40 amateurs participent au 117e recensement des oiseaux de Noël

Publié le 3 janvier 2017

Une des dix équipes en pleine action à la Tour du radar, sur l’Île Charron.

©Georgette Larocque

Le 18 décembre, le Club d’ornithologie de Longueuil (COL) a recensé 9625 oiseaux appartenant à 61 espèces différentes, dans le cadre du 117e recensement des oiseaux de Noël, que le COL organise depuis maintenant 23 ans.

Cette activité initiée en 1900 par Frank Chapman, un ornithologue du Musée d’Histoire naturelle des États-Unis, réunit chaque année plus de 65 000 amateurs des Amériques. Ces derniers font le recensement de tous les oiseaux qu’ils observent au cours d’une journée, dans un des 2200 territoires attribués par la Société Audubon, une organisation vouée à la protection de l’environnement.

Pour que les résultats soient versés dans la banque centrale de données, les recensements doivent se tenir entre le 14 décembre et le 5 janvier. Ces données permettent aux biologistes et aux écologistes de mesurer dans quelle mesure les oiseaux réussissent ou ne réussissent pas à s’adapter aux changements environnementaux tels le réchauffement climatique et l’urbanisation.

Le COL a recensé cette année 61 espèces, soit quatre de moins qu’en 2015. Au chapitre du nombre d’oiseaux, la diminution est encore plus importante: 33%, soit de 14 392 à 9625.

«Il est certain que le verglas, la neige et la mauvaise visibilité peuvent expliquer en partie cette baisse, précise le COL. Néanmoins, plusieurs observateurs se demandent s’il n’y a pas une baisse globale de la gent ailée. Ce questionnement fait ressortir l’importance de cette activité. C’est en centralisant les observations de dizaines de milliers d’amateurs que les scientifiques pourront disposer d’un portrait global permettant de formuler les recommandations appropriées aux instances concernées.»

«Cette activité nous permet de réaliser que chacun peut observer la biodiversité dans son environnement immédiat et contribuer à l’avancement des connaissances scientifiques, a indiqué Louise Falcon, qui a coordonné les dix équipes responsables d’autant de territoires. Il ne s’agit pas d’une chasse gardée réservée aux biologistes et aux spécialistes fréquentant les Conférences internationales et les Centres de recherche spécialisés.»

Les personnes intéressées à s’initier à l’observation des oiseaux peuvent consulter le site du COL, www.ornitho-longueuil.org