L'historien Michel Pratt raconte l'Expo 67

50ème anniversaire de l’Exposition universelle de Montréal

Sarah Laou sarah.laou@tc.tc
Publié le 9 janvier 2017

La conférence de Michel Pratt sur l'Expo 67 affichait complet ce dimanche au centre communautaire Le Trait d'Union de Longueuil.

©TC Media - Robert Côté

ÉVÉNEMENT. L'historien Michel Pratt, spécialiste de la Rive-Sud et ancien président de la Société historique et culturelle du Marigot, était de passage au centre communautaire Le Trait d'Union de Longueuil ce 8 janvier pour offrir une conférence sur les 50 ans de l'Exposition universelle de 1967. Retour sur une période phare de Montréal et de la Rive-Sud.

«J'avais 18 ans à l'époque de l'exposition universelle. J'habitais près de la rue Saint-Charles à Longueuil et ça m'a beaucoup marqué, introduit l'historien. On peut dire que l'Expo 67 a été l'événement le plus marquant de la Montérégie; il n'a jamais été égalé. En outre il a totalement changé la culture du Québec, qui était encore peu ouverte au monde», a commenté Michel Pratt, devant un parterre de près de 200 personnes venues assister à sa conférence. Souvenirs de jeunesse pour la grande majorité des spectateurs, la connivence était dès lors installée entre le conférencier et le public. 

Michel Pratt, qui a écrit l'histoire officielle de trois villes de la Rive-Sud ainsi que le Dictionnaire historique de Longueuil, présente cette conférence à guichets fermés un peu partout dans la région de Montréal depuis le début 2016. À chaque fois, les réactions sont les mêmes: le public oscille entre douce nostalgie pour les anciens et curiosité enthousiaste pour les plus jeunes. Tous se pressent en grand nombre afin de se plonger ou se replonger dans l'atmosphère si particulière de cet été 1967 où Montréal accueillait le monde. 

L'historien et écrivain croit notamment que l'Expo 67 a contribué au rayonnement de la Rive-Sud et rappelle les legs importants, tels que la ligne jaune du métro, le pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, La Ronde, l'île Notre-Dame et bien d'autres. 

«Il est intéressant de constater que ces travaux colossaux ont tous été réalisés en quatre ans, alors qu'aujourd'hui, on met parfois dix ans pour retaper une simple portion de route», lance sarcastiquement l'auteur de Longueuil 1657-2007.   

Et lorsque l'historien présente des vidéos d'époque, des photos d'archives et, enfin, fait retentir dans la salle la chanson officielle de l'Expo 67 interprétée par Donald Lautrec, c'est la jubilation générale. Commentaires, fredonnements et rires résonnent. 

«Ce n'est pas une conférence ordinaire, confie Michel Pratt au Courrier du Sud. Les gens ne posent pas forcément de questions à la fin de ma présentation; ils racontent plutôt leur propre expérience de l'Expo 67. Parfois, ils m'apportent même des précisions et des détails que je ne connaissais pas. C'est un accueil extraordinaire», jubile ce passionné. 

Michel Pratt s'est dit "booké" jusqu'à la fin de l'année prochaine avec cette conférence. 

L'Expo 67 en bref

En 1960, l'idée d'organiser une exposition universelle au Canada pour souligner le centenaire de la Confédération germe dans la tête du sénateur canadien Mark Robert Drouin.
En 1962, le Canada obtient l'Exposition et la ville de Montréal est désignée comme organisatrice des réjouissances. Le maire Jean Drapeau décide alors que l'évènement se tiendra sur les îles situées au milieu du fleuve Saint-Laurent, entre Montréal et la Rive-Sud. Quatre ans de travaux d'aménagement et un investissement de 320M$ seront alors nécessaires pour accueillir les 62 pays participants.
Avec plus de 50 millions de visiteurs, l'Expo 67 a laissé de nombreux legs, en plus de marquer la mémoire de plusieurs générations de Québécois.

Une initiative du centre Trait d'Union

Cette conférence s'est inscrite dans le cadre de la programmation Culturellement parlant du centre communautaire multigénérationnel Le Trait d'Union, situé sur la rue Mousseau. Tous les dimanches, de 10h30 à 13h, le centre communautaire accueille un artiste, un spectacle ou un conférencier de renom, et propose des prix réduits. Initié par le directeur d'établissement Luc Gouin, avec le soutien financier de l'ancienne Conférence régionale des élus (CRÉ) de l'agglomération de Longueuil, ce projet de "brunchs, spectacles et conférences" optient depuis deux un beau succès, et ce, auprès d'un large public. Il prendra toutefois fin au mois de mai en raison de l'arrêt des subventions. 

Pour profiter de la programmation jusqu'au printemps, retrouvez les informations sur www.cctu.ca/programmation/culturellement-parlant.