Mon coup de cœur techno 2015

Publié le 17 décembre 2015

Je voulais faire un palmarès de fin d’année, mais un seul produit m’a complètement conquis en 2015 : Google Photos.

En offrant à la fois une solution gratuite pour sauvegarder toutes ses photos en ligne, un outil puissant pour chercher dans sa collection et une solution pour partager des images avec ses amis, Google Photos mérite amplement le titre de nouveauté de l’année 2015.

Une copie de sauvegarde en ligne
Lorsque Google a lancé Photos il y a maintenant six mois, le service a surtout retenu l’attention pour sa générosité.

Alors que les sites pour enregistrer les photos imposent généralement une limite à leur version gratuite, Google Photos permet de sauvegarder autant d’images qu’on le désire, à condition que les clichés soient limités à 16 mégapixels, une taille amplement suffisante pour la majorité des gens. Ceux qui souhaitent conserver des fichiers plus gros peuvent toutefois acheter de l’espace Google Disque.

Google Photos permet à la fois d’enregistrer sur les serveurs de Google toutes les nouvelles photos prises avec son téléphone intelligent ou sa tablette, et de synchroniser certains dossiers de son ordinateur.

Il est important de cacher une copie de ses images à la maison, mais en conserver une seconde en ligne est aussi une nécessité, comme nous l’a malheureusement rappelé le vol chez le photographe du Devoir Jacques Nadeau en juillet dernier.

Un outil de recherche puissant
Si j’avais surtout apprécié l’interface fluide et facile à utiliser de Google Photos à son lancement, quelques mises à jour pendant l’année m’ont fait réaliser l’importance d’une fonctionnalité puissante de l’outil, la recherche textuelle.

Avec Google Photos, vous pouvez par exemple chercher «bœuf», et vous verrez autant les images de votre visite à la ferme que de tous vos gros steaks posés au fil des ans. Grâce à la reconnaissance faciale, vous pouvez aussi demander une photo de votre sœur dans un manège, trier les images de vous avec votre meilleur ami d’enfance et retrouver facilement un cliché de votre copine lors d’un voyage en Inde.

Cette reconnaissance faciale est d’ailleurs particulièrement impressionnante avec les enfants, puisque Google Photos est capable de reconnaître quelqu’un de la naissance à l’âge adulte, pourvu que vous disposiez de suffisamment d’images.

Partager ses photos
Le volet social de Google Photos est moins développé que ce qu’on retrouve avec Instagram et les autres services du genre, mais celui-ci permet quand même de partager des albums d’une façon simple et efficace.

À quelques reprises cette année, lors d’un voyage de pêche et d’une retraite familiale dans le Bas-Saint-Laurent, j’ai eu l’occasion de rassembler mes meilleures photos dans un album et de le partager par courriel, même avec ceux qui ne disposent pas de comptes Google Photos.

L’interface est alors jolie, depuis un ordinateur aussi bien qu’un appareil mobile, et il est facile pour les autres de télécharger les images, ou encore de les ajouter automatiquement à leur compte Google Photos s’ils en possèdent un.

Et depuis quelques jours, il est aussi possible de collaborer pour créer ces albums partagés. Mes amis qui ont aussi pris des photos pourraient donc ajouter les leurs aux miennes, au bénéfice de tout le groupe.


Le prix caché
Évidemment, Google n’offre pas tout cet espace en ligne et toutes ces fonction­nalités pour nos beaux yeux. En téléversant vos images sur ses serveurs, vous permettez notamment à la compagnie d’améliorer sa reconnaissance d’image, au point où elle pourrait éventuellement s’en servir pour mieux vous cibler.

Google pourrait ainsi savoir que vous avez des enfants et que vous aimez les bonnes bouffes, pour ensuite afficher de la publicité en conséquence dans ses autres produits. Reste à voir si vous considérez que les avantages du service sont suffisants pour compenser ce regard indiscret.

Pour ma part, c’est le cas. C’est un outil gratuit qui m’a permis de simplifier mon processus de sauvegarde de mes photos, et qui me permet d’y voir plus clair dans les dizaines de milliers de clichés que je prends annuellement.

Google Photos est non seulement ma découverte techno de 2015, mais ce pourrait bien être également ma proposition de résolution pour 2016, pour ceux qui font encore l’erreur de conserver toutes les copies de leurs précieux souvenirs à la maison seulement.

Maxime Johnson, journaliste indépendant spécialisé dans les nouvelles technologies.

Plus de chroniques de Maxime Johnson à lire ici

En manchette

Un des meilleurs bilans de la Fête nationale dans le Vieux-Longueuil

Doris Guérette, présidente de la Corporation Le Vieux-Longueuil en fête dresse un des meilleurs bilans des dernières années de la Fête nationale 2016 dans le Vieux-Longueuil. L’édition de la Fête nationale du Québec dans le Vieux-Longueuil 2015 a attiré une fois de plus une foule de plus de 30 000 personnes pendant les 2 jours de festivités.

