Chevy Bolt EV 2017: la voiture électrique grand public

Publié le 11 janvier 2016

Une voiture électrique dotée d’une autonomie de plus de 320 kilomètres, coûtant environ 30 000$ US (après les rabais gouvernementaux de 7500$). Voilà l’essentiel de la Chevy Bolt EV, la voiture électrique qui souhaite démocratiser le genre.

©

Après avoir lancé la version finale de cette voiture la semaine dernière au Consumer Electronic Show (CES), GM a dévoilé lundi au salon de l’automobile de Detroit les caractéristiques entourant la batterie de son véhicule, produite en collaboration avec LG Chem.

C’est finalement une batterie de 60 kWh qui propulsera le moteur de 200 chevaux-moteur de la Bolt EV. La batterie, qui se retrouve sous le plancher de l’automobile, pourra être rechargée en 9 heures environ avec le chargeur normal de 240 V (ou 80 kilomètres d’autonomie en moins de deux heures).

Avec un chargeur rapide, il sera possible d’atteindre l’équivalent de 145 kilomètres d’autonomie en 30 minutes.

Côté vitesse, la Bolt EV devrait permettre d’atteindre 100 km/h en moins de 7 secondes.

Bref, on est loin des caractéristiques d’une Tesla, mais on est aussi loin de son prix d’achat, ou de son public cible.

Une voiture pleine de gadgets

GM se positionne de plus en plus comme un fabricant de voitures pouvant plaire aux amateurs de techno, et la Chevy Bolt ne fait certainement pas exception à la règle.

À l’intérieur, on note tout particulièrement le miroir électronique du véhicule, qui affiche ce qui est filmé par la caméra arrière. L’image dans le miroir est claire et grande, et offre une vue bien meilleure qu’avec un miroir conventionnel.

Il est bon de noter que celui-ci peut aussi être utilisé comme un miroir normal, pour ceux qui voudraient jeter un oeil occasionnel sur les passagers à l’arrière, ou encore lorsque la vue de la caméra est bloquée.

Parmi les autres technologies offertes à bord du véhicule, notons une vue à vol d’oiseau qui permet de voir tout autour du véhicule grâce à des caméras, un grand écran tactile de 10,2 pouces (doté d’une nouvelle interface qui ne m’a pas particulièrement renversé, honnêtement), Android Auto, CarPlay, une connectivité 4G LTE et plus.

Premier essai en circuit fermé

J’ai eu l’occasion d’essayer brièvement le véhicule la semaine dernière, à l’occasion du CES.

Mes deux tours rapides dans un stationnement de Las Vegas ne m’ont pas exactement permis de tout connaître du bolide, mais ce fut suffisant pour apprécier sa conduite, silencieuse à souhait comme c’est le cas avec les voitures électriques.

J’ai aussi été impressionné par l’espace à l’intérieur de l’habitacle, beaucoup plus spacieux qu’il peut en avoir l’air de l’extérieur, notamment sur la banquette arrière.

Le miroir électronique m’a aussi semblé une bonne amélioration, à laquelle on risque de s’habituer rapidement et à avoir de la difficulté à revenir en arrière par la suite.

Il faudra dans tous les cas essayer la voiture plus longuement pour s’en faire une idée, notamment pour voir comment son autonomie sera affectée par le froid l’hiver.

La production de la Chevy Bolt EV débutera plus tard cette année. La voiture sera lancée d’ici la fin 2016 pour environ 37 500$ US. Espérons maintenant que le dollar canadien ne continue pas de dégringoler d’ici là.

Maxime Johnson, journaliste indépendant spécialisé dans les nouvelles technologies.

Plus de chroniques de Maxime Johnson ici

En manchette

Rose Woo à Rio... sans sa soeur !

GYMNASTIQUE. Mercredi a été une journée riche en émotions pour la jeune gymnaste québécoise Rose Woo. Elle a appris en soirée qu’elle avait été sélectionnée parmi les cinq athlètes canadiennes qui représenteront le pays aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro au mois d’août prochain.

