Amélie Veille présente son quatrième album, Les moments parfaits

Ali Dostie ali.dostie@tc.tc
Publié le 14 octobre 2016

La Brossardoise Amélie Veille a voulu, avec Les moments parfaits faire un clin d'œil à la chanson française des années 1960-1970, dans une facture contemporaine.

©Photo: Gracieuseté Robin Cerutti

CHANSON. Si, avec Jean Leloup, les moments parfaits «ne reviennent jamais», ceux d'Amélie Veille ont occupé tout le processus de création – et les textes – de son dernier album, qui dédit son titre à ces moments de grâce qui surviennent lorsqu'on ne s'y attend pas.

Les moments parfaits, ce sont ces «moments un peu mystérieux, anodins ou pas, où chaque chose est à sa place, où on arrête de penser à 36 000 affaires», résume la Brossardoise pour expliquer le titre de son 4e album, sorti en juin dans le cadre des Francofolies de Montréal.

Et plusieurs moments parfaits se sont invités dans le processus de création de ces nouvelles chansons, à commencer par la rencontre avec les auteurs Claude Lemesle et Boris Bergman, qui collaborent à trois titres. «Ce sont de grands paroliers, et ç'a été un beau hasard de la vie que je les rencontre.»

Le premier a écrit notamment pour Dassin, Reggiani et Bécaud; le deuxième, entre autres pour Bashung. Un héritage auquel Amélie Veille ne se dit pas étrangère et qui a forcément teinté son album, particulièrement dans la «façon de raconter des histoires».

«Cet album est dans la lignée des chansons classiques françaises, c'est un clin d'œil aux années 1960-1970, à Aznavour, à Fugain. Je suis une fan de Julien Clerc et Véronique Samson. Mais la facture est très contemporaine.»

Et cette facture, elle la doit notamment au travail d'Antoine Gratton – une autre rencontre heureuse où «tout coulait de source» – qui a réalisé l'album. «Mes autres albums étaient peut-être mois arrangés, plus folk. Celui-là est finement texturé; on a décidé de l'habiller, de le peaufiner!», compare-t-elle.

Quatre ans se sont écoulés entre son 3e album et ce dernier opus. «Je ne voulais pas pousser pour que les chansons sortent. C'est venu parce que ça devait venir», explique l'artiste originaire de la Beauce.

Elle remarque que Les moments parfaits, même si la promotion a été quelque peu noyé dans les vacances, a rejoint tant ses fans qu'un nouveau public qui l'a découverte. La jeune chanteuse s'est d'ailleurs trouvée au 12e rang du top 25 BDS Pop adulte. Ses chansons, comme Mon cœur pour te garder, se font entendre à la radio.

Vers l'extérieur

De son premier album éponyme sorti en 2003 jusqu'à aujourd'hui, mélodies et paroles d'Amélie Veille ne sont plus les mêmes, forcément. Peu à peu, c'est vers l'autre qu'elle s'est tournée, s'éloignant de sa volonté de tout faire, des premières chansons davantage autobiographiques, voire «nombrilistes» parfois propres aux premiers albums.

«Je vois vraiment une ouverture de l'intérieur vers l'extérieur. Dans mes deux derniers albums, la collaboration avec d'autres artistes enrichit énormément mon univers, estime-t-elle. Même si c'est au écrit je, je voulais raconter une autre histoire que la mienne.»