Voir Pétra, la cité nabatéenne

Voyager en Jordanie

Publié le 8 octobre 2015

Bon, mon voyage commence bien! Je prends l’avion de Montréal avec un bon rhume d’avril. Mon escale se fait à l'aéroport JFK de New York pour Amman en Jordanie. Au moment de l’embarquement, quatre policiers armés des douanes font irruption avec un Jordanien chassé du pays de l’oncle Sam. L’individu est escorté et surveillé jusqu'à la fermeture des portes de l’appareil. J’espère ne pas être son voisin. Je suis assis la rangée dernière! Il est le premier à sortir, escorté par la police jordanienne.

Pétra

À 4 heures au sud d’Amman, la capitale de la Jordanie, Pétra fascine depuis 2000 ans. Je me retrouve au cœur de cette ville construite par les Nabatéens, un peuple commerçant de l’antiquité.

De toutes les cités perdues, Pétra est probablement celle qui donne le plus au visiteur le sentiment exaltant d’être un explorateur.

J'accède à la cité via un long corridor d’un kilomètre dont le chemin n’est parfois guère plus large qu’un bras tendu. Le premier monument, d’une architecture stupéfiante est le trésor du Pharaon ou la Khazneh. Je monte à la sueur de mon front, les 822 marches qui mènent au monastère. La vue sur la région depuis ce prodigieux bâtiment est à couper le souffle.  Les temples, les tombeaux, le théâtre ou l'aqueduc, plusieurs sites marqueront particulièrement les esprits.

A 40 degrés à l’ombre, avec un rhume que je traîne en longueur depuis Montréal, je sue à torrent. Je passerai deux jours entiers à parcourir cette magnifique cité sous un soleil de plomb et à traquer les zones ombragées avec me semble-t-il, tous les touristes de la Jordanie. Plusieurs petites oasis sont disponibles dans Pétra pour une petite pause à l’ombre en sirotant un bon thé à la menthe.

La visite de Pétra est un voyage à travers une ville perdue, riche d'histoire, d'une architecture stupéfiante dans un charme incomparable. Le peuple jordanien est très accueillant et chaleureux et comme dans tous mes voyages en terre musulmane, je suis traité comme un roi.

Daniel Charbonneau

-------------------------------------------------------------------------------------

Daniel Charbonneau a passé 20 ans à parcourir la planète. Après avoir fait quelques tours du monde, avoir visité plus de 65 pays sur les cinq continents, parcouru toute la Terre sainte, marché sur la Muraille, touché le Taj Mahal et Petra, flotté sur la Mer Morte, vu Angkor Vat,  mangé une panoplie d’insectes, il a visité l’Iran, les Territoires palestiniens, traversé des frontières à pied et à vélo, côtoyé la joie, la pauvreté et la mort dans un hôpital de Delhi. Et ce n’est pas fini…

En savoir plus: http://conferencevoyage.ca/

 

En manchette

Littérature: élucider le sacré

LIVRE. La blogueuse et auteure Josée Durocher l'avoue d'emblée: elle ne s'y connaissait pas beaucoup en féminin et masculin sacrés avant d'amorcer les recherches et les entrevues pour son tout dernier ouvrage, Sacrés! Le féminin et le masculin vus autrement. Après coup, elle est d'avis que cette aventure l'a grandement enrichie.

Voir Pétra, la cité nabatéenne

Voyager en Jordanie

Publié le 8 octobre 2015

Bon, mon voyage commence bien! Je prends l’avion de Montréal avec un bon rhume d’avril. Mon escale se fait à l'aéroport JFK de New York pour Amman en Jordanie. Au moment de l’embarquement, quatre policiers armés des douanes font irruption avec un Jordanien chassé du pays de l’oncle Sam. L’individu est escorté et surveillé jusqu'à la fermeture des portes de l’appareil. J’espère ne pas être son voisin. Je suis assis la rangée dernière! Il est le premier à sortir, escorté par la police jordanienne.

Pétra

À 4 heures au sud d’Amman, la capitale de la Jordanie, Pétra fascine depuis 2000 ans. Je me retrouve au cœur de cette ville construite par les Nabatéens, un peuple commerçant de l’antiquité.

De toutes les cités perdues, Pétra est probablement celle qui donne le plus au visiteur le sentiment exaltant d’être un explorateur.

J'accède à la cité via un long corridor d’un kilomètre dont le chemin n’est parfois guère plus large qu’un bras tendu. Le premier monument, d’une architecture stupéfiante est le trésor du Pharaon ou la Khazneh. Je monte à la sueur de mon front, les 822 marches qui mènent au monastère. La vue sur la région depuis ce prodigieux bâtiment est à couper le souffle.  Les temples, les tombeaux, le théâtre ou l'aqueduc, plusieurs sites marqueront particulièrement les esprits.

A 40 degrés à l’ombre, avec un rhume que je traîne en longueur depuis Montréal, je sue à torrent. Je passerai deux jours entiers à parcourir cette magnifique cité sous un soleil de plomb et à traquer les zones ombragées avec me semble-t-il, tous les touristes de la Jordanie. Plusieurs petites oasis sont disponibles dans Pétra pour une petite pause à l’ombre en sirotant un bon thé à la menthe.

La visite de Pétra est un voyage à travers une ville perdue, riche d'histoire, d'une architecture stupéfiante dans un charme incomparable. Le peuple jordanien est très accueillant et chaleureux et comme dans tous mes voyages en terre musulmane, je suis traité comme un roi.

Daniel Charbonneau

-------------------------------------------------------------------------------------

Daniel Charbonneau a passé 20 ans à parcourir la planète. Après avoir fait quelques tours du monde, avoir visité plus de 65 pays sur les cinq continents, parcouru toute la Terre sainte, marché sur la Muraille, touché le Taj Mahal et Petra, flotté sur la Mer Morte, vu Angkor Vat,  mangé une panoplie d’insectes, il a visité l’Iran, les Territoires palestiniens, traversé des frontières à pied et à vélo, côtoyé la joie, la pauvreté et la mort dans un hôpital de Delhi. Et ce n’est pas fini…

En savoir plus: http://conferencevoyage.ca/