Enquête sur le suicide du jeune Simon Dufour: pas d’accusations pour le moment

Enquête sur le suicide du jeune Simon Dufour: pas d’accusations pour le moment

Simon Dufour, 15 ans, s'est enlevé la vie le 23 novembre.

Crédit photo : Gracieuseté

Aucune accusation ne sera déposée pour l’instant à la suite de la mort du jeune Simon Dufour, 15 ans, qui vivait de l’intimidation à l’école secondaire André-Laurendeau.

Le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL), qui a ouvert une enquête criminelle la semaine dernière, a indiqué ce lundi que rien ne permet actuellement d’indiquer que des personnes pourraient être mises en cause dans cette affaire, même si l’enquête se poursuit.

À la suite du suicide de Simon Dufour, le 23 novembre, ses proches ont alerté l’opinion publique au sujet de l’intimidation que le jeune garçon subissait. La famille a notamment déclaré que plusieurs plaintes faites à la direction de l’école étaient restées sans réponse.

L’adolescent originaire de Saint-Bruno-de-Montarville s’est jeté sous un train de banlieue. La veille de son suicide, il avait averti quelques connaissances de ses intentions.

Les enquêteurs du SPAL ont assuré qu’aucune piste ne serait écartée afin de déterminer le contexte dans lequel l’adolescent s’est enlevé la vie.

«Les rencontres ont été faites et, pour l’instant, rien ne permet de désigner des responsables», a précisé l’agente Claudine Després.

La porte-parole du SPAL a toutefois rappelé qu’il pourrait y avoir de nouvelles informations dans les prochains jours puisque l’enquête est toujours en cours.

Le SPAL, qui travaille en collaboration avec le Bureau du coroner et intervient dans les établissements scolaires pour réaliser de la prévention, a tenu à rappeler que des ressources sont disponibles 24 heures par jour et sept jours par semaine en cas de détresse psychologique, telle que le centre de crise L’Accès, à Longueuil, joignable au 450 679-8689.