La 2e édition du Musée à ciel ouvert de Saint-Lambert est lancée


Publié le 24 mai 2017

Créé en 2016, le Musée à ciel ouvert propose une collection d’œuvres d’art reproduites en grand format et installées sur des immeubles dispersés sur tout le territoire de Saint-Lambert.

©Photo: TC Media – Jean Laramée

CULTURE. La Ville de Saint-Lambert a donné le coup d’envoi à la seconde édition du Musée à ciel ouvert le 18 mai, en présence du maire Alain Dépatie, de l’équipe organisatrice, d'artistes-exposants ainsi que de nombreux citoyens.

«Nous sommes extrêmement fiers de cette réalisation culturelle qui nous permet de découvrir notre ville autrement, mais surtout qui s'inscrit parfaitement dans récente politique culturelle, a déclaré le maire. Votre enthousiasme de l’an dernier nous a encouragés à vous présenter une seconde édition des plus spectaculaires. Nous nous réjouissons cette année que des organisations reconnues se joignent à nous. Leur participation consolide la collection du Musée à ciel ouvert et offre une nouvelle vitrine à des artistes appréciés du grand public.»

Pour sa seconde édition, le Musée à ciel ouvert s'est porté acquéreur de 13 œuvres, portant à 29 l’ensemble de sa collection; qui comprend notamment des oeuvres d'artistes de renom tels Marcelle Ferron, Serge Lemoyne, Jean McEwen, Guido Molinari, Françoise Sullivan, Marc Séguin, Vik Muniz et Alain Dubois, ainsi que des artistes de la relève Carole Simard-Laflamme et Chloé Beaulac.

«Le Musée à ciel ouvert est une initiative citoyenne qui trouve écho parmi de larges segments de la population, les commerces et les institutions scolaires de la ville, a souligné le conseiller Boris Chassagne. Il ouvre la voie à de nouvelles initiatives en matière de culture, ponctue notre identité et exporte la beauté de notre ville sur d'autres territoires. Ce musée hors les murs est une vitrine pour les artistes, mais aussi un projet collectif et rassembleur. Il va au-delà de la matérialité des choses. L'art devient un parcours touristique, un instrument du développement économique et agit comme un baume pour l'âme et le regard.»