Réfugiés: Couillard maintient le cap malgré des bémols de deux ministres

Publié le 18 novembre 2015

Le premier ministre Philippe Couillard.

©La Presse Canadienne

POLITIQUE. Le premier ministre Philippe Couillard a maintenu le cap, mercredi, sur l'accueil de 3650 réfugiés au Québec d'ici la fin de l'année, malgré les bémols exprimés par deux ministres.

M. Couillard a affirmé qu'il avait fait le point avec ses collègues du conseil des ministres, mercredi, à propos de cet objectif fixé en septembre.

Dans une conférence de presse qui a suivi, M. Couillard a fait référence aux propos du ministre intérimaire de la Sécurité publique, Pierre Moreau, qui a été incapable de préciser le nombre de réfugiés qui seront au Québec au 31 décembre.

«On est sur la même longueur d'onde, a-t-il dit. On vient d'en parler, lui et moi, avec tous les collègues. On est très, très, très confiants d'atteindre la cible du premier contingent.»

M. Couillard a affirmé qu'il reste cependant des questions sur la possibilité d'atteindre cet objectif si le total du Québec passe à 5700 après la décision du premier ministre Justin Trudeau de recevoir 25 000 réfugiés à travers le pays.

Plus tôt, M. Moreau a répété que 2400 dossiers de réfugiés déjà sélectionnés par le gouvernement québécois seront entre les mains des autorités fédérales, au 18 décembre, afin de compléter les formalités de sécurité et de santé.

Lors d'un échange avec la presse parlementaire, M. Moreau n'a pas été en mesure de s'avancer sur le nombre de réfugiés qui auront reçu toutes les autorisations, en 13 jours, permettant leur entrée sur le territoire d'ici la fin de l'année.

En septembre, la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, avait également mis un bémol sur l'atteinte de l'objectif de 3650 réfugiés, un nombre équivalent au triple de ce qui était prévu avant la crise syrienne.

La Presse Canadienne

En manchette

Pas d’éclats à la fête du Canada

GREENFIELD PARK. Le président de l’arr. de Greenfield Park et chef de l’opposition de la Ville de Longueuil, Robert Myles, s’est montré discret lors des festivités de la fête du Canada. Après avoir accusé la mairesse Caroline Saint-Hilaire de vouloir le museler en l’empêchant de prononcer un discours, il ne s’est tout simplement pas présenté sur la scène lors des allocutions.

Réfugiés: Couillard maintient le cap malgré des bémols de deux ministres

Publié le 18 novembre 2015

Le premier ministre Philippe Couillard.

©La Presse Canadienne


POLITIQUE. Le premier ministre Philippe Couillard a maintenu le cap, mercredi, sur l'accueil de 3650 réfugiés au Québec d'ici la fin de l'année, malgré les bémols exprimés par deux ministres.

M. Couillard a affirmé qu'il avait fait le point avec ses collègues du conseil des ministres, mercredi, à propos de cet objectif fixé en septembre.

Dans une conférence de presse qui a suivi, M. Couillard a fait référence aux propos du ministre intérimaire de la Sécurité publique, Pierre Moreau, qui a été incapable de préciser le nombre de réfugiés qui seront au Québec au 31 décembre.

«On est sur la même longueur d'onde, a-t-il dit. On vient d'en parler, lui et moi, avec tous les collègues. On est très, très, très confiants d'atteindre la cible du premier contingent.»

M. Couillard a affirmé qu'il reste cependant des questions sur la possibilité d'atteindre cet objectif si le total du Québec passe à 5700 après la décision du premier ministre Justin Trudeau de recevoir 25 000 réfugiés à travers le pays.

Plus tôt, M. Moreau a répété que 2400 dossiers de réfugiés déjà sélectionnés par le gouvernement québécois seront entre les mains des autorités fédérales, au 18 décembre, afin de compléter les formalités de sécurité et de santé.

Lors d'un échange avec la presse parlementaire, M. Moreau n'a pas été en mesure de s'avancer sur le nombre de réfugiés qui auront reçu toutes les autorisations, en 13 jours, permettant leur entrée sur le territoire d'ici la fin de l'année.

En septembre, la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, avait également mis un bémol sur l'atteinte de l'objectif de 3650 réfugiés, un nombre équivalent au triple de ce qui était prévu avant la crise syrienne.

La Presse Canadienne