Trois ans sans permis pour avoir participé à une course de rue mortelle


Publié le 16 juin 2017

Maxime Poissant ne pourra conduire un véhicule automobile pour les trois prochaines années.

©Photo: TC Media – Archives

JUSTICE. Reconnu coupable d’avoir participé à une course de rue qui a couté la vie à deux de ses amis, mais non-coupable de conduite dangereuse causant la mort, Maxime Poissant n'ira pas en la prison. La juge France Charbonneau l'a condamné à 200 heures de travaux communautaires. Le jeune homme s'est également vu confisquer son permis de conduire pour trois ans. 

Le 28 novembre 2012, à Saint-Rémi-de-Napierville, Poissant, qui avait alors 20 ans, prenait part à une course l'opposant à Samuel Poupart, 19 ans. Ce dernier a perdu la maîtrise de son véhicule et a percuté violemment un poteau électrique. L'accident a causé la mort du jeune homme et de sa passagère, Catherine Leclerc, 15 ans.

Le jury chargé de déterminer si Poissant avait participé à une course de rue et si celle-ci avait contribué à la mort des victimes a conclu que bien qu’il ait bel et bien pris part à une course, il n’y était plus engagé au moment du drame et n’était donc pas impliqué dans la mort des victimes.

Pour déterminé la sentence, la juge a retenu la suggestion du procureur de la Couronne qui demandait une suspension de permis pour trois ans, soulignant le passé de l'accusé en matière de vitesse.

En 2016, soit près de quatre ans après le drame et alors qu'il était en attente de son procès, Poissant avait été intercepté roulant à 127 km/h dans une zone de 100.

La défense suggérait plutôt la suspension minimale pour ce type d'accusation, soit un an.