Bond de 15% du taux d'emploi des 55 à 64 ans

Ali Dostie ali.dostie@tc.tc Publié le 9 mars 2016

En 2015, 126 800 personnes de 55 à 64 ans étaient à l'emploi en Montérégie.

©(Photo: Depositphotos)

TRAVAIL. Entre 2000 et 2015, le taux d'emploi des travailleurs de 55 à 64 ans est passé de 45,4 à 60,8% en Montérégie. Ainsi, les baby-boomers de la région ne se distinguent pas de ceux de l'ensemble de la province: les données confirment que l'âge de la retraite a été repoussé.

En 2015, les travailleurs de 55 à 64 ans se chiffrent à 126 800, selon Emploi-Québec Montérégie. En 2000, ils étaient moins de la moitié.

«Quand on regarde l'évolution des personnes en emploi, c'est en progression. C'est l'effet d'âge; on constate le déplacement démographique», analyse l'économiste à la direction régionale d'Emploi-Québec, Mario Choquette.

Forcément, les travailleurs de 55 à 64 ans occupent une plus grand part du marché de l'emploi. En 2000, ils représentaient 9% de l'ensemble des travailleurs, alors que ce taux était de 16,3% en 2015.

Bien que les boomers soient plus nombreux, les employeurs n'ont pas forcément à craindre une pénurie de main-d'œuvre lorsque l'heure de la retraite aura sonné pour ces employés.

«Ça dépendra des secteurs. Chez les juges, par exemple, une forte proportion est assez âgée, mais il n'y aura pas de pénurie en lien à la difficulté de recruter; il y a un bassin de main-d'œuvre prêt à occuper ces postes-là.»

Les employeurs de secteurs plus touchés par les départs à la retraite doivent par contre prévoir le coup.

«Il faut planifier le transfert d'expertise, surtout dans les postes clés, et aussi prévoir et préparer la relève. Ce qui n'est pas gagné d'avance» évoque Mario Choquette.

À lire aussi: notre dossier complet sur les boomers

En manchette

Patrice Bosch nommé directeur-gérant des Inouk de Granby

HOCKEY JUNIOR. Le Brossardois Patrice Bosch, qui a débuté sa carrière d'entraîneur de hockey à Saint-Hubert, vient d’être nommé directeur-général des Inouk de Granby, adversaires du Collège Français de Longueuil dans la Ligue de hockey junior du Québec (LHJQ).

Une demi-finale Huskies – Red Deer

Les Huskies ont accédé à la demi-finale grâce à la contribution des Rebels de Red Deer. Ces derniers ont inscrit un but en fin de troisième période pour forcer la tenue de la prolongation. Ils l’ont emporté 2 à 1.

Bond de 15% du taux d'emploi des 55 à 64 ans

Ali Dostie ali.dostie@tc.tc Publié le 9 mars 2016

En 2015, 126 800 personnes de 55 à 64 ans étaient à l'emploi en Montérégie.

©(Photo: Depositphotos)


TRAVAIL. Entre 2000 et 2015, le taux d'emploi des travailleurs de 55 à 64 ans est passé de 45,4 à 60,8% en Montérégie. Ainsi, les baby-boomers de la région ne se distinguent pas de ceux de l'ensemble de la province: les données confirment que l'âge de la retraite a été repoussé.

En 2015, les travailleurs de 55 à 64 ans se chiffrent à 126 800, selon Emploi-Québec Montérégie. En 2000, ils étaient moins de la moitié.

«Quand on regarde l'évolution des personnes en emploi, c'est en progression. C'est l'effet d'âge; on constate le déplacement démographique», analyse l'économiste à la direction régionale d'Emploi-Québec, Mario Choquette.

Forcément, les travailleurs de 55 à 64 ans occupent une plus grand part du marché de l'emploi. En 2000, ils représentaient 9% de l'ensemble des travailleurs, alors que ce taux était de 16,3% en 2015.

Bien que les boomers soient plus nombreux, les employeurs n'ont pas forcément à craindre une pénurie de main-d'œuvre lorsque l'heure de la retraite aura sonné pour ces employés.

«Ça dépendra des secteurs. Chez les juges, par exemple, une forte proportion est assez âgée, mais il n'y aura pas de pénurie en lien à la difficulté de recruter; il y a un bassin de main-d'œuvre prêt à occuper ces postes-là.»

Les employeurs de secteurs plus touchés par les départs à la retraite doivent par contre prévoir le coup.

«Il faut planifier le transfert d'expertise, surtout dans les postes clés, et aussi prévoir et préparer la relève. Ce qui n'est pas gagné d'avance» évoque Mario Choquette.

À lire aussi: notre dossier complet sur les boomers