La voix du rock - Étoiles: ***

Sortie DVD

Pascal Cloutier web@tc.tc Publié le 19 mars 2016

Ceux qui nous lisent savent combien nous aimons l’acteur et comédien américain Bill Murray. Si le monsieur a connu des périodes creuses durant sa carrière, il a aussi connu des époques fastes. Des bouts de carrière où on en avait que pour lui.

Lorsque les premières images de Rock The Kasbah sont sorties, on comprenait que c’était le retour du Bill Murray plus cabotin que sympathique. Sorte d’hurluberlu qui fonctionne mal en société et qui égoïstement se raconte des blagues qu’il trouve bien drôles, mais que seuls les spectateurs avertis se permettront d’apprécier.

Dans La voix du rock, l’utilisation que fait le réalisateur Barry Levinson de la méthode Bill Murray, n’est pas des plus heureuses. Le réalisateur a une réputation enviable, mais par paresse ou par choix, le directeur a décidé de laisser Murray interpréter cet impresario sur le tard à sa manière désinvolte.

À coup de cabotinages plus ou moins réussis, Richie Lanz (Murray) se rend en Afghanistan pour y faire la tournée des camps militaires avec une jeune chanteuse pleine de promesses (Zooey Deschanel). Il découvrira une jeune chanteuse locale (Leem Lubany) et la portera au concours national de la voix.

Épaulé dans sa tâche un peu trop centrale par des stars importantes comme Bruce Willis et Kate Hudson, Murray gâche la sauce en s’appropriant chacune des scènes. C’est là un des problèmes avec la manière Murray.

En manchette

SAM de Longueuil:Trouver son public par l'«unique»

MUSIQUE. Un festival peut être un événement où défilent des artistes qui présentent leur spectacle de tournée sans en changer un iota, ou presque. Mais ce n'est pas ce qu'entend Gregory Charles pour le Sommet des arts et de la musique (SAM) qui, plus que jamais dans sa 2e édition, offrira des événements à caractère unique pour en faire des incontournables.

La voix du rock - Étoiles: ***

Sortie DVD

Pascal Cloutier web@tc.tc Publié le 19 mars 2016

Ceux qui nous lisent savent combien nous aimons l’acteur et comédien américain Bill Murray. Si le monsieur a connu des périodes creuses durant sa carrière, il a aussi connu des époques fastes. Des bouts de carrière où on en avait que pour lui.

Lorsque les premières images de Rock The Kasbah sont sorties, on comprenait que c’était le retour du Bill Murray plus cabotin que sympathique. Sorte d’hurluberlu qui fonctionne mal en société et qui égoïstement se raconte des blagues qu’il trouve bien drôles, mais que seuls les spectateurs avertis se permettront d’apprécier.

Dans La voix du rock, l’utilisation que fait le réalisateur Barry Levinson de la méthode Bill Murray, n’est pas des plus heureuses. Le réalisateur a une réputation enviable, mais par paresse ou par choix, le directeur a décidé de laisser Murray interpréter cet impresario sur le tard à sa manière désinvolte.

À coup de cabotinages plus ou moins réussis, Richie Lanz (Murray) se rend en Afghanistan pour y faire la tournée des camps militaires avec une jeune chanteuse pleine de promesses (Zooey Deschanel). Il découvrira une jeune chanteuse locale (Leem Lubany) et la portera au concours national de la voix.

Épaulé dans sa tâche un peu trop centrale par des stars importantes comme Bruce Willis et Kate Hudson, Murray gâche la sauce en s’appropriant chacune des scènes. C’est là un des problèmes avec la manière Murray.