Un homme accusé de production de pornographie juvénile congédié du Centre jeunesse Montérégie

Olivier Lefebvre olivier.lefebvre.a@tc.tc Publié le 24 février 2016

JUSTICE. Le Longueuillois Stéphane Saindon vient de perdre son emploi à temps partiel au Centre jeunesse Montérégie de Chambly en raison d'accusations de production et de possession de pornographie juvénile, a rapporté TVA Nouvelles.

L'accusé travaillait à l'entretien ménager avant d'être remercié le 15 février, selon des informations de TVA Nouvelles. Il serait en liberté et aurait de strictes conditions à respecter.

L'homme habite dans l'arrondissement de Greenfield Park, tout près d'une école secondaire.

«C’est certain qu’ici, c’est tolérance zéro. Au moment de l’embauche, il y a toujours une enquête des antécédents criminels, mais rien ne laisser présager une telle situation ou pouvait nous mettre la puce à l’oreille», mentionne le conseiller-cadre à la direction adjointe des communications, des relations médias et ministérielles du CISSS de la Montérégie-Est, Daniel Vincent.

Il travaillait également à l'entretien ménager du CPE La Galijode, situé dans l'arrondissement Rosemont à Montréal, a rapporté le Journal de Montréal. L'administration du CPE l'a aussitôt renvoyé lorsqu'elle a appris qu'il avait été arrêté par le Service de police de l'Agglomération de Longueuil (SPAL). 

Saindon n'aurait pas d'antécédents criminels. Six chefs d'accusation d'accès à la pornographie juvénile, et trois de production de pornographie juvénile pèsent contre lui.

Il sera de retour en cour le 26 mai.

En manchette

Un marathon à 80 ans, y'a (presque) rien là !

PORTRAIT. Ce ne sont pas ses 80 ans qui vont freiner l'entrain d'Yvette Drapeau, qui parcourra les 42 km du Marathon SSQ Québec-Lévis, le 25 août. Une épreuve tout à fait réalisable à ses yeux, à laquelle elle se mesurera afin d'amasser des fonds pour la Fondation du Centre jeunesse de la Montérégie.

Un autre appel de projet lancé en justice

La députée de Laporte Nicole Ménard a de nouveau invité des organismes œuvrant dans le milieu juridique à soumettre des projets, cette fois pour ceux venant en aide aux victimes d'actes criminels.

Un homme accusé de production de pornographie juvénile congédié du Centre jeunesse Montérégie

Olivier Lefebvre olivier.lefebvre.a@tc.tc Publié le 24 février 2016

JUSTICE. Le Longueuillois Stéphane Saindon vient de perdre son emploi à temps partiel au Centre jeunesse Montérégie de Chambly en raison d'accusations de production et de possession de pornographie juvénile, a rapporté TVA Nouvelles.

L'accusé travaillait à l'entretien ménager avant d'être remercié le 15 février, selon des informations de TVA Nouvelles. Il serait en liberté et aurait de strictes conditions à respecter.

L'homme habite dans l'arrondissement de Greenfield Park, tout près d'une école secondaire.

«C’est certain qu’ici, c’est tolérance zéro. Au moment de l’embauche, il y a toujours une enquête des antécédents criminels, mais rien ne laisser présager une telle situation ou pouvait nous mettre la puce à l’oreille», mentionne le conseiller-cadre à la direction adjointe des communications, des relations médias et ministérielles du CISSS de la Montérégie-Est, Daniel Vincent.

Il travaillait également à l'entretien ménager du CPE La Galijode, situé dans l'arrondissement Rosemont à Montréal, a rapporté le Journal de Montréal. L'administration du CPE l'a aussitôt renvoyé lorsqu'elle a appris qu'il avait été arrêté par le Service de police de l'Agglomération de Longueuil (SPAL). 

Saindon n'aurait pas d'antécédents criminels. Six chefs d'accusation d'accès à la pornographie juvénile, et trois de production de pornographie juvénile pèsent contre lui.

Il sera de retour en cour le 26 mai.