Un homme accusé de production de pornographie juvénile congédié du Centre jeunesse Montérégie

Olivier Lefebvre olivier.lefebvre.a@tc.tc
Publié le 24 février 2016

JUSTICE. Le Longueuillois Stéphane Saindon vient de perdre son emploi à temps partiel au Centre jeunesse Montérégie de Chambly en raison d'accusations de production et de possession de pornographie juvénile, a rapporté TVA Nouvelles.

L'accusé travaillait à l'entretien ménager avant d'être remercié le 15 février, selon des informations de TVA Nouvelles. Il serait en liberté et aurait de strictes conditions à respecter.

L'homme habite dans l'arrondissement de Greenfield Park, tout près d'une école secondaire.

«C’est certain qu’ici, c’est tolérance zéro. Au moment de l’embauche, il y a toujours une enquête des antécédents criminels, mais rien ne laisser présager une telle situation ou pouvait nous mettre la puce à l’oreille», mentionne le conseiller-cadre à la direction adjointe des communications, des relations médias et ministérielles du CISSS de la Montérégie-Est, Daniel Vincent.

Il travaillait également à l'entretien ménager du CPE La Galijode, situé dans l'arrondissement Rosemont à Montréal, a rapporté le Journal de Montréal. L'administration du CPE l'a aussitôt renvoyé lorsqu'elle a appris qu'il avait été arrêté par le Service de police de l'Agglomération de Longueuil (SPAL). 

Saindon n'aurait pas d'antécédents criminels. Six chefs d'accusation d'accès à la pornographie juvénile, et trois de production de pornographie juvénile pèsent contre lui.

Il sera de retour en cour le 26 mai.