Mika et l'Orchestre symphonique de Montréal

Nouveautés musique

Gilles Lévesque gilles.levesque@tc.tc Publié le 12 décembre 2015

Mika et l'Orchestre symphonique de Montréal - Étoiles: ****

Comme vous le savez sans doute, Mika a beaucoup fait parler de lui l'hiver dernier en se produisant à trois reprises à la Maison symphonique en compagnie de l'Orchestre symphonique de Montréal.

Il aura fallu patienter jusqu'en novembre dernier pour juger, sur disque, de la pertinence de ce projet ambitieux. Une seule écoute aura réussi à nous convaincre. Bien franchement, les résultats dépassent de loin nos attentes.

En entrevue, Mika dit avoir beaucoup apprécié ces concerts en compagnie d'une centaine de musiciens, de choristes et de foules visiblement impressionnées par cette synergie que l'on peut qualifier de parfaite. Ce fut, pour lui, l'une des plus belles expériences de sa vie professionnelle et personnelle.

Mika propose seize chansons de son répertoire. On les reconnaît d'emblée, mais l'Orchestre symphonique de Montréal a considérablement modifié les arrangements. On peut parler d'une métamorphose qui donne une seconde vie à des pièces comme Grace Kelly, Relax, Rain, Happy Ending et Heroes. C'est très cinématographique, devons-nous ajouter.

Ce qui impressionne le plus à l'écoute de cet album de longue durée, c'est la voix de Mika. Elle est sans limites. On a parfois l'impression qu'elle va se briser, mais non, elle demeure d'une justesse qui dépasse parfois l'entendement. Les arrangements du chef d'orchestre, Simon Leclerc, lui vont comme un gant. On le sent en plein contrôle de la situation.

Bien évidemment, les spectateurs présents à ces trois concerts présentés en février dernier ne cachent pas leur émerveillement. Ça s'entend. D'ailleurs, la plupart des pièces sont accueillies par de chauds et sincères applaudissements.

Bref, on peut conclure à un mariage réussi entre un artiste et un orchestre symphonique. Très impressionnant.

A Head Full Of Dreams

Coldplay

Étoiles: *** et demie

Après celui d'Adele, le nouvel album du groupe britannique Coldlay était sans doute celui qui était le plus attendu en cette fin d'année. Après une campagne promotionnelle d'envergure et deux extraits qui ont mis les fans en appétit, A Head Full Of Dreams a enfin été lancé vendredi dernier à l'échelle planétaire.

Il faut croire qu'on attendait cette sortie avec une brique et un fanal, puisque les premières critiques sont pour le moins mitigées.

Certains accusent Coldplay de se complaire dans une pop facile et trop sucrée, alors que d'autres, au contraire, se réjouissent du bonheur retrouvé de Chris Martin. On se souviendra qu'en raison de sa rupture avec l'actrice Gwyneth Peltrow, son moral était au plus bas pour l'album Ghost Stories, album que nous avons toutefois beaucoup aimé.

A Head Full Of Dreams n'est effectivement pas le meilleur album de Coldplay, mais il va assurément connaître un immense succès. Plusieurs chansons ont été concoctées pour tourner à la radio, mais aussi pour faire vibrer les plus grands stades de ce monde.

On n'a qu'à penser à Everglow, Fun, Army Of None et A Head Full Of Dreams, sur laquelle Chris Martin danse à la manière d'un singe. Au moins l'une d'elles sera au menu de leur prestation à venir au Super Bowl.

La liste des collaborateurs est impressionnante, mais on entend peu les Barack Obama, Beyoncé, Gwyneth Peltrow, Noël Gallagher et Tave Lo. Il faut tendre l'oreille pour les remarquer. Par contre, on entend un peu mieux la voix de ses deux enfants lorsqu'une petite chorale entre en action.

C'est effectivement très pop comme approche, un peu disco par moments, mais il serait surprenant que Coldplay rate son coup. Reste que les fans de la première heure risquent d'être déçus.

Fiches techniques

Mika

Chansons: 16

Genre: pop symphonique

À télécharger: Grace Kelly

Coldplay

Chansons: 11

Genre: pop

À télécharger: Everglow

En manchette

S'envoler pour un mois en Côte d'Ivoire

AIDE. Laurie Lefebvre ne doute pas une seconde que le voyage humanitaire d'un mois qu'elle s'apprête à faire en Côte d'Ivoire lui apportera une expérience et un bagage inestimable. C'est d'ailleurs sa source de motivation.