L’ancien PDG de la société des ponts accusé de corruption

La GRC a déposé des accusations de corruption contre l’ancien pdg de la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain (PJCCI), Michel Fournier. Ce dernier aurait reçu 2 M$ en pots-de-vin de la part de SNC-Lavalin pour un contrat de réparation.

Chevy Bolt EV 2017: la voiture électrique grand public

Publié le 11 janvier 2016

Une voiture électrique dotée d’une autonomie de plus de 320 kilomètres, coûtant environ 30 000$ US (après les rabais gouvernementaux de 7500$). Voilà l’essentiel de la Chevy Bolt EV, la voiture électrique qui souhaite démocratiser le genre.

©


Après avoir lancé la version finale de cette voiture la semaine dernière au Consumer Electronic Show (CES), GM a dévoilé lundi au salon de l’automobile de Detroit les caractéristiques entourant la batterie de son véhicule, produite en collaboration avec LG Chem.

C’est finalement une batterie de 60 kWh qui propulsera le moteur de 200 chevaux-moteur de la Bolt EV. La batterie, qui se retrouve sous le plancher de l’automobile, pourra être rechargée en 9 heures environ avec le chargeur normal de 240 V (ou 80 kilomètres d’autonomie en moins de deux heures).

Avec un chargeur rapide, il sera possible d’atteindre l’équivalent de 145 kilomètres d’autonomie en 30 minutes.

Côté vitesse, la Bolt EV devrait permettre d’atteindre 100 km/h en moins de 7 secondes.

Bref, on est loin des caractéristiques d’une Tesla, mais on est aussi loin de son prix d’achat, ou de son public cible.

Une voiture pleine de gadgets

GM se positionne de plus en plus comme un fabricant de voitures pouvant plaire aux amateurs de techno, et la Chevy Bolt ne fait certainement pas exception à la règle.

À l’intérieur, on note tout particulièrement le miroir électronique du véhicule, qui affiche ce qui est filmé par la caméra arrière. L’image dans le miroir est claire et grande, et offre une vue bien meilleure qu’avec un miroir conventionnel.

Il est bon de noter que celui-ci peut aussi être utilisé comme un miroir normal, pour ceux qui voudraient jeter un oeil occasionnel sur les passagers à l’arrière, ou encore lorsque la vue de la caméra est bloquée.

Parmi les autres technologies offertes à bord du véhicule, notons une vue à vol d’oiseau qui permet de voir tout autour du véhicule grâce à des caméras, un grand écran tactile de 10,2 pouces (doté d’une nouvelle interface qui ne m’a pas particulièrement renversé, honnêtement), Android Auto, CarPlay, une connectivité 4G LTE et plus.

Premier essai en circuit fermé

J’ai eu l’occasion d’essayer brièvement le véhicule la semaine dernière, à l’occasion du CES.

Mes deux tours rapides dans un stationnement de Las Vegas ne m’ont pas exactement permis de tout connaître du bolide, mais ce fut suffisant pour apprécier sa conduite, silencieuse à souhait comme c’est le cas avec les voitures électriques.

J’ai aussi été impressionné par l’espace à l’intérieur de l’habitacle, beaucoup plus spacieux qu’il peut en avoir l’air de l’extérieur, notamment sur la banquette arrière.

Le miroir électronique m’a aussi semblé une bonne amélioration, à laquelle on risque de s’habituer rapidement et à avoir de la difficulté à revenir en arrière par la suite.

Il faudra dans tous les cas essayer la voiture plus longuement pour s’en faire une idée, notamment pour voir comment son autonomie sera affectée par le froid l’hiver.

La production de la Chevy Bolt EV débutera plus tard cette année. La voiture sera lancée d’ici la fin 2016 pour environ 37 500$ US. Espérons maintenant que le dollar canadien ne continue pas de dégringoler d’ici là.

Maxime Johnson, journaliste indépendant spécialisé dans les nouvelles technologies.

Plus de chroniques de Maxime Johnson ici