Mon coup de cœur techno 2015

Publié le 17 décembre 2015

Je voulais faire un palmarès de fin d’année, mais un seul produit m’a complètement conquis en 2015 : Google Photos.

En offrant à la fois une solution gratuite pour sauvegarder toutes ses photos en ligne, un outil puissant pour chercher dans sa collection et une solution pour partager des images avec ses amis, Google Photos mérite amplement le titre de nouveauté de l’année 2015.

Une copie de sauvegarde en ligne
Lorsque Google a lancé Photos il y a maintenant six mois, le service a surtout retenu l’attention pour sa générosité.

Alors que les sites pour enregistrer les photos imposent généralement une limite à leur version gratuite, Google Photos permet de sauvegarder autant d’images qu’on le désire, à condition que les clichés soient limités à 16 mégapixels, une taille amplement suffisante pour la majorité des gens. Ceux qui souhaitent conserver des fichiers plus gros peuvent toutefois acheter de l’espace Google Disque.

Google Photos permet à la fois d’enregistrer sur les serveurs de Google toutes les nouvelles photos prises avec son téléphone intelligent ou sa tablette, et de synchroniser certains dossiers de son ordinateur.

Il est important de cacher une copie de ses images à la maison, mais en conserver une seconde en ligne est aussi une nécessité, comme nous l’a malheureusement rappelé le vol chez le photographe du Devoir Jacques Nadeau en juillet dernier.

Un outil de recherche puissant
Si j’avais surtout apprécié l’interface fluide et facile à utiliser de Google Photos à son lancement, quelques mises à jour pendant l’année m’ont fait réaliser l’importance d’une fonctionnalité puissante de l’outil, la recherche textuelle.

Avec Google Photos, vous pouvez par exemple chercher «bœuf», et vous verrez autant les images de votre visite à la ferme que de tous vos gros steaks posés au fil des ans. Grâce à la reconnaissance faciale, vous pouvez aussi demander une photo de votre sœur dans un manège, trier les images de vous avec votre meilleur ami d’enfance et retrouver facilement un cliché de votre copine lors d’un voyage en Inde.

Cette reconnaissance faciale est d’ailleurs particulièrement impressionnante avec les enfants, puisque Google Photos est capable de reconnaître quelqu’un de la naissance à l’âge adulte, pourvu que vous disposiez de suffisamment d’images.

Partager ses photos
Le volet social de Google Photos est moins développé que ce qu’on retrouve avec Instagram et les autres services du genre, mais celui-ci permet quand même de partager des albums d’une façon simple et efficace.

À quelques reprises cette année, lors d’un voyage de pêche et d’une retraite familiale dans le Bas-Saint-Laurent, j’ai eu l’occasion de rassembler mes meilleures photos dans un album et de le partager par courriel, même avec ceux qui ne disposent pas de comptes Google Photos.

L’interface est alors jolie, depuis un ordinateur aussi bien qu’un appareil mobile, et il est facile pour les autres de télécharger les images, ou encore de les ajouter automatiquement à leur compte Google Photos s’ils en possèdent un.

Et depuis quelques jours, il est aussi possible de collaborer pour créer ces albums partagés. Mes amis qui ont aussi pris des photos pourraient donc ajouter les leurs aux miennes, au bénéfice de tout le groupe.


Le prix caché
Évidemment, Google n’offre pas tout cet espace en ligne et toutes ces fonction­nalités pour nos beaux yeux. En téléversant vos images sur ses serveurs, vous permettez notamment à la compagnie d’améliorer sa reconnaissance d’image, au point où elle pourrait éventuellement s’en servir pour mieux vous cibler.

Google pourrait ainsi savoir que vous avez des enfants et que vous aimez les bonnes bouffes, pour ensuite afficher de la publicité en conséquence dans ses autres produits. Reste à voir si vous considérez que les avantages du service sont suffisants pour compenser ce regard indiscret.

Pour ma part, c’est le cas. C’est un outil gratuit qui m’a permis de simplifier mon processus de sauvegarde de mes photos, et qui me permet d’y voir plus clair dans les dizaines de milliers de clichés que je prends annuellement.

Google Photos est non seulement ma découverte techno de 2015, mais ce pourrait bien être également ma proposition de résolution pour 2016, pour ceux qui font encore l’erreur de conserver toutes les copies de leurs précieux souvenirs à la maison seulement.

Maxime Johnson, journaliste indépendant spécialisé dans les nouvelles technologies.

Plus de chroniques de Maxime Johnson à lire ici