Mika et l'Orchestre symphonique de Montréal

Nouveautés musique

Gilles Lévesque gilles.levesque@tc.tc Publié le 12 décembre 2015

Mika et l'Orchestre symphonique de Montréal - Étoiles: ****

Comme vous le savez sans doute, Mika a beaucoup fait parler de lui l'hiver dernier en se produisant à trois reprises à la Maison symphonique en compagnie de l'Orchestre symphonique de Montréal.

Il aura fallu patienter jusqu'en novembre dernier pour juger, sur disque, de la pertinence de ce projet ambitieux. Une seule écoute aura réussi à nous convaincre. Bien franchement, les résultats dépassent de loin nos attentes.

En entrevue, Mika dit avoir beaucoup apprécié ces concerts en compagnie d'une centaine de musiciens, de choristes et de foules visiblement impressionnées par cette synergie que l'on peut qualifier de parfaite. Ce fut, pour lui, l'une des plus belles expériences de sa vie professionnelle et personnelle.

Mika propose seize chansons de son répertoire. On les reconnaît d'emblée, mais l'Orchestre symphonique de Montréal a considérablement modifié les arrangements. On peut parler d'une métamorphose qui donne une seconde vie à des pièces comme Grace Kelly, Relax, Rain, Happy Ending et Heroes. C'est très cinématographique, devons-nous ajouter.

Ce qui impressionne le plus à l'écoute de cet album de longue durée, c'est la voix de Mika. Elle est sans limites. On a parfois l'impression qu'elle va se briser, mais non, elle demeure d'une justesse qui dépasse parfois l'entendement. Les arrangements du chef d'orchestre, Simon Leclerc, lui vont comme un gant. On le sent en plein contrôle de la situation.

Bien évidemment, les spectateurs présents à ces trois concerts présentés en février dernier ne cachent pas leur émerveillement. Ça s'entend. D'ailleurs, la plupart des pièces sont accueillies par de chauds et sincères applaudissements.

Bref, on peut conclure à un mariage réussi entre un artiste et un orchestre symphonique. Très impressionnant.

A Head Full Of Dreams

Coldplay

Étoiles: *** et demie

Après celui d'Adele, le nouvel album du groupe britannique Coldlay était sans doute celui qui était le plus attendu en cette fin d'année. Après une campagne promotionnelle d'envergure et deux extraits qui ont mis les fans en appétit, A Head Full Of Dreams a enfin été lancé vendredi dernier à l'échelle planétaire.

Il faut croire qu'on attendait cette sortie avec une brique et un fanal, puisque les premières critiques sont pour le moins mitigées.

Certains accusent Coldplay de se complaire dans une pop facile et trop sucrée, alors que d'autres, au contraire, se réjouissent du bonheur retrouvé de Chris Martin. On se souviendra qu'en raison de sa rupture avec l'actrice Gwyneth Peltrow, son moral était au plus bas pour l'album Ghost Stories, album que nous avons toutefois beaucoup aimé.

A Head Full Of Dreams n'est effectivement pas le meilleur album de Coldplay, mais il va assurément connaître un immense succès. Plusieurs chansons ont été concoctées pour tourner à la radio, mais aussi pour faire vibrer les plus grands stades de ce monde.

On n'a qu'à penser à Everglow, Fun, Army Of None et A Head Full Of Dreams, sur laquelle Chris Martin danse à la manière d'un singe. Au moins l'une d'elles sera au menu de leur prestation à venir au Super Bowl.

La liste des collaborateurs est impressionnante, mais on entend peu les Barack Obama, Beyoncé, Gwyneth Peltrow, Noël Gallagher et Tave Lo. Il faut tendre l'oreille pour les remarquer. Par contre, on entend un peu mieux la voix de ses deux enfants lorsqu'une petite chorale entre en action.

C'est effectivement très pop comme approche, un peu disco par moments, mais il serait surprenant que Coldplay rate son coup. Reste que les fans de la première heure risquent d'être déçus.

Fiches techniques

Mika

Chansons: 16

Genre: pop symphonique

À télécharger: Grace Kelly

Coldplay

Chansons: 11

Genre: pop

À télécharger: Everglow