Démission de Deguire: «On n’est pas content», clame Coderre

Publié le 12 janvier 2016

©TC Media - Yves Provencher

MONTRÉAL. C’est un Denis Coderre choqué qui s’est exceptionnellement invité lundi soir au premier conseil de l’arrondissement depuis la démission de l’ex-maire, Gilles Deguire, visé par une enquête criminelle.

«Comme citoyen de Montréal-Nord et maire de Montréal, je veux rassurer la population. M. Deguire n’a pas démissionné sur une base comme ancien élu, comme politicien ou sur des questions de contrat, mais pour des raisons personnelles», a tenu à préciser d’emblée le maire de Montréal, présent pour la première fois depuis son élection en 2013 dans un tel conseil d’arrondissement.

Devant une quarantaine de citoyens, le double par rapport à la dernière séance, Denis Coderre tenait à tourner la page. «La vie continue. Notre intention est claire: nous allons travailler avec nos conseillers pour nous assurer de donner des services adéquats à la population. Services qu’ils méritent et qu’ils payent», a-t-il ajouté, avant de refuser toutes questions en rapport avec cette affaire.

Alors que Chantal Rossi, membre également de l’équipe Coderre lors du dernier scrutin municipal, assumera le rôle de mairesse par intérim jusqu’à l’élection partielle qui devra être organisée au plus tard le 22 mai, le maire de la Ville refuse d’employer le terme de «situation de crise».

«Ce n’en est pas une, a réfuté l’élu dans un entretien avec TC Média, avant de reconnaître avoir reçu cette lettre de démission mercredi dernier. Ce n’est pas la première fois que je suis en politique. Tout ça ne se passe pas de gaîté de cœur, mais cette crise n’est pas face à moi, mais face à cette personne-là. Je n’irais pas plus loin dans les propos. On verra en temps et lieu ce qu’il en est».

«Les membres du conseil se serrent les coudes et s’engagent à continuer de servir et à bien représenter la population de Montréal-Nord comme nous l’avons toujours fait.» –Chantal Rossi, mairesse par intérim de Montréal-Nord.

Regrette-t-il d’avoir appuyé Gilles Deguire, qui avait quitté Union Montréal, parti de l’ex-maire de Montréal, Gérald Tremblay, pour le rejoindre? «On n’embarquera pas là-dedans, clame-t-il, visiblement en colère, sans nommer une seule le nom de M. Deguire, se contentant de descriptions impersonnelles, lors de son entretien avec TC Media. Il serait dommage de faire des liens quelconques entre le choix d’un candidat et la situation actuelle de cette personne. Mais oui, on est choqué, oui, on n’est pas content.»

Alors que les chefs d’accusation visant M. Deguire devraient être connus sous peu, Denis Coderre veut prendre ses distances. «Je ne suis pas là pour me mêler d’opérations policières. Comme gars de Montréal-Nord, c’était important de venir sur le terrain. Attendons de voir la situation, on commentera ensuite davantage. Pour moi le travail continue.»

TC Média avait révélé jeudi dernier que Gilles Deguire, avait quitté son poste en raison d’une enquête criminelle.

Démission de Deguire: «On n’est pas content», clame Coderre

Publié le 12 janvier 2016

©TC Media - Yves Provencher


MONTRÉAL. C’est un Denis Coderre choqué qui s’est exceptionnellement invité lundi soir au premier conseil de l’arrondissement depuis la démission de l’ex-maire, Gilles Deguire, visé par une enquête criminelle.

«Comme citoyen de Montréal-Nord et maire de Montréal, je veux rassurer la population. M. Deguire n’a pas démissionné sur une base comme ancien élu, comme politicien ou sur des questions de contrat, mais pour des raisons personnelles», a tenu à préciser d’emblée le maire de Montréal, présent pour la première fois depuis son élection en 2013 dans un tel conseil d’arrondissement.

Devant une quarantaine de citoyens, le double par rapport à la dernière séance, Denis Coderre tenait à tourner la page. «La vie continue. Notre intention est claire: nous allons travailler avec nos conseillers pour nous assurer de donner des services adéquats à la population. Services qu’ils méritent et qu’ils payent», a-t-il ajouté, avant de refuser toutes questions en rapport avec cette affaire.

Alors que Chantal Rossi, membre également de l’équipe Coderre lors du dernier scrutin municipal, assumera le rôle de mairesse par intérim jusqu’à l’élection partielle qui devra être organisée au plus tard le 22 mai, le maire de la Ville refuse d’employer le terme de «situation de crise».

«Ce n’en est pas une, a réfuté l’élu dans un entretien avec TC Média, avant de reconnaître avoir reçu cette lettre de démission mercredi dernier. Ce n’est pas la première fois que je suis en politique. Tout ça ne se passe pas de gaîté de cœur, mais cette crise n’est pas face à moi, mais face à cette personne-là. Je n’irais pas plus loin dans les propos. On verra en temps et lieu ce qu’il en est».

«Les membres du conseil se serrent les coudes et s’engagent à continuer de servir et à bien représenter la population de Montréal-Nord comme nous l’avons toujours fait.» –Chantal Rossi, mairesse par intérim de Montréal-Nord.

Regrette-t-il d’avoir appuyé Gilles Deguire, qui avait quitté Union Montréal, parti de l’ex-maire de Montréal, Gérald Tremblay, pour le rejoindre? «On n’embarquera pas là-dedans, clame-t-il, visiblement en colère, sans nommer une seule le nom de M. Deguire, se contentant de descriptions impersonnelles, lors de son entretien avec TC Media. Il serait dommage de faire des liens quelconques entre le choix d’un candidat et la situation actuelle de cette personne. Mais oui, on est choqué, oui, on n’est pas content.»

Alors que les chefs d’accusation visant M. Deguire devraient être connus sous peu, Denis Coderre veut prendre ses distances. «Je ne suis pas là pour me mêler d’opérations policières. Comme gars de Montréal-Nord, c’était important de venir sur le terrain. Attendons de voir la situation, on commentera ensuite davantage. Pour moi le travail continue.»

TC Média avait révélé jeudi dernier que Gilles Deguire, avait quitté son poste en raison d’une enquête criminelle.