Sénat: Jacques Demers siégera comme indépendant

Publié le 3 décembre 2015

Jacques Demers estime que sa position d'indépendant lui permettra de faire davantage avancer les dossiers qui lui tiennent à cœur, notamment l'aide à l'alphabétisation.

©La Presse Canadienne

OTTAWA. Déçu d'avoir été mis à l'écart lors de la dernière campagne électorale et affecté par les railleries qu'il entend depuis le scandale des dépenses, le sénateur Jacques Demers démissionne du caucus conservateur.

L'ex-entraîneur de hockey âgé de 71 ans siégera désormais comme indépendant au Sénat.

En point de presse jeudi, M. Demers a confié avoir souffert de voir la réputation de la chambre haute en prendre pour son rhume, dans la foulée du scandale des dépenses.

«Je me suis dit que je ne me suis pas embarqué dans ça pour être quelqu'un qui n'est pas respecté», a-t-il soutenu.

Il estime que sa position d'indépendant lui permettra de faire davantage avancer les dossiers qui lui tiennent à cœur, notamment l'aide à l'alphabétisation.

Mais la goutte qui a fait déborder le vase, c'est qu'on ne lui ait pas demandé un coup de main pour faire élire plus des députés conservateurs du Québec lors de la dernière campagne électorale. Il avait pourtant mis la main à la pâte en 2011.

«Là, soudainement, on n'a plus besoin de moi? Ça, ça m'a affecté. Parce qu'on vient de me dire: "tu fais partie de l'équipe pour la première élection, mais là durant la deuxième élection, tu ne fais plus partie de l'équipe"», s'est-il désolé

Nominations non partisanes

Le gouvernement a dévoilé jeudi un nouveau processus de nomination des sénateurs qui, espère-t-il, évacuera la partisanerie qui règne au sein de l'institution.

Un comité consultatif composé de trois membres représentant Ottawa et deux membres représentant la province du siège vacant à la chambre haute sera responsable de fournir au premier ministre une liste non contraignante de candidats.

Ce comité, qui sera formé en décembre, sera rapidement à l'œuvre pour nommer cinq sénateurs tôt en 2016 – deux Ontariens, deux Manitobains et un Québécois. Le premier ministre Justin Trudeau choisira parmi eux le leader de son gouvernement au Sénat.

La ministre des Institutions démocratiques, Maryam Monsef, a souligné en conférence de presse que tout citoyen canadien respectant les critères établis pourra personnellement soumettre sa candidature pour un poste de sénateur. Le Sénat compte 22 sièges vacants en ce moment.

Geoff Regan élu président des Communes

Le député libéral Geoff Regan, un élu de la Nouvelle-Écosse, est par ailleurs devenu président de la Chambre des communes, jeudi, au terme d’un exercice obligé du premier jour du Parlement. Les 338 députés se sont tous retrouvés, pour la première fois, aux Communes, le temps de voter pour un président qui arbitrera leurs échanges.

Ils ont choisi le député de Halifax-Ouest. M. Regan a été élu pour la première fois en 1993. Après une défaite en 1997, il est retourné à Ottawa en 2000.

«Je ne tolérerai aucun chahut. Nous n’en avons pas besoin.» Ces premières paroles du nouveau président de la Chambre des communes, à Ottawa, ont été accueillies par un concert de chahut.

La Presse Canadienne