Une autre mission réussie pour James Bond

Spectre de Sam Mendes - Étoiles: *** et demie

Pascal Cloutier web@tc.tc Publié le 19 février 2016

C’est toujours un événement de retrouver James Bond. La dernière mouture des aventures de l’espion au service de Sa Majesté est particulièrement relevée.

À nouveau derrière la caméra, le réalisateur Sam Mendes réussit à éblouir par des plans séquence impressionnants, des images d’un exotisme certain et des scènes d’action intenses à souhait.

Pascal Cloutier

Daniel Craig aura amené au personnage la froideur de celui qui a un permis pour tuer et la chaleur d’un homme sensible et charmeur qui plaît aux femmes. Avec son nouvel interprète, 007 aura peut-être perdu un peu de son humour caustique, mais il aura retrouvé la crédibilité de celui qui doit sauver les intérêts de son pays, de la planète entière, de sa propre personne.

Spectre, c’est le nom d’une organisation de malfaiteurs qui regroupe les derniers méchants qu’a combattus Bond. L’agent secret qui se rapproche depuis quelques épisodes de la tête de cette dangereuse organisation combat des démons personnels réveillés lors de violentes confrontations.

Lui qui a perdu de nombreux acquis au fil des interventions doit agir pour la patrie et par vengeance pour ceux qui ont perdu la vie à titre de dommages collatéraux. Que ce soit au Maroc, en Autriche, au Mexique, en Italie ou au Royaume-Uni, Bond prend sa mission très personnelle cette fois encore.

Blofeld, interprété par Christopher Waltz, est l’ennemi ultime, et 007 est sur le coup. Les obstacles seront nombreux pour se rendre jusqu’à la tête de Spectre, les beautés féminines aussi.

La sublime Monica Bellucci et la ravissante Léa Seydoux sont les deux principales Bond Girls de cette édition. À nouveau derrière la caméra, le réalisateur Sam Mendes réussit à éblouir par des plans séquence impressionnants, des images d’un exotisme certain et des scènes d’action intenses à souhait. Le directeur se sera donné plus de deux heures trente pour ce faire et réussit à nous embarquer, comme nous l’avons toujours fait dans chaque épisode de la série.

Lisez la critique du film Brûlé avec Bradley Cooper en cliquant ici

 

Une autre mission réussie pour James Bond

Spectre de Sam Mendes - Étoiles: *** et demie

Pascal Cloutier web@tc.tc Publié le 19 février 2016

C’est toujours un événement de retrouver James Bond. La dernière mouture des aventures de l’espion au service de Sa Majesté est particulièrement relevée.

À nouveau derrière la caméra, le réalisateur Sam Mendes réussit à éblouir par des plans séquence impressionnants, des images d’un exotisme certain et des scènes d’action intenses à souhait.

Pascal Cloutier

Daniel Craig aura amené au personnage la froideur de celui qui a un permis pour tuer et la chaleur d’un homme sensible et charmeur qui plaît aux femmes. Avec son nouvel interprète, 007 aura peut-être perdu un peu de son humour caustique, mais il aura retrouvé la crédibilité de celui qui doit sauver les intérêts de son pays, de la planète entière, de sa propre personne.

Spectre, c’est le nom d’une organisation de malfaiteurs qui regroupe les derniers méchants qu’a combattus Bond. L’agent secret qui se rapproche depuis quelques épisodes de la tête de cette dangereuse organisation combat des démons personnels réveillés lors de violentes confrontations.

Lui qui a perdu de nombreux acquis au fil des interventions doit agir pour la patrie et par vengeance pour ceux qui ont perdu la vie à titre de dommages collatéraux. Que ce soit au Maroc, en Autriche, au Mexique, en Italie ou au Royaume-Uni, Bond prend sa mission très personnelle cette fois encore.

Blofeld, interprété par Christopher Waltz, est l’ennemi ultime, et 007 est sur le coup. Les obstacles seront nombreux pour se rendre jusqu’à la tête de Spectre, les beautés féminines aussi.

La sublime Monica Bellucci et la ravissante Léa Seydoux sont les deux principales Bond Girls de cette édition. À nouveau derrière la caméra, le réalisateur Sam Mendes réussit à éblouir par des plans séquence impressionnants, des images d’un exotisme certain et des scènes d’action intenses à souhait. Le directeur se sera donné plus de deux heures trente pour ce faire et réussit à nous embarquer, comme nous l’avons toujours fait dans chaque épisode de la série.

Lisez la critique du film Brûlé avec Bradley Cooper en cliquant ici