de leur site Internet, faire parvenir une lettre au gouvernement fédéral pour lui demander d’interdire les publicités d’aliments et de boissons destinées aux enfants. Voilà un truc simple et concret qui pourrait, à moyen terme, favoriser l’adoption de choix santé.

Émilie Dansereau-Trahan, chargée des dossiers Saines habitudes de vie à l'Association pour la santé publique du Québec

En savoir plus

En manchette

Quoi faire en fin de semaine?

La rentrée arrive à grands pas, mais les fins de semaine demeurent un concept immuable! Au menu de ce dernier week-end d'août, du country, du longboard, de la musique du monde et un dernier sprint d'archéo!

Philippe Guertin rate le doublé d'or

EAU LIBRE. Après avoir littéralement dominé de bout en bout la compétition de nage en eau libre de 10 km à la Traversée internationale du Lac Saint-Jean le 28 juillet, le nageur de 25 ans de l’arr. de Saint-Hubert Philippe Guertin a passé tout près de refaire le même coup au Lac Mégantic, mais c'était sans compter la petite surprise que lui réservait l'Américain Chip Peterson en fin de parcours.

Un corps en santé est une splendide machine!

Mars, mois de la nutrition

Publié le 7 mars 2016

Tous les jours, une majorité d’entre nous, au réveil, se lève en bonne forme, se brosse les dents, prend une douche, embrasse ses proches, joue avec ses enfants, se rend au boulot… Bref, nous sommes nombreux à poser une panoplie de petits gestes du quotidien que l’on tient pour acquis, mais qui deviennent beaucoup plus ardus pour quiconque perd une partie de ses facultés physiques. Nourriture et liquide sont les carburants de cette machine.

Personne ne mettrait un jus de fruit dans le réservoir de sa voiture pour se rendre au travail. Mais, pour ce qui est de notre corps, la chose s’avère un peu plus complexe, car nous ne carburons pas à un seul ingrédient. De plus, plusieurs acteurs et facteurs présents dans notre environnement tentent, chacun à leur façon, d’influencer notre manière de consommer ou de carburer.

Marketing alimentaire

Bien que plusieurs d’entre nous sachent de quoi se compose une saine alimentation et connaissent l’importance de consommer des aliments frais et variés, de limiter sa consommation de restauration rapide et de manger au moins cinq portions de fruits et légumes par jour, combien y arrivent réellement?

La prévalence de la problématique du poids au Québec indique que nous sommes nombreux à ne pas respecter nos signaux de faim et de satiété, à manger des aliments trop sucrés, trop gras et trop salés et à nous laisser influencer par le marketing alimentaire présent dans notre environnement. L’émission L’Épicerie du 24 février, sonnait l’alarme et nous faisait prendre conscience de l’omniprésence et de l’influence du marketing alimentaire chez les tout-petits.

Par exemple, on y mentionnait que la filiale Star Wars avait amassé plus de profits avec les produits dérivés du film qu’avec ses recettes au box-office. Incroyable, mais vrai! Malheureusement, ce marketing alimentaire qui cible spécifiquement les enfants se retrouve principalement associé à des produits à forte teneur en sucre, en gras et en sel qui contribuent à l’épidémie actuelle d’obésité.

Une astuce pour y résister

À la suite du visionnement de ce segment d’émission, des parents, sur les réseaux sociaux, échangeaient des trucs et stratégies pour résister à la tentation et déjouer ces tactiques de l’industrie agroalimentaire. L’astuce la plus partagée consistait à dresser une liste en fonction des repas prévus pour la semaine avant de se rendre à l’épicerie et de la respecter une fois sur place.

Bien qu’il existe une Loi au Québec qui interdit la publicité destinée aux enfants, les emballages, les étiquettes et les présentoirs échappent à la Loi actuelle : c’est la raison pour laquelle les boîtes de céréales à l’effigie de la Reine des Neiges, des Minions ou autres personnages de Disney ne sont pas à la veille de disparaître des tablettes d’épiceries.

Toutefois, la Coalition Arrêtons la Pub Destinée aux Enfants a vu le jour le 24 février dernier. Vous pouvez, par le biais de leur site Internet, faire parvenir une lettre au gouvernement fédéral pour lui demander d’interdire les publicités d’aliments et de boissons destinées aux enfants. Voilà un truc simple et concret qui pourrait, à moyen terme, favoriser l’adoption de choix santé.

Émilie Dansereau-Trahan, chargée des dossiers Saines habitudes de vie à l'Association pour la santé publique du Québec

En savoir plus