Huit ans de prison pour le caïd René Raymond

Olivier Robichaud olivier.robichaud@tc.tc Publié le 17 mars 2016

René Raymond dirigeait un important réseau de trafic de stupéfiants. Il a reçu une peine de 8 ans de prison le 17 mars.

©Photo: TC Media - Robert Côté

JUSTICE. Un acteur important du monde interlope de la Rive-Sud a reçu sa sentence hier. René Raymond purgera 8 ans de prison pour gangstérisme, trafic de stupéfiants et complot, moins 15 mois de détention préventive.

Raymond, propriétaire de l'ancien restaurant Chez Renaud à Chambly, a été arrêté le 13 mai 2015 en compagnie de 20 membres de son organisation criminelle.

Une somme de près de 200 000 $ en argent canadien avait été saisie, de même que 30 livres de cannabis, 3 kg de cocaïne, 5 kg de haschich et 100 000 comprimés de méthamphétamine.

Selon les policiers, Raymond payait une redevance aux Hells Angels afin d'obtenir l'exclusivité de la vente de stupéfiants dans la région de Chambly. Il était aussi actif dans les Laurentides et à Lanaudière.

Son groupe serait responsable d'une recrudescence de la violence à Chambly au cours des dernières années. Selon la Couronne, Raymond n'hésitait pas à commander des actes de violence afin de faire respecter son territoire de vente, y compris des voies de fait armées et des incendies criminels.

Un de ses fier-à-bras, Sébastien Castilloux, a d'ailleurs reçu une peine de 39 mois de prison hier. Il aurait notamment tabassé un ancien vendeur à coups de bâton de baseball. La victime, Michaël Méthot Lacoste, est également accusée dans cette affaire.

D'autres coaccusés ont également reçu des sentences variant entre trois et quatre ans de prison lors de la même audience.

Gabriel Fortin agissait comme chauffeur pour René Raymond – qui se déplace en fauteuil roulant – et s'occupait des liens avec certains vendeurs. Il a reçu 45 mois de prison, moins 15 mois de détention préventive.

Samuel Morin transportait les stupéfiants de L'Ascension, dans les Hautes-Laurentides, vers une cache située à Saint-Hubert. Il a reçu une peine de 48 mois de prison, moins la détention préventive.

Quatre coaccusés ont déjà reçu des sentences dont la durée varie entre 13 et 54 mois de détention. Dix autres individus attendent toujours leur enquête préliminaire, qui doit avoir lieu les 30 et 31 janvier 2017. Le dernier coaccusé, Renaud Raymond Roberge, a plaidé coupable à certains chefs d'accusation, mais sa sentence a été remise au 10 mai.

René Raymond dirigeait un important réseau de trafic de stupéfiants. Il a reçu une peine de 8 mois de prison le 17 mars.

©Photo: TC Media - Robert Côté

En manchette

La Rive-Sud sacrée championne par points et par médailles

RÉSULTATS. Jeux de grandes premières pour la Rive-Sud à la Finale de Montréal. Non seulement la région a été celle qui a récolté le plus de médailles de cette 51e Finale des Jeux du Québec, 99, soit 4 de plus que la Capitale-Nationale et 8 de plus que Lac St-Louis, elle a aussi remporté le titre de championne au classement des points avec 276,5, devant la Capitale-Nationale (237) et Lac St-Louis (213).

Basketball masculin: les garçons ratent le doublé contre Montréal

ARGENT. La finale tant attendue entre la Rive-Sud et Montréal pour l'or en basketball masculin a donné lieu à un duel enlevant devant des gradins remplis, au complexe Pierre-Charbonneau de Montréal, mais la fin a été amère pour l’équipe de la banlieue, qui s’est inclinée 42 à 35, se contentant de l'argent contrairement aux filles de la Rive-Sud, victorieuses une heure plus tôt.

Huit ans de prison pour le caïd René Raymond

Olivier Robichaud olivier.robichaud@tc.tc Publié le 17 mars 2016

René Raymond dirigeait un important réseau de trafic de stupéfiants. Il a reçu une peine de 8 ans de prison le 17 mars.

©Photo: TC Media - Robert Côté


JUSTICE. Un acteur important du monde interlope de la Rive-Sud a reçu sa sentence hier. René Raymond purgera 8 ans de prison pour gangstérisme, trafic de stupéfiants et complot, moins 15 mois de détention préventive.

Raymond, propriétaire de l'ancien restaurant Chez Renaud à Chambly, a été arrêté le 13 mai 2015 en compagnie de 20 membres de son organisation criminelle.

Une somme de près de 200 000 $ en argent canadien avait été saisie, de même que 30 livres de cannabis, 3 kg de cocaïne, 5 kg de haschich et 100 000 comprimés de méthamphétamine.

Selon les policiers, Raymond payait une redevance aux Hells Angels afin d'obtenir l'exclusivité de la vente de stupéfiants dans la région de Chambly. Il était aussi actif dans les Laurentides et à Lanaudière.

Son groupe serait responsable d'une recrudescence de la violence à Chambly au cours des dernières années. Selon la Couronne, Raymond n'hésitait pas à commander des actes de violence afin de faire respecter son territoire de vente, y compris des voies de fait armées et des incendies criminels.

Un de ses fier-à-bras, Sébastien Castilloux, a d'ailleurs reçu une peine de 39 mois de prison hier. Il aurait notamment tabassé un ancien vendeur à coups de bâton de baseball. La victime, Michaël Méthot Lacoste, est également accusée dans cette affaire.

D'autres coaccusés ont également reçu des sentences variant entre trois et quatre ans de prison lors de la même audience.

Gabriel Fortin agissait comme chauffeur pour René Raymond – qui se déplace en fauteuil roulant – et s'occupait des liens avec certains vendeurs. Il a reçu 45 mois de prison, moins 15 mois de détention préventive.

Samuel Morin transportait les stupéfiants de L'Ascension, dans les Hautes-Laurentides, vers une cache située à Saint-Hubert. Il a reçu une peine de 48 mois de prison, moins la détention préventive.

Quatre coaccusés ont déjà reçu des sentences dont la durée varie entre 13 et 54 mois de détention. Dix autres individus attendent toujours leur enquête préliminaire, qui doit avoir lieu les 30 et 31 janvier 2017. Le dernier coaccusé, Renaud Raymond Roberge, a plaidé coupable à certains chefs d'accusation, mais sa sentence a été remise au 10 mai.

René Raymond dirigeait un important réseau de trafic de stupéfiants. Il a reçu une peine de 8 mois de prison le 17 mars.

©Photo: TC Media - Robert Côté