Nouveautés musique

Half Moon Run et Seal

Gilles Lévesque gilles.levesque@tc.tc Publié le 14 novembre 2015

Half Moon Run

Half Moon Run surprend à nouveau

Sun Leads Me On
HALF MOON RUN
Étoiles: ****
Il était vivement attendu, le deuxième album du groupe Half Moon Run. En fait, plusieurs doutaient que cette formation établie à Montréal puisse concocter de nouvelles chansons qui soient à la hauteur du premier album lancé en 2012 (Dark Eyes).


Les deux premiers extraits, Turn Your Love et Trust,  avaient grandement rassuré les fans de la première heure. Sun Leads Me On serait donc une suite logique de leur premier CD qui leur a permis de se faire un nom aux États-Unis et en Europe en assumant la première partie de groupes comme Mumford & Sons, Metric et City & Colours.


En fait, la première écoute s'est plutôt avérée déstabilisante. Écrivons-le d'entrée de jeu: Half Moon Run a décidé d'explorer de nouvelles avenues qui nous font vite comprendre que le meilleur est à venir pour ce trio devenu un quatuor.


La première pièce, Warmest Regards, illustre bien ce désir de s'éloigner quelque peu d'une recette à succès qui aurait pu devenir redondante. Cette prenante ballade aurait pu être écrite par John Lennon, tant la ressemblance est frappante. Ça surprend comme ouverture, mais on en devient rapidement accro.


En fait, Half Moon Run propose de nombreux changements d'atmosphère, alternant entre des moments plus explosifs à la Radiohead et de savoureuses mélodies mettant en vedette la voix de Devon Portielje. Des efforts importants ont été faits sur le plan des harmonies vocales.


C'est donc un album bien différent, plus mature, que propose ce groupe qui promet de ne pas attendre trois ans avant de lancer son prochain album.


Cela dit, leur rentrée montréalaise fera beaucoup parler le printemps prochain. Half Moon Run se produira quatre soirs d'affilée au Métropolis, du 1er au 4 avril. Nous avons eu l'occasion de les voir au même endroit en décembre 2013 et, bien franchement, nous ne nous attendions pas à un tel délire collectif. Impressionnant!


7
SEAL
Étoiles: *** et demie
Pour vous dire la vérité, toute la vérité, nous pensions que les beaux jours de Seal étaient derrière lui. Une forte odeur de réchauffé se dégageait de ses derniers albums, au point où il était possible de croire que ce chanteur londonien de 52 ans avait déjà fait le tour du jardin.


Ce nouveau CD est pour le moins confondant. On peut parler d'une belle réussite, d'une heureuse surprise. Ne vous attendez pas à un virage prononcé, loin de là, mais plutôt à un vent de renouveau qui devrait lui permettre de flirter avec les plus hauts sommets des palmarès. Il y a sur cet album quelques chansons susceptibles de connaître un succès planétaire. On pense entre autres à Daylight Saving.


Comment expliquer cette renaissance? La réponse est fort simple: Seal a eu la bonne idée de confier la production de ce nouvel opus à Trevor Horn. Celui qui s'est fait connaître avec le groupe The Buggles en tant que musicien et compositeur (Video Killed The Radio Star) a contribué au succès de Yes, Frankie Goes To Hollywood, Grace Jones, Simple Minds, Tina Turner, Paul McCartney, Mike Oldfield et bien d'autres.


Vous comprendrez que la production est impeccable. Trevor Horn a créé un environnement sonore qui convient parfaitement à Seal. Ce dernier nous parle des hauts et des bas de l'amour, lui qui vient de divorcer avec un célèbre mannequin, mais contrairement à bien d'autres artistes qui ont traversé des moments difficiles, il se tient éloigné de la grisaille qui vous incite à la déprime ou à passer à autre chose.
Voilà donc une agréable surprise en ce début d'automne.

