Des centaines d’heures de pratique en vue d’une compétition de jeu vidéo

Des centaines d’heures de pratique en vue d’une compétition de jeu vidéo

Mathieu Bergeron (gauche) et les autres membres de son équipe québécoise

Crédit photo : Gracieuseté – SetToDestroyX Esports

Impliquant une bourse de 90 000$

Les 23 et 24 septembre, à Toronto, le résident de l’arr. Saint-Hubert Mathieu Bergeron a pris part à une compétition spéciale qui aurait pu permettre à son équipe et lui de remporter une bourse de 90 000$. Les Québécois n’ont toutefois pas mis la main sur la généreuse bourse.

Il s’agissait de la finale de la série Championnats canadiens du jeu Counter Strike: Global Offensive. Un jeu que le jeune homme de 23 ans affectionne particulièrement et pour lequel il s’est découvert un talent certain.

«J’ai joué à la première version à l’ordinateur lorsque j’avais 13 ou 14 ans, raconte Mathieu Bergeron. J’ai recommencé vers l’âge de 17 ans. C’est le seul jeu dans lequel je mets autant de temps.»

Durant les 14 semaines précédant le tournoi, les cinq membres de l’équipe mettaient en moyenne trois heures de pratique par soir.

Composée de cinq québécois qui ont remporté leur finale régionale respective, l’équipe a été formée dans le cadre des Championnats canadiens de WorldGaming. Cette compétition accueille des mordus de partout au Canada, joueurs et spectateurs.

C’était la première fois que Mathieu Bergeron courrait la chance de gagner un si gros montant lors d’une compétition. Son équipe avait auparavant terminé troisième dans un tournoi à Montréal, ce qui lui avait permis de gagner un montant d’environ 200$.

«On a eu droit à de la grosse organisation à Toronto, admet le gamer. On était presque accueilli comme des vedettes. Ils ont pris soin de nous.»

Une chambre par joueur avait été réservée à l’hôtel et les parties se déroulaient dans des salles de cinéma, face à des spectateurs qui pouvaient observer leurs performances sur écran géant. Le résident de Saint-Hubert, surnommé «Incredible», dit avoir joué autour de huit heures en deux jours.

Mathieu Bergeron continue de jouer à des jeux vidéo tels que Rocket League et League of Legends, sans avoir de projet en vue ni d’objectif précis. Il travaille comme carreleur.