Les CPE se lancent dans une série de moyens de pression

Publié le 12 janvier 2016

©TC Media - Archives

MONTRÉAL. Après les écoles, ce sera bientôt au tour des Centres de la petite enfance (CPE) d’être le théâtre de chaînes humaines et de fermetures pour protester contre les compressions de 120 millions $ qu’entend imposer le gouvernement Couillard au réseau des services de garde publics et privés.

Cependant, Québec a réussi à détourner une proportion significative de la grogne en concluant une entente de négociation avec l’une des deux associations représentant les CPE, lundi.

Le Conseil québécois des services de garde éducatifs à l’enfance (CQSGEE), qui représente environ le quart des quelque 900 organismes impliqués, a en effet accepté de participer à un comité de négociation pour tenter de revoir le financement des Centres de la petite enfance.

Le plus important de ces regroupements, l’Association québécoise des CPE (AQCPE), rejette toutefois catégoriquement cette démarche, que son président, Louis Sénécal, voit comme une tentative claire de «diviser pour mieux régner». Celui-ci dit ne plus rien espérer des discussions qui se sont avérées stériles jusqu’ici.

Une première manifestation, organisée par le regroupement de la Montérégie de l’Association, a eu lieu mardi matin à Montréal, mais l’on prévoit organiser des chaînes humaines autour de CPE à compter du 1er février. Une grande manifestation est également prévue le 7 février à Montréal et des fermetures ponctuelles auront lieu à compter de la fin de février, début de mars.

L’AQCPE estime que les nouvelles compressions porteront directement atteinte à la mission éducative des CPE pour les transformer en simples services de garde d’enfants et obligeront une réduction des heures de service et, donc, de l’accessibilité aux services.

Québec, qui avait déjà annoncé des compressions de 74 millions $, a ajouté un somme de 46 millions à ses exigences, pour porter le total à 120 millions $.

L’AQCPE réclame le retrait complet de ces nouvelles compressions; selon elle, les mesures d’austérité ont assez duré et l’atteinte annoncée du déficit zéro et du «retour à la prospérité» doit se traduire par un réinvestissement dans les secteurs prioritaires, dont les services de garde éducatifs.

En manchette

Les 10 commandements du déménagement

Un déménagement exige une bonne planification. En appliquant religieusement ces quelques conseils de la Société d’habitation du Québec, vous gagnerez du temps et éviterez de faire grincer des dents les bons samaritains venus vous aider le Jour J!

Projet Symbiocité suspendu: décret d’urgence pour la rainette

FAUNE. Le projet domiciliaire Symbiocité menace la viabilité à long terme de la rainette faux-grillon à La Prairie, jugée nécessaire pour le rétablissement de l’espèce en Montérégie, affirme le biologiste Mark Dionne, du service canadien de la faune. Présentant les grandes lignes d’un décret d’urgence adopté par Ottawa et qui entrera en vigueur le 17 juillet, le biologiste conclut que le projet domiciliaire du Bois de la Commune est une menace imminente pour la survie de l’espèce parce qu’il est localisé au cœur de la métapopulation de la minuscule grenouille de 2,5 cm, présente à différents endroits en Montérégie, dont Brossard et Longueuil.

Les CPE se lancent dans une série de moyens de pression

Publié le 12 janvier 2016

©TC Media - Archives


MONTRÉAL. Après les écoles, ce sera bientôt au tour des Centres de la petite enfance (CPE) d’être le théâtre de chaînes humaines et de fermetures pour protester contre les compressions de 120 millions $ qu’entend imposer le gouvernement Couillard au réseau des services de garde publics et privés.

Cependant, Québec a réussi à détourner une proportion significative de la grogne en concluant une entente de négociation avec l’une des deux associations représentant les CPE, lundi.

Le Conseil québécois des services de garde éducatifs à l’enfance (CQSGEE), qui représente environ le quart des quelque 900 organismes impliqués, a en effet accepté de participer à un comité de négociation pour tenter de revoir le financement des Centres de la petite enfance.

Le plus important de ces regroupements, l’Association québécoise des CPE (AQCPE), rejette toutefois catégoriquement cette démarche, que son président, Louis Sénécal, voit comme une tentative claire de «diviser pour mieux régner». Celui-ci dit ne plus rien espérer des discussions qui se sont avérées stériles jusqu’ici.

Une première manifestation, organisée par le regroupement de la Montérégie de l’Association, a eu lieu mardi matin à Montréal, mais l’on prévoit organiser des chaînes humaines autour de CPE à compter du 1er février. Une grande manifestation est également prévue le 7 février à Montréal et des fermetures ponctuelles auront lieu à compter de la fin de février, début de mars.

L’AQCPE estime que les nouvelles compressions porteront directement atteinte à la mission éducative des CPE pour les transformer en simples services de garde d’enfants et obligeront une réduction des heures de service et, donc, de l’accessibilité aux services.

Québec, qui avait déjà annoncé des compressions de 74 millions $, a ajouté un somme de 46 millions à ses exigences, pour porter le total à 120 millions $.

L’AQCPE réclame le retrait complet de ces nouvelles compressions; selon elle, les mesures d’austérité ont assez duré et l’atteinte annoncée du déficit zéro et du «retour à la prospérité» doit se traduire par un réinvestissement dans les secteurs prioritaires, dont les services de garde éducatifs.