Fiches techniques

Half Moon Run

Chansons: 13
Genre: rock, indie, folk
À télécharger: Turn Your Love

Seal

Chansons: 11
Genre: soul, rythm'n blues
À télécharger: Daylight Saving


Seal

Nouveautés musique

Half Moon Run et Seal

Gilles Lévesque gilles.levesque@tc.tc Publié le 14 novembre 2015

Half Moon Run


Half Moon Run surprend à nouveau

Sun Leads Me On
HALF MOON RUN
Étoiles: ****
Il était vivement attendu, le deuxième album du groupe Half Moon Run. En fait, plusieurs doutaient que cette formation établie à Montréal puisse concocter de nouvelles chansons qui soient à la hauteur du premier album lancé en 2012 (Dark Eyes).


Les deux premiers extraits, Turn Your Love et Trust,  avaient grandement rassuré les fans de la première heure. Sun Leads Me On serait donc une suite logique de leur premier CD qui leur a permis de se faire un nom aux États-Unis et en Europe en assumant la première partie de groupes comme Mumford & Sons, Metric et City & Colours.


En fait, la première écoute s'est plutôt avérée déstabilisante. Écrivons-le d'entrée de jeu: Half Moon Run a décidé d'explorer de nouvelles avenues qui nous font vite comprendre que le meilleur est à venir pour ce trio devenu un quatuor.


La première pièce, Warmest Regards, illustre bien ce désir de s'éloigner quelque peu d'une recette à succès qui aurait pu devenir redondante. Cette prenante ballade aurait pu être écrite par John Lennon, tant la ressemblance est frappante. Ça surprend comme ouverture, mais on en devient rapidement accro.


En fait, Half Moon Run propose de nombreux changements d'atmosphère, alternant entre des moments plus explosifs à la Radiohead et de savoureuses mélodies mettant en vedette la voix de Devon Portielje. Des efforts importants ont été faits sur le plan des harmonies vocales.


C'est donc un album bien différent, plus mature, que propose ce groupe qui promet de ne pas attendre trois ans avant de lancer son prochain album.


Cela dit, leur rentrée montréalaise fera beaucoup parler le printemps prochain. Half Moon Run se produira quatre soirs d'affilée au Métropolis, du 1er au 4 avril. Nous avons eu l'occasion de les voir au même endroit en décembre 2013 et, bien franchement, nous ne nous attendions pas à un tel délire collectif. Impressionnant!


7
SEAL
Étoiles: *** et demie
Pour vous dire la vérité, toute la vérité, nous pensions que les beaux jours de Seal étaient derrière lui. Une forte odeur de réchauffé se dégageait de ses derniers albums, au point où il était possible de croire que ce chanteur londonien de 52 ans avait déjà fait le tour du jardin.


Ce nouveau CD est pour le moins confondant. On peut parler d'une belle réussite, d'une heureuse surprise. Ne vous attendez pas à un virage prononcé, loin de là, mais plutôt à un vent de renouveau qui devrait lui permettre de flirter avec les plus hauts sommets des palmarès. Il y a sur cet album quelques chansons susceptibles de connaître un succès planétaire. On pense entre autres à Daylight Saving.


Comment expliquer cette renaissance? La réponse est fort simple: Seal a eu la bonne idée de confier la production de ce nouvel opus à Trevor Horn. Celui qui s'est fait connaître avec le groupe The Buggles en tant que musicien et compositeur (Video Killed The Radio Star) a contribué au succès de Yes, Frankie Goes To Hollywood, Grace Jones, Simple Minds, Tina Turner, Paul McCartney, Mike Oldfield et bien d'autres.


Vous comprendrez que la production est impeccable. Trevor Horn a créé un environnement sonore qui convient parfaitement à Seal. Ce dernier nous parle des hauts et des bas de l'amour, lui qui vient de divorcer avec un célèbre mannequin, mais contrairement à bien d'autres artistes qui ont traversé des moments difficiles, il se tient éloigné de la grisaille qui vous incite à la déprime ou à passer à autre chose.
Voilà donc une agréable surprise en ce début d'automne.

Fiches techniques

Half Moon Run

Chansons: 13
Genre: rock, indie, folk
À télécharger: Turn Your Love

Seal

Chansons: 11
Genre: soul, rythm'n blues
À télécharger: Daylight Saving


Seal